[09/02/2003] Viva Pamplona !

Participants
– Gaël, en phase de somnolence suite à la mémorable partie de Mare Nostrum de la veille,
– Elise, OK pour un petit jeu rapide,
– Sophie, qui aura attendu tout l’après-midi ce petit moment ludique,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Histoire de ne pas se massacrer les neurones après la folle nuit précédente (Mare Nostrum jusqu’à 5 heures du mat’ !), nous nous lançons dans une petite partie de ce jeu fort sympathique qu’est Viva Pamplona ! de l’incontournable Wolfgang Kramer.

Gaël choisit les festayre violets, Elise les bleus, Sophie les jaunes
et votre serviteur les rouges. La vraie couleur des basques, non mais
des fois !Les premiers tours de jeu sont déconcertants : le taureau se laisse
désirer, en avançant à très petits pas, alors
que nous avons beaucoup de mal à ralentir notre allure.
Sophie, en revanche, bénéficie d’un sort plutôt clément
: les flèches sortent de manière ininterrompues pour elle,
lui permettant de nous bousculer à chaque tour et de collecter
nombre de points de courage !


Qu’il est lent ce taureau ! On va arriver dans l’arène avant
qu’il n’ait franchi les cases de tomates à ce rythme…

Lorsque le second virage se présente, le taureau
semble enfin démarrer, ce qui n’est pas trop tôt ! Les festayre
en queue de peloton (bleu et rouge) bénéficient alors de
décomptes lucratifs, mais se retrouvent bientôt en position
dangereuse : si le taureau continue sa chevauchée, ils vont être
distancés et vont devenir des boulets…

Les deux cases de tomates se profilent à l’horizon
et Gaël ne parvient toujours pas à ralentir son allure, en
étant obligé de les franchir avec 2 de ses pions ! Le taureau
se présente devant et il est clair que s’il les franchit en un
tour (avec une carte 5 par exemple, non encore sorti), seul Gaël
et peut-être Sophie arriveront à le suivre…

Mais, le taureau bloque encore : avancée de 1 case
puis recul, 2 décomptes d’affilée, et au bout de 4 tours
il se décide enfin à franchir les tomates, alors que bien
peu de pions restent en arrière.


Gaël pète les plombs, convaincu que le sort s’acharne sur
lui : le taureau bloque avant les tomates et fait marquer des points à
Elise…


Gaël déplace ses feystare violets
sous le regard d’Elise et Sophie

Il est de plus en plus curieux de contempler
le sprint des festayre en avance de 10 cases pour certains devant le
taureau.
Les décomptes ne coutent pas trop chers, puisque personne n’est
derrière l’animal censé nous effrayer.


Une vue rapprochée du plateau lorsque le taureau commence
à remonter la horde de festayre…

L’arrivée dans l’arène se
produit assez tôt pour la grande majorité des festayre,
et lorsque le taureau y arrive enfin, les scores sont déjà
entendus. Bravo Sophie !


La configuration finale du jeu

Décompte final
Sophie remporte aisément cette partie avec un total
de 58 points, devant votre serviteur avec 42 points, Elise 41 points et Gaël
34 points.
Le détail est le suivant (à noter que contrairement à notre
partie de découverte,
nous avons bien déduit des points pour non entrée dans l’arène)
:

Points de courage acquis dans le jeu
Points remportés par la position dans l’arène
Points déduis pour non entrée dans l’arène
Total en points de courage
Gaël
23
1 + 2 + 8
0
34
Elise
31
5 + 7
– 2
41
Sophie
56
4
– 2
58
Ludo le gars
31
2 + 3 + 6
0
42

Débriefing
Fort sympathique pour se détendre, Viva Pamplona
! vous garantit de passer un bon moment, et ce n’est pas mes joueurs de cette
après-midi qui diront le contraire…

En revanche, il ne faut
pas rechercher, dans ce jeu, un défi pour les grands stratèges,
tout au plus un subtil système pour les amateurs de tactique comportant
une bonne dose de hasard. Un peu comme au backgammon, quoi.
Gaël pourrait vous parler longuement de son désarroi devant ses
tirages de dés calamiteux et ceux de Sophie toujours favorables (flèches
ou doubles). Un joueur qui accumule les résultats négatifs (grands
tirages alors que le taureau est en arrière ou petits tirages alors que
le taureau est en avant) n’a absolument aucune chance de gagner, surtout si
l’un des autres joueurs passe son temps à bousculer tout ce petit monde
en se constituant, ainsi, un sérieux capital de points de courage.

Un jeu bien sympa, mais
à prendre comme il est : un divertissement détendant au thème
accrocheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept × 8 =