[09/06/2004] Sankt Petersburg

Participants
– JF, qui commence à goûter à d’autres jeux de société en dehors des jeux purement abstraits,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Étant sorti chez JF ce soir pour aller boire une ou deux bières, je m’étais muni de quelques boîtes de jeux qui me faisaient particulièrement envie, dans l’idée de lui montrer deux ou trois jeux typiques des jeux de plateaux modernes, non abstraits. Dans cette logique, commencer la soirée par un petit Sankt Petersburg à jouer en moins d’une heure, pour respecter le cahier des charges fixé par la boîte de jeu, me paraissait être une
bonne idée.
Une fois passée l’explication de la règle, nous attaquons une partie qui se révélera être un véritable jeu en solitaire en ce qui me concerne et un chemin de croix pour JF. Mauvais choix donc…


La mise en place initiale est très classique et en même
temps originale : 1 carte artisan Bûcheron, 1 carte artisan Berger
et 2 cartes artisans Trappeurs. Je commencerai les 2 premières
phases, puis JF les 2 suivantes, ce qui aura pour effet, lorsque nous
échangerons les rôles, de jouer 4 fois d’affilée en
premier…


A l’issue du premier tour de jeu, il est assez étonnant de voir
que le marché déprécié est aussi fourni :
7 cartes sur 8 ! Résultat : un seul artisan est proposé
pour la manche en cours…


Une photo des nobles en ma possession qui est vraiment peu commune
: à mi-parcours, je possède 3 nobles sur la table (et 3
en main) qui sont tous des remplacements de cartes. A noter que je n’ai
pas encore utilisé le pouvoir de l’observatoire et même des
observatoires puisque j’ai acquis le second. Précisions que la
seconde moitié de la partie n’est déjà plus un jeu
: je joue vraiment tout seul, JF passant son temps à me dire « Je
ne fais rien », surtout qu’il possède en main des cartes de
bâtiments et de nobles beaucoup trop chères pour son budget…


Bien que je lui ai répété 15 fois la nécessité
absolue pour lui de prendre 2 cartes artisans lors de la première
fournée, JF n’en fait qu’à sa tête, trouvant que
le second trappeur lui coûte trop cher. J’ai beau insister, lui
affirmant qu’il va droit dans le mur parce qu’il manquera d’argent durant
toute la partie, il s’entête et préfère, comme il
me le dit, « jouer sa stratégie ». La suite de la partie
mettra en évidence que ses achats de bâtiments chers ne
sont pas la bonne tactique. De mon côté, comme la carte
Observatoire est présente au premier tour, je m’en saisis en
me disant que je verrai bien si elle est aussi puissante que certains
veulent bien le dire sur TricTrac


Plus la partie progresse, plus JF mesure qu’il
a commis une grosse erreur au départ : il ne peut rien faire
du tout, ne disposant que de 1 à 3 roubles en début de
manches ! Résultat : sur un tirage des artisans comme celui-ci,
il est contraint de me laisser prendre les 4 chercheurs d’or pour un
total de 10 roubles…

Cliquez pour agrandir !
La configuration finale de la partie : j’ai atteint
sans forcer les 10 nobles différents (avec même 4 doubles
disponibles sur la table, n’attendant que des tirages de cartes spéciales
qui valent le coup). Notons que la partie s’est vraiment jouée
sur l’argent dès le premier tour, avec une progression fulgurante
de mes artisans (pour atteindre un revenu de fin de partie de 42 roubles)
et de mes nobles (revenu en fin de partie de 31 roubles)…

 

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure – Mise en place du jeu : 5 minutes – Explication des règles : 15 minutes
Je remporte cette partie avec un total de 147 points devant JF avec 89 points.
Le détail est le suivant :

Points de victoire
Nobles
Argent
Total
JF
79
10
0
89
Ludo le gars
89
55
3
147


Débriefing
Cette partie de Sankt Petersburg, totalement à sens unique, met en évidence que ce jeu n’est pas fait pour être joué à 2 lorsque l’un des joueurs ne le connaît pas du tout : il se vite distancer, croyant que l’acquisition rapide, mais couteuse, de points de victoire lui permettra de faire le trou au score, ce qui est totalement infaisable sans argent.
JF a, du coup je pense, très moyennement apprécié ce jeu et il ne souhaite pas y rejouer à 2 (même à 4 je ne suis pas sûr qu’il se laissera tenter…).

Sankt Petersburg m’a paru toujours aussi agréable, en ce qui me concerne, même si je commence à soupçonner que la tactique basée sur l’argent (artisans et surtout nobles qui en rapportent) soit presque toujours gagnante. Il est clair qu’au niveau des bâtiments, mieux vaut ne pas se ruiner. Quant à la fameuse carte Observatoire, et bien franchement, je ne crois pas un seul instant à sa toute-puissance : il faut piocher ce dont on a besoin et comme la pioche peut être capricieuse… vous me suivez ?
Très bon quand même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept − 6 =