[09/06/2012] Africana

Pas mal de nouveautés de ce printemps arrivent doucement sur ma table de jeu… Ce soir, c’est au nouveau Michael Schacht, sorti chez Abacus Spiele, Africana, que nous nous adonnons. La règle n’a rien de révolutionnaire : on a l’impression d’y avoir déjà joué 1 000 fois juste en ayant lu la règle, mais bon, on verra bien ce que ça donnera, en situation ludique
réelle…

 

AFRICANA :

 


Ca oui, la boîte est belle et nous plonge bien au coeur de l’Afrique de la fin du XIXème siècle, début XXème, avec ces explorateurs assoiffés de découverte et d’exotisme.
D’ailleurs, soyons clairs, voici exactement le thème de ce jeu…

Une carte générale de l’Afrique est proposée aux joueurs, sur laquelle un pion d’explorateur à leur couleur va se promener en empruntant les voies tracées. Le thème disparaît un
tant soit peu, quand on voit qu’en trois secondes on peut aller d’Afrique du Sud à Madagascar, (rappel : fin du XIXème siècle…) 😉

Cinq cartes d’expéditions sont étalées sur lesquelles les joueurs vont disposer des marqueurs à leur couleur afin de signaler qu’ils ont été présents sur le lieu de départ à un
moment donné et qu’ils concourrent pour remporter la carte (ce sera fait quand leur explorateur atteindra le lieu final). Aspect très sympathique du jeu car c’est clairement la
course et cela dicte nos mouvements…

Nous jouons cette partie à 3 joueurs, avec Jean-Luc en bleu, Fabrice en jaune et moi-même en rouge. La règle est limpide et le jeu très plaisant, surtout en raison des double cartes
d’objectifs : celles d’expéditions communes présentées juste avant et celles que l’on peut acquérir de manière individuelle (en les payant £5) sachant qu’au nord on acquiert des
cartes du sud et inversement…

Normalement, pour se déplacer, on doit dépenser des cartes colorées. Mais il existe une astuce très sympa également qui consiste à s’octroyer les services d’assistants colorés pour
se déplacer, sans en défausser les cartes. Certes on doit consacrer du temps à les acquérir, mais ensuite c’est des cartes de gagnées… La contre-partie c’est que plus vous avez de
cartes d’assistants en fin de partie, plus vous aurez de malus de points ! Bien vu, M Schacht…

Sur la photo précédente, on a vu que j’ai collecté une carte d’assistant violet (en allant à Zanzibar) puis que j’ai réussi à m’en servir pour aller au Congo et empocher £4 et 2PV.
A présent, Jean-Luc jue son tour, sous les yeux d’un Fabrice un tantinet fatigué peut-être…

Peu après, j’investis £10 dans deux cartes d’expéditions individuelles pour remporter un artefact de masque et un assistant rose…

Ma main comporte à présent trois assistants, ce qui me permet de me déplacer à grande vitesse à chaque tour, même si je risque 10PV de pénalités en fin de partie…

La partie est un poil longue, mais on s’y dirige tout droit quand même puisque il n’y a presque plus de cartes dans la pioche de cartes d’expéditions collectives…

Je prépare ma défausse finale, en optant pour la pioche de 2 cartes de voyage à mon tour pour en avoir 5 en main…

Alors que nous sommes trois en concurrence sur la carte d’expédition n°2, la pioche est maintenant épuisée et dès que l’un de nous en réalisera une, on ne pourra plus réalimenter ce
qui indiquera que nous serons dans le dernier tour de jeu. Pile poil le moment pour que je procède à ma grande défausse…

Hop, je choisis de prendre 2 cartes de voyage, ce qui porte mon total à 7 cartes en main, soit deux de trop par rapport à la limite autorisée. Ah, pas de bol alors, je vais devoir
en défausser deux ;-))) Et voilà comment on élimine, au tout dernier moment, deux cartes d’assistants gênantes…

Fabrice réalisant la dernière expédition collective, nous sommes dans le dernier tour de jeu et, comme je suis le dernier joueur, je le clos en prenant moi-même une expédition
collective…

En fin e partie, on décompte les cartes amassées qui ont été stockées face cachée sous sa carte de drapeau : PV des expéditions réalisées + PV des artefacts identiques et/ou
différents + PV des £ restantes + PV des cartes non réalisées – PV des assistants encore en sa possession…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La fluidité de la règle, voire son évidence,
– La tension liée aux cartes d’expéditions collectives, avec ce judicieux placement de marqueurs sur les cartes où l’on a été (cela fait monter la pression, c ‘est clair !),
– Les cartes d’epxéditions individuelles, en parallèle, offrant un autre stratégique au jeu,
– Les assistants avec leur double facettes,
– L’équilibre général qui est, ma foi, très réussi et qui amène des sensations proches de celles ressenties sur Le tour du monde en 80 jours (ici)…

 

On a moins aimé
– Une durée un poil trop longue par rapport à ce type de jeu, assez répétitif quand même,
– Le thème qui s’efface lorsqu’on voyage,
– Le trop grand classicisme du jeu qui risque fort de faire passer beaucoup de gens à côté d’un petit régal quand même…

 

 

Scores de la partie :

  

 

Cartes Artefacts Assistants £ Cartes non finies Total
Jean-Luc (bleu) 32 18 0 0 0 50
Fabrice (jaune) 25 2 -5 1 0 23
Ludo le gars (rouge) 43 12 0 1 0 56

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


Durée de la partie : 2 heures

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + = dix-sept