[09/07/2011] Râ the Dice Game, Age of Steam – Madagascar, Felinia

Deuxième journée au gîte et grosse journée ludique avec pas mal de parties jouées, dont les trois ci-dessous que je vais vous relater de ce pas :
Râ the Dice Game : pour se mettre en jambes, ce jeu de dés me paraît vraiment parfait !
Age of Steam – Madagascar : là, pour le coup, je n’en reviens toujours pas ! Nous avons, enfin, rejoué à Age of Steam, comme à la grande époque où ce jeu revenait sans cesse sur la table. En cette belle après-midi, c’est à une carte d’Alban Viard que nous nous adonnons, à savoir la très originale (bravo !) carte de Madagascar, où toutes les actions sont des actions négatives !
Felinia : histoire de découvrir un nouveau, jeu, tout frais, tout chaud, nous terminons la soirée et la nuit autour de ce jeu qui, malheureusement, ne contient aucun vrai chat
dans la boîte…
Allez, hop…

 

RÂ THE DICE GAME :

 


Le jeu fun et pourtant malin par excellence ! Yohel vient de jeter les 5 dés et est en train de réfléchir à ceux qu’il va relancer et à ceux qu’il envisage de conserver pour
réaliser une première progression sur les différentes zones du plateau commun…

En fin de premier tour, on voit que Yohel (rouge) a avancé sur la piste du Nil et a positionné deux monuments, Karine (jaune) a placé une crue et avancé d’une case Nil sur la
piste concernée, tout en ayant posé un cube monument, alors que moi (vert) j’ai simplement avancé sur les pistes Pharaon et Nil…

Fin de première époque, avec un décompte qui devrait être à l’avantage de Karine et de moi-même…

Fin de deuxième époque, avec une superbe série de 5 cubes verts sur les Civilisations ! Je prends une belle avance…

La troisième époque va se révéler déterminante avec des monuments qui vont clairement faire la différence…

Fin de la troisième époque, et donc de la partie, et je couine de chez couine avec mes cubes de monuments qui n’ont jamais pu être regroupés par 3 !

Après le décompte, je me prends une grosse envolée de mes camarades de jeu, surtout de Yohel, et je maugrée à qui mieux mieux. A noter une ereur de 2 points sur les scores de Karine
et de moi-même…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La vraie simplicité du jeu, sans pour autant que celui-ci soit taxable d’incrontrôlabilité !
– L’interaction permanente sans pour autant qu’on se fasse directement sabrer : miam !
– La rapidité des parties
.

 

On a moins aimé
– ?

 

Scores de la partie : 

 

Yohel (rouge) : 56 (12+0+9+10+25)
Karine (jaune) : 45 (10+5+10+7+13)
Ludo le gars (vert) : 34 (11+7+13-2+5)

 

Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20

 

Durée de la partie : 45 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

AGE OF STEAM – MADAGASCAR :

 


Disons-le tout de suite : l’extension de Madagascar est extrêmement particulière puisque toutes actions proposées sont négatives ! En gros, à chaque tour, on enchérit pour avoir le
droit de choisir la moins pire…

Yohel et Fabrice, deux débutants sur ce jeu, devraient véritablement se régaler…

Trois actions sur les huit sont bloquées au hasard puis nous avons choisi nos actions du premier tour : en tant que vainqueur de l’enchère, j’ai opté pour Urbanisation mais une
seule construction, Fabrice a choisi de passer obligatoirement lors de la prochaine enchère, Yohel a décidé de construire en dernier et Lucarty a pris une locomotive mais sans
convoiement. Comme on peut le voir, ça promet…

Petite vue du plateau après le premier tour de jeu entièrement réalisé. Jaune et bleu ont construit au centre, alors que j’ai construit en bas, sachant que Lucarty n’a placé aucun
marqueur à sa couleur en raison de son action choisie…

Malgré une très grande fatigue de ma part, liée en grande partie à la nuit très agitée de ma ch’tiote, j’apprécie très fortement de revenir à Age of Steam après une assez longue
période sans y jouer…

Je suis très légèrement détaché au score, avec deux petits points d’avance sur Yohel, en possédant autant de titres que lui (6). La partie s’annonce palpitante…

Prise en main très rapide pour nos deux novices…

Les constructions centrales commencent à me paraître vraiment puissantes aussi je commence à amorcer une remontée vers le sud-est, en espérant pouvoir remonter beaucoup plus
haut…

Peu de changements sur le tableau de positions, mais à noter la petite distension sur les titres en faveur de Yohel…

Ouf, j’ai réussi à remonter jusqu’à la ville n°4 noire et je m’apprête à aller titiller une ville rouge étonnante puisque sans n°…

Très grande tablée dans ce gîte et donc multiples parties simultanées. A noter que Lucarty hésite à fond dans le nombre de titres à émettre, sous peine de voir Yohel prendre un très
clair avantage sur cet axe…

Fabrice vient me chicaner sur cette liaison que je ne pouvais pas construire en une seule fois. Pénible le garçon…

Petite vue générale alors que nos réseaux jaune, bleu et vert semblent bien équilibrés. Celui de Lucarty, en rouge, tout à fait au nord, paraît en revanche plus faible…

Yohel se détache sur les locomotives et je ne sais pas encore que cela causera clairement ma perte et scellera, pour lui, une victoire retentissante…

Si on se limite à cette vue, tout paraît encore bien jouable pour tout le monde…

Les dés de production rapportent des cubes au plateau mais l’absence d’action de Production, elle, empêche une réalimentation du tableau que personnellement j’apprécie
beaucoup…

On esquive toujours autant les montagnes…

Oulhalha les choses s’emballent à fond : Yohel nous met un boulevard comme en témoigne cette photo prise à l’aube du dernier tour…

Pas de cataclysme lors du dernier tour et voici donc la configuration finale du plateau…

Et la photo des tableaux est elle aussi sans équivoque : on s’est pris une grosse rouste !
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’inversion du système d’actions : on enchérit pour pouvoir choisir l’action la moins pire ! Génial !
– La tension permanente du jeu sur cette carte,
– Le choix
des actions proposées, assez bien vu, et le système aléatoire de blocage.

 

On a moins aimé
– L’absence de réalimentation des tableaux de cubes,
– La perte de tension, sur cette partie, lors des 3 derniers tours avec l’avance prise par un joueur…

 

Scores de la partie : 

 

Piste Titres Voies Total
Yohel (jaune) 30 8 13 79
Fabrice (bleu) 25 15 16 46
Lucarty (rouge) 25 12 11 50
Ludo le gars (vert) 21 10 13 46

 

Note du jeu (sur cette partie) : 19 / 20

 

Durée de la partie : 2 heures 45 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

FELINIA :

 


Ne vous fiez pas à la boîte : à aucun moment de la partie nous n’avons eu l’impression de jouer à un jeu sur le thème de peuples chats. Et pourtant ce thème nous apparaissait
porteur et très attrayant…

Au départ, quatre bateaux sont amarrés avec indiquées dessus les trois denrées attendues et le nombre de places disponibles pour les joueurs pour l’embarquement. En haut, les cinq
entrepôts contiennent chacun 2 denrées et nous allons enchérir pour savoir lesquelles nous allons collecter…

Chacun dispose, à tour de rôle, un disque à sa couleur sur l’un des entrepôts et, lorsque chacun en a placé trois, la phase d’enchères est terminée. Et c’est là que se produit le
meilleur moment du jeu…

Exactement comme dans Die Speicherstadt, le montant des paiements est égal à la hauteur de la pile de marqueurs. Ainsi, à gauche, Maitena peut payer deux pour prendre l’une des deux
denrées, puis je pourrai payer un pour prendre l’autre…

Je suis le premier joueur à embarquer sur un bateau en dépensant trois denrées (deux vertes et une orange / marron). Je place l’un de mes personnages sur l’avant du bateau, lequel
partira lorsqu’un second viendra s’y mettre…

Maitena se prend vraiment au jeu, disant à l’envi que le jeu lui plaît vraiment beaucoup ! De mon côté, je dois bien avouer que je suis beaucoup moins enthousiaste, et pour de
multiples raisons (j’y reviendrai)…

Romain réalimente les entrepôts alors que les deux premiers personnages ont rallié la grande île et se sont disséminés dans la région orange / marron …

Jean-Luc, au moment de déplacer un bateau sur lequel il a embarqué.

Plein de petites choses me gênent dans ce jeu, à commencer par des couleurs délirantes car quasiment indifférenciables…

Mon butin, en cours de partie, constitué de quelques jetons glanés sur la grande île et de cartes (3 épices et 1 coffre). Le petit plateau, en haut à gauche, sert à comptabiliser
son argent et présente les actions possibles pour en regagner. Pourquoi pas des vraies pièces ? Pourquoi pas ces actions sur le plateau ? Des choix étonnants et pas très
fonctionnels…

Le matériel est coloré et agréable à… regarder 😉 Ici, on voit un bateau piloté par Maitena, avec laquelle je fais équipe sur ce coup, en train d’accoster sur la région bleu /
vert de la grande île…

Plus la partie avance et plus je ressens de la frustration en ayant la très désagréable impression que le jeu tourne tout seul, sans que je puisse influer d’une quelconque manière
sur son déroulement. Certes, je suis fatigué et c’est ma première partie, mais quand même, je suis vraiment très dubitatif…

Les derniers bateaux qui vont partir ne contiennent -évidemment- aucun personnage vert, victime sans arrêt d’effets colatéraux des actions de mes adversaires…

Vue finale de la configuration du jeu, avec un nombre de personnages éloquent sur la grande île : 7 bleus et 7 jaunes, pour 5 rouges et 4 verts. Ce n’est pas un synonyme de victoire
que d’avoir beaucoup de personnages mais on sent bien que ça doit pouvoir y jouer un rôle quand même…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le système d’enchère à la Die Speicherstadt, apportant son lot de tensions et autres couinements
.

 

On a moins aimé
– Les couleurs hallucinantes choisies,
– Le thème porteur malheureusement complètement absent,
– La désagréable impression de voir le jeu jouer tout seul, surtout si vous vous retrouvez bloqué sans intention réelle par les autres joueurs,
– La durée beaucoup trop conséquente pour un jeu de ce genre,
– Le temps d’attente incroyable entre deux tours à soi, parfois, avec certains joueurs qui vont jouer beaucoup plus que d’autres,
– L’impression d’un jeu cassé en deux avec deux phases trop différentes et, surtout, une deuxième phase peu élégante.

 

Scores de la partie : 

 

Tuiles Groupes Cartes Total
Jean-Luc (jaune) 17 15 4 36
Romain (rouge) 17 11 8 36
Maitena (bleu) 10 9 3 22
Ludo le gars (vert) 8 6 4 18

 

Note du jeu (sur cette partie) : 11 / 20

 

Durée de la partie : 2 heures 45 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 × un =