[09/08/2006] Alexandros X2

Alexandros, c’est quelque chose. Clairement. Et je voulais vraiment profiter des vacances pour faire découvrir ce jeu très très bon à Julie. Du coup, on en enchaîne deux parties ce soir, avec une très grosse impression à l’issue de celles-ci. Du grand régal. Et Julie a adoré !

ALEXANDROS :

Première action du premier tour en ce qui me concerne (Julie a déjà joué) : déplacement d’Alexandre jusqu’à la lyre la plus proche, clôture d’une région dans laquelle je place un gouverneur en payant une amphore. Les gains potentiels, pour cette région, sont de 4 points. Pas mal pour un début…
La partie a doucement pris son essor et la situation est assez confortable en ce qui me concerne : 3 gouverneurs placés en jeu, contre un seul pour Julie, et une avance de 4 points aux scores. On se fait plaisir…
Le grand moment de cette partie : je m’implante dans une région gigantesque en payant pas moins de 9 cartes et en plaçant 2 gouverneurs. Mais je me suis débrouillé pour que Julie ne dispose pas de carte sur les 2 visibles lui permettant de faire rentrer Alexandre dans cette région pour la fractionner…
Une vue générale qui permet de deviner que je vais engranger points sur points dans pas longtemps grâce à la présence d’un seul gouverneur dans ma région majeure et l’éloignement réussi d’Alexandre sur la gauche. Vivement les collectes d’impôts !
Même si Julie a réussi à placer ses 4 gouverneurs contre 3 pour moi, ma progression au score est saisissante, grâce à ma région surdimensionnée…
Son visage pourrait faire croire qu’elle est blasée, mais en fait Julie s’éclate bien dans le système de jeu. Il ne lui reste plus qu’à comprendre parfaitement comment faire pour engranger plus de points en pénalisant…
Inversion du nombre de gouverneurs placés : 4 pour moi et seulement 3 pour Julie. Par contre, pour les scores, aucune nouveauté : mon avance est de 44 points (avec un gain d’une vingtaine rien que sur la dernière collecte) !
Fin de partie aux points : je dépasse la centaine et Julie plafonne à 70. Sa satisfaction aura été de me piquer ma très grande région, mais cela se sera fait trop tard…
Bilan synthétique :On a aimé
– Le système de déplacement d’Alexandre : original et permettant les pires vacheries
– Les choix cornéliens : faut-il collecter tôt, même avec un gain léger, ou attendre pour espérer mieux ?

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie : 

Julie (rouge) : 70
Ludo le gars (vert) : 103

Note du jeu (sur cette partie) : 19 / 20

———————————————————————————————————————————————–

ALEXANDROS :

On reprend les mêmes et on recommence : Julie arbore une nette détermination et elle déplace Alexandre tout à l’est ce qui aura pour effet de proposer un début de partie assez déroutant…
Etonnant début de partie : 0 point au score, un seul royaume bâti (et très fragile) et une grande région quasiment imprenable en l’état. Si je vous dis qu’en plus Alexandre va continuer sa chevauchée, vous conviendrez qu’on se dirige vers une partie totalement différente de la précédente…
La situation n’est pas banale : j’ai réussi la prise d’une très grande région, d’où mon avance au score suite à une collecte d’impôts, mais on a des mouvements très amples d’Alexandre ce qui ne facilite pas l’acquisition de nouvelles régions…
Julie médite. Mon avance se creuse et elle se creuse les méninges : faut-il m’attaquer le plus souvent possible ? faut-il aller voir ailleurs ? faut-il se faire une grosse main de cartes ? faut-il couper mes royaumes ? Superbes réflexions…
La partie prend tout son sel à présent avec des scores qui se bloquent pendant plusieurs tours à 63 – 57, ce qui laisse la porte ouverte à tous les possibles…
Toujours les mêmes scores et toujours la même tension de fou : on se rend compte, à présent, de l’intérêt d’avoir un gouverneur dehors. En effet, cela permet toutes les offensives : première action on le rentre (en virant un adversaire), deuxième action on collecte les impôts (et on prend de l’avance). Miam…
Les scores ne bougent pas d’un iota, aucun de nous deux ne voulant se lancer dans une collecte (oscillement des positions et donc des gains potentiels). Cette guerre de position nous laissera de vraiment bons souvenirs : tension extrême…
Cette fois, la partie est terminée : aux bâtons ! Avec une très courte avance de 2 points, je remporte cette superbe partie qui restera longtemps dans nos têtes. Riche, beau et intelligent, Alexandros va intégrer de ce pas mon top jeux intermédiaires !
Bilan synthétique :On a aimé
– La tension inouïe lorsque nous étions à 63-57
– L’immense contrôle dans le jeu à 2 joueurs
– La barrière des 100 points qui fixe un objectif et incite à ne pas prendre le risque de laisser filer son adversaire

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie : 

Julie (rouge) : 75
Ludo le gars (vert) : 77

Note du jeu (sur cette partie) : 19 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 × cinq =