[09/08/2009] Viva Pamplona !, Scopa

Deuxième fournée de parties estivales, avec deux petites parties pratiquées en ce 9 août, huit jours pleins après la précédente partie (c’est vous dire comme on fait la grève ludique…).
Au programme, donc, une partie de l’incontournable, et inévitable après l’encierro ttiki des Fêtes de Bayonne : Viva Pamplona, un jeu que les enfant adorent (et nous aussi d’ailleurs ;-), ensuite ce sera la Scopa, version kukuxumusu qui sera de sortie. A quatre joueurs, avec les enfants, ce sera au moins aussi bon que lorsqu’on enchaînait les parties avec Julie, il y a une dizaine d’années…

VIVA PAMPLONA :

 


Etre le plus courageux lors des San Fermin de Pampelune, lorsque les taureaux déboulent dans les rues, voilà le programme de ce tactique et pourtant ultra-fun Viva Pamplona, déjà
pratiqué avec bonheur lors de nos vacances 2008. Mais là, cette année, nous sommes quand même en plein coeur du Pays Basque, alors c’est autrement plus d’actualité …

Chaque joueur a jeté deux dés une fois, le taureau a avancé de 4 cases et nous allons attaquer le second tour. Ce qu’il convient de viser : être le plus près possible du taureau,
voire devant, mais jamais derrière lui, lorsqu’une carte décompte sera piochée (en lieu et place d’une carte de progression de la grosse bête noire)…

Tristan jette les deux dés pour faire avancer deux de ses festayres, alors que la taureau a avancé de pas moins de 4 cases, une fois encore, le tour précédent…

Ah, enfin, le premier décompte sort et chaque joueur est récompensé en jetons de bravoure en fonction de la position de ses 3 pions…

Partie sympathiquen en famille, sur un jeu dont le thème nous branche tous…

Julie, à chaque tour, pioche la carte fatidique : progression du taureau ou décompte ?

Et hop, second décompte de la partie, alors que nous sommes à peu près à mi-parcours. Je suis super bien placé avec mes pions verts, Maitena pas trop mal avec ses bleus, quant à
Julie en rouge et Tristan en blanc, c’est autre chose…

Le taureau avance à très grande allure, ayant déjà franchi les deux cases roses glissantes (tomates). On n’arrive pas à le suivre, excepté Tristan qui devrait vite remonter au score
si un décompte survient sous peu…

Décompte numéro 3 et on couine tous sauf Tristan, lequel a réussi à être à maximum une case de l’animal…

Plus que quelques encablures avant que le taureau n’entre dans l’arène (= fin de partie)…

Ouf ! Nouveau décompte à une case du but, ce qui ne fait pas les affaires de Tristan (déjà entré avec ses 3 pions dans l’arène, au plus mauvaises places donc)…

Finde partie, cette fois, et Maitena et Julie auront deux pions derrière le taureau, ce qui leur rapportera des points négatifs lors du calcul des scores…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le thème du jeu surtout quand on est en plein dans le contexte !
– La réelle impression d’être dans les rues de Pampelune,
– Les possibilités tactiques et de prise de risque, où l’on se sent héroïque parfois 🙂

 

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

Julie (rouge) : 37 (24 en stock + 14 des places – 1 de pénalité)
Tristan (blanc) : 22 (16 + 6 – 0)
Maitena (bleu) : 27 (17 + 12 – 2)

Ludo le gars (vert) : 46 (33 + 13 – 0)

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


Durée de la partie : 45 minutes

 

———————————————————————————————————————————————–

SCOPA :


Elles ne sont pas craquantes ces vaches du kukuxumusu ? Franchement, rien que pour elles, on a envie de se creuser les méninges pour retrouver les règles de la Scopa… Je m’y
attelle et nous arrivons à quelque chose de pas trop erroné, vraisemblablement…

A partir des 4 cartes initiales étalées sur la table et de sa main de 3 cartes, il faut essayer de collecter les cartes Or et les cartes 7 (le 7 d’Or a donc double intérêt). Si on
joue une carte de même valeur qu’une carte présente (ou une combinaison étalée), on empoche le tout. Si on vide ainsi la table, on dit « Scopa » et on aura un point de plus en fin
de manche…

Ma main de cartes, à ce moment-là, est particulièrement attractive mais dure à jouer : si je pose le 7 d’Or sur la table (on est contraint de poser une carte si on ne peut rien
prendre), il est certain qu’on va certainement me le subtiliser, mais si je le garde, qui me dit que je vais pouvoir le gagner quand même ? Et si je jette le 4 ou le 5 d’Or, ne
va-ton pas, là encore, me les subtiliser ? Bon, de toute façon, je vais couiner…

Julie, comme aux premières heures de nos mythiques parties de Scopa… Petite précision sur les décomptes de points : 1 point pour celui qui totalise le plus d’Or, 1 point pour
celui qui a le 7 d’Or, 1 point pour celui qui a le plus de 7 (voire de 6, de 5, etc… en cas d’égalité) et 1 point pour chaque Scopa réalisée. Le vainqueur sera le premier à 10
points (total arbitrairement fixé par nous-même)…

Les enfants prennent un très grand plaisir sur ce jeu, excellent pour le calcul mental d’ailleurs…

Au tour de Julie de prendre en photo sa main de cartes. Il y a comme un air de famille avec la mienne de tout à l’heure, non ?

Avec 3 grosses cartes comme celles-ci au centre de la table, qui plus est sans Or dessus, on a affaire à une situation bien peu attractive…

Que faire de raisonnable dans cette situation ? Bon, comme je ne peux rien prendre et que je ne vais pas jeter mon 7 d’Or, je vais jeter un 1, et puis on verra bien…

Là, je la joue tactique, préférant jeter le 12 (pourtant bien utile lors des combinaisons), afin d’éviter que ma voisine ne fasse une Scopa possible avec le 6+5 = 11…

Après pas moins de 7 manches endiablées, nous terminons cette splendide partie, puisque j’atteints les 10 points visés, alors que Tristan termine vraiment très près…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le côté addictif du jeu : on a envie d’enchaîner les manches !
– Les aspects tactiques qui se révèlent de manche en manche, et qui reviennent à la mémoire, même 10 ans après…
– La tension générée par une Scopa réalisée : quelle carte le joueur suivant va-t-il jeter, sachant que son voisin pourra à son tour « scoper » ?
– Le look particulièrement craquant de cette version du jeu (un jeu basque du mus normalement).

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

Julie : 7 (1 + 0 + 2 + 3 + 0 + 1 + 0)
Tristan : 9 (3 + 0 + 2 + 1 + 0 + 0 + 0 + 3)
Maitena : 6 (1 + 0 + 0 + 0 + 0 + 4 + 1)

Ludo le gars : 10 (0 + 3 + 1 + 0 + 3 + 0 + 3)

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


Durée de la partie : 1 heure 45 minutes (pour 7 manches)

 

———————————————————————————————————————————————–

9 commentaires à propos de “[09/08/2009] Viva Pamplona !, Scopa”

    • Hello !
      Viva Pamplona est un vieux jeu de Kramer (de 1992) sorti chez FX Shmidt. Je l’ai déniché voici plusieurs années au salon d’Essen à l’occas’. De temps à autres, on en voit sur TricTrac proposés à
      l’échange / vente ou sur E-bay.
      Pour la scopa, c’est un produit classique vendu dans les boutiques kukuxumusu (Bayonne, Donostia, Bilbao) mais il est peut-être bien disponible en lignesur leur site. En fait, à la base, c’est le
      jeu « Mus » qui est un jeu classique basque. Mais le matériel est le même que celui de la Scopa.
      A+

  1. Bonjour,
    Je suis vendéen et la ressemblance des cartes avec un jeu typique de Vendée est frappante ! Ce jeu est l’aluette ou jeu de la vache.http://fr.wikipedia.org/wiki/Aluette.
    On y retrouve les 4 « couleurs » : Epée, massue, coupe et denier.
    Par contre, les règles en sont totalement différentes avec entre autre la présence d’atouts.

    Bonne continuation et félicitation pour ce site que je consulte très souvent.

    Llaume.

  2. Je viens tout juste d’acheter mes cartes pour pouvoir rejouer à scopa et ton compte rendu de partie me donne encore plus envie d’y rejouer. Dans mon cas, il s’agit de cartes napolitaines.

    Es-tu sûr qu’il ne s’agit pas à l’origine d’un jeu italien ? En tout cas, toutes mes vacances en Italie, ont été bercées par ce jeu et celui de la briscola. Des parties endiablées avec ma
    grand-mère.

    Quelques liens sur wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Scopa_(jeu_de_cartes)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_cartes_italiennes

  3. Bonjour,
    Je suis vendéen et la ressemblance des cartes avec un jeu typique de Vendée est frappante ! Ce jeu est l’aluette ou jeu de la vache.http://fr.wikipedia.org/wiki/Aluette.
    On y retrouve les 4 « couleurs » : Epée, massue, coupe et denier.
    Par contre, les règles en sont totalement différentes avec entre autre la présence d’atouts.

    Bonne continuation et félicitation pour ce site que je consulte très souvent.

    Llaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq − 4 =