[09/11/2002] Pueblo

Participants
– Jo, architecte guatémaltèque en exil à Fontaines sur Saône,
– Julie, en délicatesse avec les formes bizarroïdes imaginées par le sieur Wolfgang,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Pueblo est un jeu qui me semblait convenir parfaitement pour une fin de soirée, puisqu’il est léger 😉 simple d’accès re-;-) et éminemment évident à jouer re-re-;-).
Ni Julie, ni Jérôme ne se dégonflent, alors en avant pour une partie de Pueblo, le fameux jeu de Tétris, sans PC, mais avec la configuration 3D qui va bien…

Jérôme ne connaissant pas ce jeu, j’expose rapidement la règle, au demeurant fort simple, en insistant sur la nécessité de faire reposer toutes les faces de sa forme à chaque tour.


Une vue rapprochée du plateau permettant de bien visualiser
la dédicace de Wolfgang Kramer, à même le quadrillage…

Chacun prend les formes de sa couleur et entame
la construction de l’édifice, en prenant garde de ne pas trop se
montrer, sachant que le chef du village se promène relativement
doucement autour du pueblo en cours d’élaboration.

Je tente de jouer les blocs de ma couleur
avant de jouer ceux de couleur neutre, ce que Julie essaie de faire également,
tandis que Jo, en véritable découvreur du jeu, ne peut se
résoudre : il est tellement tentant de jouer les blocs neutres
en premier, histoire de cacher ses propres blocs déjà joués,
que l’on ne mesure paés immédiatement que dans tous les
cas il faudra bien, tôt ou tard, jouer ses blocs colorés
!

Les tours s’enchaînent et je réalise
un véritable sans-faute : peu de parcelles visibles du tour et
également en altitude.
Jérôme éprouve nettement plus de difficultés
à cacher ses pièes, tout comme Julie, mais son cas est différent,
car les délais d’attente ont plutôt tendance à endormir
les adversaires, alors…


Votre serviteur en pleine explication des mécanismes de Pueblo
auprès de Jo et de Julie. La photo me voit présenter la
piste de scores, ce qui n’est pas forcément le lieu de toutes
les péripéties…


Julie au moment précis de la pose de sa pièce : si
l’on en juge par le temps d’attente pour assister à un tel événement,
ce cliché est une véritable rareté…


Jérôme pris sur le vif : un corps
d’athlète cambré sur le plateau de jeu, ses bras musclés
exacerbant ses muscles postérieurs en pleine pose de bloc turquoise…

La partie avance tranquillement et je suis très
serein. En effet, aussi bien Jérôme que Julie mettent 3 heures
à réfléchir au meilleur placement possible, sans
que ce dernier ne se révèle très efficace. Par le
terme « efficace », j’entends un placement qui me soit problématique,
car ils ne se sont pas rendus compte qu’il leur fallait agir et je file
directement vers une victoire sans souci…


La configuration du jeu juste avant le tour final du chef du village.
A noter que Julie s’est amusée à me précéder
juste avant cette ultime étape…

La partie arrive à son terme sans surprise
et le chef du village va se faire un plaisir sadique de décompter
les blocs turquoises présents en très grand nombre en façade…


Le pueblo s’élève de plus en plus, et les blocs turquoises
ont une fâcheuse tendance à se révéler…


Julie procède à une avancée sur la piste de score,
à quelques tours de l’arrivée…


Le pueblo final, après le tour du chef du village…

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 52 points (20
+ 32), suivi de Julie avec 65 points (19 + 46) et de Jérôme avec
le score fleuve de 141 points (42 + 99).

Débriefing
Cette partie de Pueblo fut un vrai plaisir :
– Réflexion,
– Qualité du matériel,
– Partie rapide.
Mais, ce fut relativement difficile pour Julie et Jérôme de pla
cer les blcos informes, dans un sens ou dans un autre. Globalement, les délais
d’attente furent colossaux, en rapport au temps que je mettais à jouer
: si je joue en un temps de 1, Jérôme mettait 3 et Julie 5 !
Au final, ils ressortirent fatigués de l’épreuve, même s’ils
apprécièrent la mécanique.

Pueblo est un excellent jeu de volumes. Vous devez à tout instant être
capable de savoir où placer votre prochaine pièce,
tout en sachant que vos adversaires faisant de même, les meilleurs emplacements
risquent fort d’être déjà au moins occupés en partie…
Il ressort de cette partie qu’il est très important de jouer les blocs
de sa couleur le plus tôt possible, afin d’être en mesure de cacher
le, ou les, blocs joués dans la foulée. En effet, si vous jouez
un bloc neutre d’abord, comment cacherez-vous le bloc de couleur que vous jouerez
ensuite ? Elémentaire, mais très difficile à appliquer
tant il est tentant de jouer un bloc neutre quand il est disponible. Le mieux
reste cependant d’obliger vos adversaires à vous cacher vous-même…

Ce jeu est un divertissement remarquable, très innovant,
et doté d’un matériel irréprochable. Un must des jeux abstraits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 4 = un