[10/01/2003] Spoker

Participants
– Julie, prête à tester un nouveau jeu, pourvu qu’il soit rapide et détendant,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Nous voulions faire une partie d’un jeu rapide (moins d’une heure), qui ne soit pas trop prise de tête (Julie éprouvant des difficultés à se concentrer par les temps qui courent…) et qui soit, pourquoi pas, nouveau ! Alors, je suggère une partie de Spoker, l’un des jeux à tester que réserve la ludothèque de Ludo le gars. Julie acquiesce à ma proposition, aussi nous lisons les règles ultra-simples et accessibles, très bien illustrées d’exemples.


Julie s’apprête à poser sa première combinaison
sur le joli plateau de feutrine…

La suite de la partie s’améliore :
les combinaisons sont plus évoluées (full, carrés,
…) et les placements plus fins (cartes Etoile doublant les points, cases bonus). Je réalise ainsi une belle combinaison me rapportant 30 points, mais Julie se venge, dans la foulée, en marquant à son tour 70 points, ce qui lui procure une avance importante : plus de
40 points !.


Julie semble perplexe, mais c’est juste un effet visuel tant son avance
au score est importante à ce moment de la partie : environ 80 points
la sépare de moi…


Une vue rapprochée du plateau en fin de partie…

Le début de partie est poussif car il n’est pas très facile de réaliser des combinaisons valides avec seulement 5 cartes ! En effet, au mieux vous avez une paire, mais du fait que chaque carte (exceptée celles de la couleur Etoile) est en double exemplaire, encore faut-il que vous n’ayez pas 2 cartes de la même couleur (du genre : 2 valets de pique !).
Nous ne plaçons que des combinaisons minimales lors des 10 premiers tours, voire nous échangeons des cartes, voire, en ce qui me concerne, je suis obligé de gaspiller mes jokers (j’en ai 2 sur mes 5 cartes initiales et en début de partie ils ne sont pas très intéressants…).


Le plateau après quelques tours : de petites combinaisons,
majoritairement sur une grande ligne horizontale…

Le dernier tiers de la partie devient passionnant
: la carte joker que joue Julie pour récupérer une valet
d’étoile est très bien utilisé, encore faut-il
qu’elle parvienne à s’en servir. Je fais de même mais récupère
un as d’étoile que je viens de poser, ce qui devrait me permettre
de me servir deux fois de la même carte, et donc marquer beaucoup
de points de la sorte.

Le jeu semble bientôt parvenir à son terme et l’écart se rétrécit à vue d’œil entre Julie et votre serviteur. Les sacs sont quasiment vides à présent et lorsqu’ils le deviennent totalement nous jouons avec notre résidu de cartes, la peur au ventre que l’un de nous joue toutes ses cartes d’un coup et achève le jeu en provoquant des points négatifs à son adversaire (les cartes restantes en main).
Une carte par ci, une carte par là, Julie est obligée de placer son valet d’étoile pour former une paire bien peu lucrative mais nécessaire afin de ne pas conserver en main l’étoile en fin de partie.
Je construis une jolie suite de combinaisons au nord-ouest du plateau, ce qui me rapporte une cinquantaine de points en 4 tours, ce qui n’est pas si mauvais à cet instant.
Julie place deux cartes d’un coup et me dira après coup s’être trompé de choix (un 10 au lieu d’un roi je crois) ce qui lui occasionne un malus final (un roi de résidu).

Je crois que je vais l’emporter, alors que
Julie a mené la danse de bout en bout…


La configuration finale du jeu…

Décompte final
Je gagne la partie avec un total de 278 contre 264 (274
– 10) pour Julie, qui se montre particulièrement vexée d’avoir
laissé échapper une victoire qui lui semblait acquise.

Débriefing
Si l’on excepte le pseudo énervement de Julie une fois la partie finie,
pour cause de mauvaise gestion finale de sa part ;-))) la partie a été
plutôt sympa et le jeu s’est bonifié tout au long de son déroulement
:
– Poussif durant le premier tiers,
– Riche en milieu de partie,
– Très tactique en fin de partie lorsqu’il convient de marquer des points
pour prendre le large et éliminer ses cartes au plus vite.

Les aspects les plus intéressants du jeu se situent, à mon avis,
dans :
– Une bonne gestion des cartes d’étoile, afin de doubler ses points pour
des combinaisons déjà puissantes à la base, bien placées
sur le plateau (cases bonus) et en essayant de placer toutes ses cartes (bonus
de 15). Il vaut mieux attendre un peu plutôt que de gaspiller une précieuse
carte violette pour doubler 10 points…
– Une utilisation judicieuse des cartes jokers. En effet, une carte joker peut
permettre de récupérer une carte d’étoile, ce qui, déjà,
est très intéressant. Si, en plus, lors de cette récupération,
vous parvenez à prendre une carte d’étoile à une hauteur
qu’il vous manquait, alors là c’est carrément exceptionnel.

Les défauts du jeu résident dans :
– Une part d’aléatoire qui peut ruiner tous vos efforts : sans carte
étoile ou joker, vous ne pouvez pas gagner. Cette part d’aléatoire
est exacerbée en cas d’une partie à 4 joueurs ou plus, car vous
ne jouez alors que rarement et vous êtes tributaire à la fois de
la pioche et des placements adverses qui modifient la configuration du jeu de
manière profonde à chaque tour.
– Une relative répétitivité des tours.
-Des difficultés à conceptualiser les prolongements interdits
(quintes, quintes flush et couleur).

Au final, le jeu séduira les amateurs de jeux dits
classiques, tout en ne déplaisant pas, de temps à autres, à
tous types de joueurs, les grands stratèges, comme les joueurs occasionnels
et les familles. Un bon jeu, très joliment présenté et
sympa à manipuler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 6 = quarante huit