[10/04/2013] Il Vecchio

L’une des nouveautés d’Essen 2012 avait mis un peu de temps pour parvenir jusqu’à moi : Il Vecchio, un jeu de Rüdiger Dorn sorti chez Pegasus Spiele. Le jeu étant arrivé en ma
demeure récemment, Tristan et moi le découvrons cet après-midi et on passe un bon moment, sur un jeu assez classique, sans que cela ne soit le coup de coeur de l’année…

 

IL VECCHIO :


Ce jeu fait partie de la gamme de Pegasus contenant déjà Strasbourg ou encore Firenze, deux très bons jeux. Que va-t-il advenir de cet Il Vecchio qui eut son petit succès à
Essen ? Déjà, chacun incarne une famille influente de l’Italie de la Renaissance, essayant de prendre le pouvoir sur les Medici représenté ici par le monsieur de la couverture. Un
thème ultra-convenu et ultra-vu mais bon, si le jeu est plaisant…

Le plateau de jeu a vraiment un look à l’ancienne, à la Pfeffersäcke, avec ses chemins tracés en blanc pour relier différents villes de la Toscane et ses tons pastels.
L’idée sera d’utiliser nos meeples colorés pour réaliser des actions dans les villes traversées, selon si s’y trouvent des intermédiaires ou pas (les 5 pions colorés avec le même
symbole que sur le blason de la ville)…

Nous démarrons chacun avec une tuile de Conseil Municipal (choisie parmi 3 piochées au départ) laquelle nous permet de partir avec un pouvoir de départ différent de celui des autres
joueurs. Ainsi, en ce qui me concerne, je démarre avec une tuile qui m’octroie un bonus d’une roue et de 2 florins à chaque fois que je réalise l’action de prendre une coiffe
d’évêque…

Tristan est le premier à placer un de ses meeples sur une des trois provinces extérieures en payant le coût requis pour s’y installer : un blason de double épée + 3 florins.
Ce positionnement lui offre immédiatement une tuile choisie parmi celles restantes avec un pouvoir unique et lui rapportera 4PV en fin de partie…

Ce qui marche plutôt bien, c’est qu’à chaque tour on ne réalise qu’une action : on choisit un de ses personnages non couchés et on lui fait faire une action (on peut
éventuellement le déplacer avant en payant un coût d’un florin par ville traversée ou une roue pour aller où on veut). Selon la ville atteinte, on a besoin ou pas qu’un
intermédiaire s’y trouve pour réaliser l’action. Du coup, on doit être dans le bon timing mais ce n’est pas très difficile, sachant qu’il y plein de manières de s’en sortir : une
coiffe d’évêque permet, par exemple, de se dispenser de cette contrainte !

Je ne laisse pas longtemps Tristan tout seul en cette province vénitienne, surtout parce que la case de pose étant jaune, j’obtiens une précieuse tuile de Medici en
plus de la tuile allongée et des 4PV pour la fin de partie. Cette tuile de Medici a un effet immédiat et commun (peu représentatif et contraignant, reconnaissons-le) mais elle me
rapportera aussi 1PV à la fin. D’autre part, la partie s’arrêtera quand les 5 tuiles de Medici auront été prises (à 2 joueurs). Donc, ça a tendance à accélérer le jeu, et comme
c’est un vrai et pur jeu de course…

Petite vue générale, alors que Tristan dispose de 6 meeples jaunes actifs (+ 1  immobilisé définitivement à Venise) et moi 3 (+ 1 à Venise également). Mais pendant qu’il
en rajoute, je préfère glaner des blasons et autres roues ou coiffes d’évêques… Plusieurs stratégies se dessinent, notamment avec les différentes pistes où placer ses meeples :
les trois provinces extérieures, les deux du cenre (noblesse et conseil municipal), …

Je suis le premier à payer un lourd tribut pour poser un meeple dans cette province extérieure : pas moins de deux blasons d’un type + un d’un autre type + 5 florins!
Heureusement, grâce à la tuile que je choisis, je ne paierai pas les florins dus une autre fois, ça compensera un peu… Sinon, cette province est vraiment lucrative en PV : pas
moins de 9 pour mon petit meeple posé et je compte bien venir en placer un second avant que Tristant n’y parvienne…

Le jeu n’est pas compliqué mais on a besoin de regarder la règle pour parfaitement comprendre les effets de certaines tuiles (celles du conseil municipal par exemple ici que
Tristan vient d’investir avec un de ses meeples)…

En plaçant un de ses pions contre deux parchemins, Tristan choisit une tuile parmi 5 piochées. Et en plus ce pion immobilisé lui rapportera 2PV à la fin de la partie.
L’intérêt des tuiles de conseil municipal est d’offrir un pouvoir permanent donc cela est plutôt bien vu avant que la partie ne soit trop avancée…

Le jeu est fluide et plaisant et Tristan, qui a démarré en diesel, est en train de prendre son essor stratégique à l’aide des deux pistes centrales…

Pas moins de trois meeples jaunes sur la piste du conseil municipal ! Et il ne reste déjà plus qu’une tuile de Medici ! A noter que la piste de la noblesse n’a pas encore été
entamée alors que ce sont des PV qui sont offerts sur chaque tuile (il va falloir qu’on se bouge)…

La vue générale à ce moment de la partie alors qu’on aimerait en faire toujours plus mais que le temps va cruellement nous manquer…

Tristan a pris la première tuile de noblesse et je m’y rends aussi dans la foulée pour prendre celle-ci : avec mes 3 tuiles de Medici déjà en main, je m’assure 7PV, voire 10
PV si j’arrive, comme je le prévois, à prendre la dernière…

Je fais couiner mon gone en clôturant la partie par la prise de l’ultime tuile de Medici via la piste de la noblesse, donc avec double gain : je sais que je scorerai 10 PV et
non pas 7 avec ma tuile de noblesse précédente, mais en plus j’en gagne un seconde ! Il nous reste un double coup chacun à jouer…

Et voici la photo de la situation finale, après nos ultimes actions. A noter que 3PV seront attribués pour chaque majorité de meeples sur les pistes (2 du centre + 3 des
provinces extérieures) et que là encore, je suis plutôt en réussite… Petite cerise sur le gâteau : j’ai effectivement réussi à placer mon 2ème meeple sur la province du bas avant
Tristan…

Les éléments amassés par Tristan une fois la partie achevée…

Et les miens…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La diversités des options proposées,
– L’ambiance agréable qui règne sur un jeu assez facile d’accès et assez familial finalement : rien n’est définitivement pénalisant et le timing n’est pas si contraignant
qu’estimé au départ,
– Le côté jeu de course, à la Thurn & Taxis, auquel il me fait bien penser,
– La bonne rejouabilité visiblement.

 

On a moins aimé
– Une certaine froideur, due tant aux graphismes pastels qu’au classicisme du jeu,
– Un certain côté déroutant avec plein de petites choses partout pas forcément imbriquées avec la meilleure logique.
– La règle qui ommet de préciser dans le paragraphe dédié que la présence des intermédiaires est requise pour que l’action puisse être effectuée !

 

 

 

Scores de la partie :

 

Pistes (prov + centre) Bonus Majorités Medici Double tour Tuiles noblesse Total
Tristan (jaune) 18+7 5 3+3 1 0 8 45
Ludo le gars (vert)) 30+2 0 3+3+3 4 0 8+10 63

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


un × = 1