[10/05/2002] Tikal

Participants
– Julie, perdue sans boussole dans la jungle du Guatemala, à la recherche d’utopiques temples mayas,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Découvrir Tikal, c’est un peu comme se lancer à l’assaut d’une montagne du jeu de plateau. En effet, la réputation de ce jeu, la qualité du matériel et le thème porteur en font un monument ludique qu’il convient d’aborder par la face nord, en étant vigilant à son objectivité;

Cette partie va donc viser à nous familiariser avec les mécanismes de ce jeu, nous qui sommes des adeptes de Java, ce qui devrait nous aider considérablement.
Julie prend les rouges, comme à son habitude, et je choisi les pions écrus, car la couleur ni marron, ni blanche, me séduit.

Une fois lues les règles du jeu, très simples au demeurant, et munis de la précieuse carte de résumé fournie dans la boîte, nous nous lançons dans l’exploration de cette jungle maya.
Les premières tuiles piochées nous font découvrir moult trésors que je m’empresse de collecter, car il me semble qu’ils peuvent constituer une monnaie d’échange intéressante. Julie fait entrer moins de membres d’expédition que moi sur le plateau lors du premier tiers de la partie. Le jeu nous mène assez rapidement vers le premier comptage, suite à ma pioche de la tuile volcan n°1.
Le décompte nous surprend un peu puisqu’à 2 ou 3 points près nous terminons à égalité.

La deuxième partie du jeu voit Julie me dépasser en nombre de trésors collectés et s’installer confortablement avec un camp dans la partie nord du plateau. Je tente alors une stratégie amusante : cloisonner son camp pour qu’il n’ait aucun passage vers la partie est du plateau. J’y parviens, et notamment en plaçant la seconde tuile volcan à côté de la première ce qui coupe bel et bien le plateau en 2.
Ce deuxième comptage voit Julie marquer un peu plus de points que moi, et nos scores sont alors semblables !

La troisième phase du jeu est d’une grande beauté :
– Je parviens à créer une impasse au fond de laquelle je mets à jour un temple progressivement avec un seul membre,
– Julie place ses 2 gardiens de temples sur des constructions de 7 et de 9,
– Julie parvient à s’extirper de la partie gauche du plateau, en exploitant la règle d’implantation des camps et en en plaçant un à l’est.
En bref, jusqu’à la pioche du troisième et dernier volcan, le jeu devient très agréable. Ce troisième volcan, à nouveau placé par Ludo le gars, occasionne un comptage qui me surprend au plus haut point : Julie acquiert 9 points d’avance sans crier gare ! Elle a à présent 117 points, tandis que mon marqueur s’arrête à 108 !

La dernière phase du jeu se résume à un opportunisme de tous les instants et à une gestion des membres encore présents sur le plateau.
Julie s’en tire clairement mieux que moi, qui peine terriblement pour ramener dans la partie 8 de mes membres qui étaient agglutinés au sud du plateau sur un temple de 4.

Décompte final
Julie remporte la partie de découverte avec un total de 183 points, contre 171 pour moi, soit avec 12 points d’avance.
Le détail du dernier comptage est le suivant :
– Julie : 117 points + 44 points dus aux temples + 22 points dus aux trésors, soit un total de 183 points.
– Ludo le gars : 108 points + 47 points dus aux temples + 16 points dus aux trésors.

Débriefing
Très plaisant. Ce jeu nous a vraiment séduit car il est très subtil et ses possibilités semblent inépuisables.

Les enseignements de cette première partie sont multiples, en voici certains :
– Il ne faut pas répandre de manière exagérée ses membres d’expédition pendant la première moitié du jeu, car il est très difficile et très coûteux de les faire rejoindre la partie est du plateau sur la fin de partie, lorsque les temples les plus lucratifs sont mis à jour,
– L’acquisition des trésors doit être un moteur de sa stratégie, sans pour autant y perdre trop de points d’action,
– Les possibilités de blocage (impasses, chemins uniques très onéreux, …) sont immenses,
– La gestion des gardiens doit être étudiée et ne peut être utilisée seulement pour protéger un de ses temples que l’on contrôle. En effet, il me paraît très fort, par exemple, de rendre imprenable, par une intrusion massive, lors du décompte final, un temple excentré jusqu’alors contrôlé par l’adversaire et très lucratif. En effet, l’adversaire ne pourra plus rapatrier ses pions sur un autre objectif, et de ce fait, perdra beaucoup de points (n’oublions pas que faire perdre des points à l’adversaire revient à en gagner soi-même, à
2 joueurs évidemment).

En clair, Tikal est vraiment un super jeu, et nous avons hâte de nous y remettre, maintenant que nous possédons quelques considérations stratégiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 3 = null