[10/06/2004] Fantasy Pub

Participants
– Romain, non buveur, mais ravi de terminer la soirée sur un jeu à la fois simple et compliqué 😉
– Jérôme, toujours partant pour une ch’tite bièrasse,
– Vincent, idem à moins que ce ne soit du Saumur,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Après notre partie animée de l’Âge des Dieux, nous poursuivons notre soirée médiévale-fantastique avec Fantasy Pub, un sympathique jeu de parcours qui se déroule dans une taverne. Les hobbits et les nains ne nous quitteront pas de sitôt…
Ayant conçu une petite aide de jeu résumant les règles il y a quelques temps, et bien
précieuse ce soir, je m’attelle à l’exposé des mécanismes de ce petit jeu. Chacun prend un ensemble de buveurs d’une même couleur (les rouges pour Romain, les jaunes pour Jérome, les noirs pour Vincent et les verts pour votre serviteur) puis nous tirons un personnage au hasard que nous plaçons au bar avec un capital de 4 pièces d’or.
La partie peut débuter, dans une bien bonne ambiance de pochards, en s’étant mis d’accord sur une valeur cible de 11 bières bues (le jeu est, paraît-il, un peu long avec les quantités indiquées dans la règle)…


Pour commencer la partie, Romain (rouge) dispose d’un orc au bar, Jérôme
(jaune) d’un nain, Vincent d’un hobbit et Ludo le gars d’un guerrier.
Les 5 tables sont pour l’instant vide de fréquentation mais l’affluence
ne saurait tarder…


Une vue rapprochée au moment où le barman (en violet)
vient de se rendre à la table n°5 afin de rafraîchir
le nain jaune (l’un de ses jeton pièce d’or a été
retourné côté bière. Juste auparavant, à
l’arrivé du nain jaune à cette table, une fête eut
lieu (même espèce) et chacun des nains a bu son coup…


Sur cette vue, on peut remarquer que le bar est bien encombré
: 1 guerrier vert avec 5 bières et 1 pièce (prêt à
sortir), un nain rouge et un autre noir avec 5 pièces chacun (venant
d’entrer)…


Le jeu traîne un peu, jusqu’à ce moment où nous
sommes 3 joueurs en position de l’emporter ce tour : Jérôme
possède déjà 8 bières bues et il a un nain
au bar avec 5 bières, Vincent en a déjà ingurgité
9 et il a un guerrier avec 4 nouvelles bières au bar, quant à
moi j’en ai également bu 9 et mon orc présent au bar avec
4 bières n’attend que de sortir…


La sucette au bec, Jérôme et Vincent sont devrais piliers
de bar, avec des expressions tout à fait dans le ton : « Oulha,
tout ce qu’il a dans le buffet ton gars là » ou encore « C’est
pas pour dire, mais avec ce qu’il a bu, il peut plus se traîner
celui-là »… Savoureux moments qui respirent vraiment le
vécu 😉


L’ambiance ne se dément pas, avec la bière
ou le rhum qui descendent alègrement, tandis que nos personnages
de carton s’enquillent demi sur demi. Nous constatons, la partie avançant,
qu’il est délicat d’avoir l’un de ses personnages au bar lorsque
l’on en a un autre que l’on essaie de rapprocher de la sortie…


L’un des grands moments de la partie : grâce
à mes deux 6 obtenus, je peux faire sortir un de mes guerriers
présents au bar avec 5 bières et un autre, présent
à la table du barman, avec 4 bières. Résultat :
9 bières amassées en un seul coup !


Comme Jérôme joue avant nous, il
fait un double 3 et utilise la somme de ses 2 dés pour sortir
pile-poil du bar (6 points étaient nécessaires pour faire
sortir son nain avec 5 bières bues). La partie est terminée…

 

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure 15 minutes – Mise en
place du jeu : 5 minutes – Explication des règles : 15 minutes
Jérôme remporte cette partie avec un total de 13 bières,
devant Vincent et Ludo le gars avec 9 bières et enfin Romain avec 6 bières.

Débriefing
Que voilà un jeu à boire ! Un vrai jeu de pochtrons qu’il convient
d’emporter avec soi lorsque l’on sort le soir et que l’on est, donc, dans l’ambiance.

Fantasy Pub est un jeu sympa, un poil longuet peut-être, même si
notre ajustement de règle qui visait à n’amasser que 11 bières
au lieu de 13 à 4 joueurs n’aura servi à rien (Jérôme
en a réellement bu 13). Assez tactique finalement, ce jeu est incontestablement
un jeu où il faut jouer rapidement, sans se prendre trop la tête,
sans essayer de toujours tout optimiser, car sinon on risque vraiment de jouer
« trop » longtemps à un jeu de cette catégorie.
Les différences entre les espèces et les contraintes pour pouvoir
boire rendent le jeu très dynamique et varié et cela est très
plaisant. Par exemple, il est certain qu’il est difficile de faire boire ses
hobbits, puisqu’ils ne peuvent en enquiller seulement lorsqu’ils sont en groupe
ou lorsque le barman vient les servir. En plus, ramassant les pièces
d’or que les orcs ont laissé sur les tables, ils sont rarement à
court d’argent, bien qu’ils aient l’habitude de payer à boire à
plus fort qu’eux. De même, les orcs sont une espèce bien difficile
à gérer, tant ils sont soumis à la tentation alcoolique.
Se faisant offrir systématiquement à boire lorsqu’ils s’asseyent
à une table multi-espèces, ils égarent sans cesse leur
argent, et risquent le plus souvent de se faire virer soit parce qu’ils n’ont
plus d’argent à abandonner sur une table, soit parce qu’ils ont atteint
le point de non-retour : 6 bières dans le buffet !
Un jeu, donc, très thématique et très rafraîchissant.
Sympa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six − = 5