[11/06/2022] Robinson Crusoé – Les Naufragés, Kushi Express

Un an et demi ! Non, vous ne rêvez pas, ça faisait déjà un an et demi qu’on avait laissé ce jeu prendre la poussière, ce qui est juste incroyable quand on pense qu’on en a enchaîné pas moins de 22 parties en 2020 !
Le jeu ? Ah oui si vous ne voyez pas, je dois vous le dire et le scénario qu’on attaque aujourd’hui, hein : Robinson Crusoé – Les Naufragés !
Pour le coup cette partie constituera une première : c’est la première fois qu’on y joue avec 4 joueurs en chair et en os ! Qu’est-ce que cela va donner ?

Ensuite, histoire de se la finir à la cool, direction les pays asiatiques pour constituer notre apéritif du soir : Kushi Express ! Un jeu de rapidité bien débile…

ROBINSON CRUSOE – LES NAUFRAGES

Sont-ils vraiment sérieux et crédibles ces trois loustics au moment de s’immerger dans la peau de Robinson Crusoé en quête de sauvetage de son île déserte ?
Pour la première fois, nous jouons à ce jeu à 4 joueurs et nous nous lançons dans le scénario conseillé pour les débutants (il y en a deux quand même : Fabrice et Lucarty), à savoir « Les Naufragés ».
Il va nous falloir, en 12 tours maximum, réussir à construire un gros tas de bois (5 étapes de 1 à 5 morceaux) tout en ayant inventé le feu pour nous en sortir…
Scénario difficile… et j’ai bien prévenu mes collègues que nous ne l’avons gagné qu’une seule fois !
Les inventions étalées sur le plateau, avec les marqueurs d’abri, de toit, de palissade et de niveau d’arme customisés…
Leila, en tant que joueuse la plus jeune, lit la première carte événement qui nous frappe. Ça commence mal…
Chacun a positionné ses deux disques colorés à l’effigie de son personnage (les orange de la menuisière pour Leila, les jaunes du cuisinier pour Fabrice, les bleus de l’exploratrice pour Lucarty et les noirs de mon soldat)…
Vivant une aventure avec point d’interrogation lors de la résolution de l’une de ses explorations, Lucarty découvre trésor composé de 3 cartes (2 coffres et 1 piège).
Ça va pas mal cette affaire, grâce à la longue-vue du capitaine Stone ! Le vieux fusil aussi servira…
Tout en bas de la photo, vous pouvez voir / deviner qu’on dispose des éléments de départ suivant : la Bible et la Pipe à tabac !
Fin du premier tour, avec une seule exploration couronnée de succès pour Lucarty et déjà pas mal de PV perdus…
A noter qu’on a profité de la nuit pour changer notre camp de place : nous l’avons décalé sur la case d’à-côté.
Et nous allons attaquer le deuxième tour… Pas encore de gros soucis majeurs liés à la météo, mais il va falloir y aller au niveau des constructions de l’abri et du toit, au minimum !
Euh… Ça ne craint pas un peu cette affaire ? Quel est ce délire ? Un grave incendie a ravagé la plage et nous perdons aussi le bénéfice du bois de notre tuile !!!
Fin du deuxième tour… En haut à droite, observez que Lucarty n’a déjà plus que 3 PV… 🙁
Encore !!! La dévastation se poursuit avec ce nouvel événement ! Ça paraît d’ores et déjà compliquée comme aventure…
On fait les contents mais on subit, en vrai ! 😉
Utilisant le vieux fusil déniché par Lucarty, je tue un chamois, bien aidé par Lucarty qui est venu me seconder à la chasse. Costaude la bête !
Lucarty n’en revient pas que le jeu puisse être aussi dur !
Fin du troisième tour et nous somme en mode survie, avec 3 PV en général (sauf Fabrice)… Et la météo va commencer à s’en mêler ! Toujours sans abri construit…
Voici ce que nous avons programmé…
Allez, c’est bon cette fois, nous obtenons le précieux abri contre le paiement de 3 peaux ! A 4 joueurs, et particulièrement sur ce scénario, il faut bien garder en tête que ça coute très très cher de l’obtenir tout comme cela très difficile d’améliorer le toit et la palissade… En effet, on ne peut pas se permettre de dépenser 4 bois alors qu’on en a besoin pour le tas de bois !
Fin du quatrième tour et nous ne sommes toujours pas morts ! C’est la bonne nouvelle du moment… 😉
En cours de 5ème tour, le moins que l’on puisse dire c’est qu’on n’est pas mal au niveau de notre stock de ressources utilisables…
La gangrène manque de ruiner tous nos espoirs et d’abaisser les PV de Leila à 0 !!! Heureusement que nous avons obtenu le remède juste avant…
Nos programmations de jetons sont clairement ciblées sur le repos (un jeton chacun pour se mettre au lit, construit peu de temps avant), la chasse (avec les deux jetons requis) et la construction du cellier (une certaine Leila le voulait à tout prix).
Bon, on se tape ni plus ni moins qu’un gorille Lucarty et moi !!! Ça pique un peu…
Le mode survie pur et dur que nous vivons est assez hallucinant quand même aujourd’hui…
Grâce au mât construit à l’instant, nous faisons comme si la réalisation de la mission n’était pas impossible… C’est beau d’y croire !!! 😉
Arghhhh !!! La fin de partie est déclenchée car deux d’entre nous perdent la vie malencontreusement durant la météo de ce septième tour : ci-dessus le plateau de Fabrice.
Et le mien. A noter que, sans toit, avec les affres de l’hiver arrivant (les trois dés lancés), on ne pouvait rien espérer d’autre…
A cet instant, Leila possédait encore 1 PV (ce qui est énorme par rapport à Fabrice et moi) !
Et Lucarty aussi !
Nous subissons donc une défaite implacable dans ce scénario, lors du septième tour de jeu.
Vue générale du plateau, après une partie rendue impossible en raison des jetons noirs qui sont venus recouvrir nos ressources collectables sur les tuiles et ce dès le début de la partie…

Durée de cette partie : 3 heures – Note de cette partie : 19 / 20

Scores de la partie :

Bilan
Leila (menuisière) + Fabrice (cuisinier) + Lucarty (exploratrice) + Ludo le gars (soldat) Défaite au 7ème tour avec deux morts dans l’équipe !

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le plaisir de revenir à ce jeu assez fantastique, avec ses règles abordables, sa grande difficulté et ses très nombreux scénarios,
– L’immersion quasi-réelle qu’on ressent vraiment,
– La pureté et la logique de ce premier scénario, bien dans l’esprit du livre…

On a moins aimé
– Les événements qui, par le plus grand des hasards, se sont tous enchaînés pour épuiser chaque ressource ou presque que nous découvrions (un peu trop quand même).

————————————————————————————————————
KUSHI EXPRESS

KUSHI ! Un jeu débilissime que je n’avais pas rejoué depuis Essen 2019 et qui va très bien aller pour terminer l’après-midi.
La première carte piochée sera remportée par le premier qui criera « kushi » et ce sera donc Lucarty, lequel ira piocher une carte de points dans la pioche pour qu’elle vale quelque chose…
Rappel du but du jeu : créer une brochette avec les ingrédients mentionnés sur la carte en les plaçant dans l’ordre et correctement agencés. Sur cet exemple, on pourrait croire que les deux brochettes sont valables et bien non ! En effet, Fabrice, en haut, a mal tourné son bacon autour de sa viande, alors que la mienne, en bas, correspond parfaitement !!!
Quelle ambiance !
Et ce n’est pas fini…
Restons concentrés pour enfiler les ingrédients récalcitrants sur notre brochette !
Ça monte en puissance !!!! 😉
Fin de partie sur ce tour, avec une victoire qui ne m’échappera pas…

Durée de cette partie : 20 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de la partie :

Total
Leila 7
Fabrice 15
Lucarty 18
Ludo le gars 37

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le matériel juste parfait, avec la solidité qui va bien, pour un jeu de ce type,
– Le côté débile, donc incontournable, de ce jeu,
– L’excitation qui monte qui monte au fur et à mesure de la partie…

On a moins aimé
– Certains joueurs qui pinaillent, allez croyez-le bien, sur des points de règles sur ce jeu !!!
– La durée un peu longuette pour d’autres !

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− quatre = 3