[11/11/2023] Bruxelles 1893 Belle Époque

En 2013, Etienne Espreman faisait éditer son jeu Bruxelles 1893 par l’éditeur belge (comme lui !) Sébastien Dujardin, alors patron de la feu entreprise Pearl Games.
Puis, pendant des années, il a bossé sur une extension pour son jeu, SON bébé…
Manque de bol, pas d’édition dans les années qui suivirent et, depuis, un projet qui traînait dans tiroirs.
En 2023, sa propre maison d’édition, Geek Attitude Games, reprend les droits de son jeu et le réédite avec la fameuse extension !!! Toutes les illustrations, historiquement d’Alexandre Roche (je suis grand fan), sont entièrement refaites ! Aujourd’hui c’est Ammo Dastarac aux pinceaux, et, ma foi, ça claque bien aussi ! 🙂
Et nous voici donc en présence d’un exemplaire de cette version retravaillée, élargie, bonifiée… Je suis donc très content de pouvoir vous relater notre première partie de 2023 sur Bruxelles 1893 Belle Époque !
Pas d’extension au programme aujourd’hui, juste le jeu de base, l’occasion de faire découvrir à Leila ce jeu mythique d’il y a 10 ans… dans sa version 2023 !
Bonne lecture à toi, lecteur assidu de mon site…

BRUXELLES 1893 BELLE ÉPOQUE

A la tienne Étienne !
A la tienne mon vieux !
Trop content de retrouver le superbe jeu de 2013 sorti à Essen, Bruxelles 1893 !!! La réédition de ce jeu assez mythique, chez GAG cette fois-ci, vaut déjà par sa refonte du jeu originel, mais également (et surtout ?) par la présence de l’extension Belle Époque, déjà conçue et prête depuis pas mal d’années…
Le plateau général, dit Plateau Bruxelles, est réellement somptueux, avec notamment :
– un compas du plus bel effet, pour mentionner les matériaux à utiliser pour construire les tuiles maisons à sa couleur,
– La zone des tuiles d’œuvres et le marché de l’art attenant (on revient plus tard sur son fonctionnement),
– Les 4 actions de la zone Bruxeles, ainsi que le Palais de justice où sont retenus deux de nos pions chacun jusqu’à ce qu’on les fasse libérer,
– La zone des notables,avec un étalage de 4 cartes.
Oui, ça en fait de l’info…
A côté du premier plateau, on trouve le plateau Art Nouveau, constitué de 5 bandelettes de 5 cases chacune, placées aléatoirement : c’est sur ces 25 cases que l’on va disposer la plupart du temps nos pions architectes.
En-dessous, on trouve un étalage de cartes de Prestige, lesquelles récompenseront les joueurs ayant investi le plus dans la colonne au-dessus.
A noter qu’un compas a été positionné sur le plateau, à intersection de 4 cases, afin de délimiter la zone de jeu pour la première manche : ligne 2 / colonne 1 – ligne 0 / colonne 4. C’est juste un exemple…
Chaque joueur reçoit un plateau individuel sur lequel il va garder trace de son développement (Iris, Couronnes, Architectes) et retirer progressivement les maisons qu’il a construites (en payant 2 matériaux pour celles de la ligne du bas, 3 au-dessus et 4 en haut).
Enfin, divers résumés iconographiés sont très utilement positionnés en bas.
Ce pion du Manneken Pis fait office de pion de premier joueur (joli goodies !) et il me revient en début de partie…
La partie a débuté, lors de laquelle, à deux joueurs, chacun place en premier un architecte neutre pour bloquer une case d’action.
Ensuite, nous poursuivrons cette phase d’action en plaçant à tour de rôle un pion architecte (en général) et en résolvant l’action choisie, puis nous basculerons en phase de fin de tour (dite de résolution).
La phase la plus importante est clairement la phase d’action, puisque l’on peut choisir d’aller jouer un pion sur le plateau Art Nouveau pour obtenir une action pertinente dans l’esprit de s’imposer dans l’architecture de 1893. On peut aussi aller en placer sur le plateau Bruxelles, avec là, par contre, des actions qui risquent de nous coûter pas mal (prison, frais, …) mais qui sont assez fortes…
Je construis très rapidement ma première maison en payant un cube de bois (marron) et un cube de pierre (bleu). Comme je n’ai pas utilisé de matériau joker (carton ? plastique ?) blanc, j’empoche 5 PV, modifie la position d’une branche du compas sur la roue et vais installer ma maison sur une case vide du plateau Art Nouveau (j’impose mon « style » dans ce quartier).
Une fois posée, une maison reste à cette place jusqu’à la fin de la partie, en sachant qu’elle rapporte un bonus au joueur concerné lorsqu’un autre joueur vient y placer un architecte.
Ça tourne super bien et rend le jeu très interactif. De plus, cela incite à « sentir » quelles actions retenir : Atelier pour obtenir une nouvelle oeuvre d’art, Vente pour en vendre une de son stock, Notable pour acquérir des faveurs de l’un d’eux, Matériau pour récupérer des cubes, ou encore Construction pour réaliser une nouvelle maison.
Comme vous pouvez le voir, je me suis placé sur l’action Atelier (rectangle gris).
C’est ainsi que se déroule l’ensemble de la phase d’action, jusqu’à ce que tous les joueurs soient passés.
A ce moment, on va récompenser le joueur ayant investi le plus de francs belges dans une colonne (et oui, je l’avais omis : on doit accompagner le placement de chaque architecte de sous sur le plateau Art Nouveau).
On va également faire perdre un architecte au joueur le plus présent sur les actions du plateau Bruxelles (donc moi ici, avec 1 pion vert). Direction le Palais de justice !
Petite vue de la situation de mon plateau individuel, témoignant de ma double constructions de maisons lors du premier tour !
Je vais clairement essayer de faire monter mon disque vert sur la piste Architecte maintenant, afin que chaque maison me rapporte davantage…
La deuxième manche peut débuter avec le chat en guest star… 🙂
Oh la vilaine Leila qui a réussi à placer le compas sans que mes maisons ne se trouvent dans la zone de jeu !
Je profite des faveurs de ce notable, baptisé Henry Van de Vedde, pour monter d’un nouveau cran sur la piste Architecte. Je le conserve devant moi (au lieu de le défausser immédiatement), histoire de reprofiter de son effet lors des manches suivantes si possible. Par contre, en fin de partie, je devrai payer 4 francs belges ou perdre 5 PV… Ce sera à voir…
Fin de la deuxième manche, avant le gain des cartes de Prestige et la gestion du Palais de justice…
Et nous voici, déjà, en fin de troisième manche…
Comme il n’y en a que 5 en tout, autant vous dire qu’on se rapproche pas mal de la fin de partie…
Ce jeu, même sans son extension (heureusement qu’on s’est limité au jeu de base…) peut faire réfléchir…
Ce qui est un vrai plaisir, c’est de ne pas avoir les mêmes problèmes les uns que les autres : manque d’argent pour Leila, surtout, mais également de cartes de Prestige, et pas autant de pions architectes en jeu pour moi, sans parler d’un retard conséquent sur la piste des PV…
Je viens chiper la majorité sur cette colonne à Leila ! Et je ne sais même pas si elle s’en moque ou non… D’ailleurs, ce qui est aussi intéressant avec ce jeu, c’est qu’on croit savoir ce que l’autre voudrait alors que non, souvent… 😉
Fin de la quatrième manche !
Je vous laisse observer ma série de cartes de Prestige à droite de mon plateau, glissées en face de la première ligne : je vais scorer comme un fou en fin de partie en fonction du nombre d’architectes que je n’ai pas au Palais de justice !
Comment les ai-je placées là ? En choisissant de ne pas profiter de leur bonus immédiat one shot et en préférant les glisser pour profiter de leurs multiplicateurs en fin de partie…
Je récupère pas une, pas deux, non carrément les trois cartes de Prestige de cette manche !!!
Cool… 😉 Mais chacun ses stratégies…
Nous allons attaquer la cinquième et dernière manche…
Nous voici en position, avec les deux pions neutres en jeu… Évidemment, c’est Leila qui a placé le compas, vous l’auriez deviné… 😉
Money time, money time…
Fin de la cinquième manche, avant les récompenses en cartes de Prestige et la gestion du Palais de justice…
Le plateau Bruxelles et celui d’Art Nouveau une fois tout géré.
Nous allons pouvoir passer au décompte final ! A noter l’avance asse nette de Leila sur la piste des PV…
La zone de Leila, avec une énorme défaillance au niveau des cartes de Prestige ! Est-ce que son avance dingue sur la piste des PV suffira ?
Ma zone de jeu, avec la montée que je souhaitais sur la piste Architecte et un seul pion bloqué au Palais de justice.
Avec des stratégies très différentes, on ne devrait pas être si loin que ça l’un de l’autre pour les scores finaux…

Durée de cette partie : 2 heures – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de cette partie :

Piste Notables Maisons Matériaux 1er joueur Lignes Total
Leila (orange) 76 – 5 48 0 0 2 + 3 + 1 + 0 125
Ludo le gars (vert) 48 – 5 50 1 5 36 + 2 + 0 + 0 137

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La qualité d’édition de cette réédition du jeu : Wahou !!!
– Le jeu qui respire toujours comme son grand frère… un vrai régal !
– Les stratégies variées qu’on peut développer,
– Tout plein d’autres choses que j’ai soulignées dans ce compte-rendu détaillé

– La bonne envie de découvrir l’extension Belle Époque bientôt, pourquoi pas avec Fabrice, grand amateur du jeu d’origine ?

On a moins aimé
– Presque une boîte trop grosse, au vu des éléments qui ont trop de place dans la thermoformage, alors sans…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 − trois =