[11/01/2004] Yinsh

Participants
– Gérard, mon joueur de père, à qui j’avais très envie de faire découvrir ce jeu,
– Jacques, mon beau-père, avec qui j’apprécie de vivre des trop rares moments ludiques,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Je présente Yinsh tour à tour à mon père et mon beau-père, afin de leur montrer ce qu’il se fait de mieux en jeux abstraits nouvelle génération. Je leur vante la créativité incroyable et la personnalité attachante de Kris Burm, puis nous rentrons dans le vif du sujet : la découverte de ce jeu pas trop dépaysant pour celui qui connaît l’othello ou le morpion.

Manche 1
Gérard a le trait (blancs)


Mise en place du jeu, avec deux types de placement en ce qui me concerne
: 3 anneaux au centre pour travailler la zone et 2 sur les bords pour
les bases arrières…


Et d’un alignement noir, avec d’autres positions assez menaçantes…


Joli duel de Yinsh entre un père et son fils…


Un second alignement noir et le troisième paraît assez
proche…


Et de 3 ! En effet, c’est à mon tour de jouer et il ne me reste
plus qu’à déplacer l’anneau le plus à droite pour
gagner…
Scores
Gérard (blancs) : 0 anneau retiré
Ludo le gars (noirs) : 3 anneaux retirés

Ludo le gars remporte la première manche

Manche 2
Jacques a le trait (blancs)


La configuration initiale de la seconde manche, avec un placement
à nouveau de 2 types en ce qui me concerne…


Jacques se prend au jeu, avec de bonnes tentatives…


La configuration finale du jeu lorsque je m’apprête à
réussir mon troisième et dernier alignement noir…


Mon premier alignement noir, assez central, et une position avantageuse
me laissent entrevoir pas mal d’options intéressantes pour la
suite…


Mon second alignement noir réussi avec opportunisme, suite
à une erreur de Jacques : il m’a laissé retourner 4 marqueurs
blancs en noirs à la suite…

Scores
Jacques (blancs) : 0 anneau retiré
Ludo le gars (noirs) : 3 anneaux retirés

Ludo le gars remporte la deuxième
manche

Décompte final
Je remporte les 2 parties jouées aujourd’hui.

Débriefing
Yinsh est vraiment un excellent jeu. Il a plu à mes deux adversaires
du jour, qui se sont accordés pour reconnaître qu’il doit falloir
plusieurs parties pour jouer correctement.Je les rejoins sur ce point : comme
de nombreux jeux abstraits, Yinsh est un jeu d’apprentissage et il est difficile
pour un débutant de réussir des merveilles dès les premières
parties. Cependant, ce jeu me semble plus intuitif que beaucoup d’autres et
il est toujours possible de s’en sortir de l’une ou l’autre des manières
suivantes :
– Parasiter les débuts de lignes adverses : en coupant systématiquement
les tronçons de 3 ou 4 marqueurs et en en retournant un au milieu, on
génère des configurations où il est difficile d’aligner
5 marqueurs de la même couleur. C’est plus de la défense que de
l’attaque mais c’est efficace (en tout cas c’est bien légitime de la
part d’un débutant),
– Essayer de jouer globalement pour l’esthétisme du résultat :
en essayant de répartir ses marqueurs sur le plateau, on peut se retrouver
menaçant à plusieurs endroits, alors que l’on a agi de la sorte
dans un souci d’esthétisme. Pas mal. Et logiquement assez utilisé
par les artistes ou les enfants (imaginatifs en général).

Yinsh : j’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq × = 25