[11/04/2006] Ciao Dino !, Mauer Bauer

Peu de parties ces derniers jours et l’envie se fait pressante… J’invite donc Sylvain à passer la soirée à la maison, histoire de rendre une visite à nos amis les dinosaures, dans une version francisée de Trias, le tout beau tout neuf Ciao Dino !, puis nous poursuivrons la soirée par une partie très tendue et très sympathique du bien agréable Mauer Bauer, un jeu que je ne saurais que trop conseiller à 2 joueurs.

CIAO DINO !


Dans une partie à 2 joueurs, la pangée est réduite à seulement 19 tuiles, 11 dinos par joueurs et seulement 5 cartes dans la zone 2 du paquet de cartes. Sachant qu’en plus il n’y aucun décompte intermédiaire, il va falloir tout miser sur les majorités de fin de partie…

Une vue de la situation après deux tours complets de jeu : nous procréons à outrance (ça y va dans la savane triassique 😉 et nous tentons de ne pas nous retrouver trop éloigné des terres qui risquent de se retrouver déconnectées du pôle (en tout cas, comme je connais le jeu, je m’y essaie)…

Sylvain procède à sa dérive sans trop savoir où il va, ce qui est assez normal pour une première partie sur ce superbe jeu…

La pangée prend une forme allongée caractéristique, ce qui invite à supposer que la première déconnexion ne saurait tarder…

La partie est pratiquement terminée et on peut d’ores et déjà deviner que les scores devraient se jouer à rien. En effet, selon le moment où sortira la météorite, l’un ou l’autre sera placé au mieux. C’est un poil frustrant, mais c’est le lot des parties à 2 sur ce jeu…

Une vue de la configuration finale, avec une partie finalement largement remportée par votre serviteur, qui se retrouve majoritaire partout, excepté sur un îlot de 2 tuiles. A noter que même si la météorite était sortie un tour plus tard, permettant à Sylvain de recoller son îlot de 2 à la grande île de 8, les scores n’auraient pas été inversés (je gagnais alors d’un pou deux points selon toute vraisemblance).
Bilan synthétique :

On a aimé
– Les tons utilisés pour les tuiles
– Le système de dérive
– La piste de score en forme de diplodocus

On a moins aimé
– L’absence de décomptes intermédiaires à 2 joueurs
– Le hasard lié au moment où la météorite est piochée

Scores de la partie :

Lucarty (rouge) : 7
Ludo le gars (noir) : 16

Note du jeu : 17 / 20

 

 

———————————————————————————————————————————————–

MAUER BAUER :


La partie s’annonce bien. On peut voir ici mes 6 cartes d’objectifs de début de partie, dont 3 concernent des tours. Je vais essayer de les garder le plus longtemps possible histoire de maximiser mes profits sur ses cartes qui semblent au-dessus de la moyenne au niveau points…

La première ville fermée est l’oeuvre de Sylvain, après un nombre de tours finalement très important, et il engrangera la bagatelle de 24 points lors du décompte, dont 16 avec une carte de tours (2 points par tour blanche hors des villes). De mon côté, je fais triste mine mais je garde mes précieuses cartes tours en main…

Une vue juste après la fondation d’une grande ville mais avant que ne soient regroupés maisons et palais la concernant…

La même vue juste après le regroupement par couleur. Je joue sur cette ville ma carte 2 points par tour blanche dans les murs de la ville, pour un gain de 14 points !

Une vue juste après la fondation de la grande ville de gauche mais avant qu’elle ne soit liée éventuellement à une autre et avant le regroupement par couleur. Le choix est vaste pour Sylvain en ce qui concerne la liaison…

Une vue juste après la liaison de la ville avec la petite du centre. Je joue ici ma carte 2 points par tour grise de la ville (soient 10 points) et nos scores se retrouvent quasi-identiques (je dois avoir 6 ou 7 points d’avance à cet instant mais 2 cartes en moins dans la main).

La fin de partie est chaude, chaude, et à cause d’une main déplorable (2 cartes dont aucune vraiment exploitable) je m’inquiète pour les derniers décomptes. Aussi, je prends le risque de défausser une carte pour en repiocher 2, ce qui me permettra lors de l’ultime décompte, que je provoque, de marquer 13 points à l’aide des 2 cartes ci-dessus…

Une vue de la situation finale de la partie : je la gagne de 9 points, mais j’ai eu assez peur lors du dernier tour. En effet, je possédais 12 points d’avance et, soit je finissais le jeu sans fermer de ville (ce qui nous autorisait tous les 2 à jouer 2 cartes sur la ville de notre choix), soit je laissais Sylvain terminer la partie lors de son tour mais en choisissant quelle ville fermer. J’opte pour le premier choix, en encaissant 13 points, ce qui me donne 25 points d’avance avant ses décomptes. Est-ce que cela suffira ? Je n’en étais réellement pas certain, car s’il avait eu des cartes Tours en main, il pouvait encaisser 15 ou 16 points par carte…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le nombre de tours joués par chacun dans une partie à 2
– L’anticipation possible à 2 joueurs
– Le système de fusion des villes
– Le matériel de jeu qui donne vraiment envie

On a moins aimé
– La non-équivalence des objectifs : ceux de Tours semblent toujours plus rentables que ceux de maisons
– La difficulté pour bloquer son adversaire

Scores de la partie :

Lucarty (rouge) : 98
Ludo le gars (vert) : 109

Note du jeu : 15 / 20

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept × 9 =