[11/08/2003] Tadsch Mahal

Participants
– Julie, qui va participer à sa seconde partie de Tadsch Mahal, presque un an après sa partie de découverte,
– Jérôme, dont les goûts ludiques commencent à m’être connu et qui devrait, donc, apprécier ce jeu même si la multiplicité des gains peut le dérouter,
– Vincent, de plus en plus présent en notre demeure fontainoise pour découvrir des jeux qu’il n’a jamais pratiqués,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Suite à ma mémorable partie de Tadsch Mahal au club Jeux en Société de Grenoble (lire
le compte-rendu
), je souhaitais rapidement ressortir ma boîte de jeu, histoire de tenter de nouvelles tactiques et de mesurer si vraiment ce jeu est aussi bon qu’il m’avait semblé. Verdict immédiat : oui sans erreur possible, ce jeu me paraît très bon car particulièrement
bien équilibré et suffisamment tendu.
Vincent et Jérôme ne connaissant pas encore ce jeu de Knizia, mais fidèles à la réputation des jeux de la gamme Alea, ils constitueront donc nos partenaires de la soirée. Julie prendra les palais bleus, Jérôme les marron, Vincent les rouges, tandis que je prendrai les écrus.


Le jeu vient de débuter et la mise en place aléatoire
des jetons récompensant les éléphants est assez particulière
: la portion gauche du plateau sera quasiment toute décomptée
avant que la droite ne soit commencée…

Le premier tiers de la partie est clairement
à l’avantage de Jérôme qui réussit à
jouer les 4 premiers tours d’affilée, ce qui est déjà
une prouesse en soi. Puis il parvient à récupérer
la carte spéciale jaune et à marquer, grâce à
elle, 2 points de victoire par tour où il la sort. Résultat
: il s’échappe au score.
Dans le même temps, Vincent et moi nous battons régulièrement
pour les éléphants ce qui engendrent certains gaspillages
de cartes et des points perdus au score. Julie, de son côté,
collectionne les palais sur le plateau, espérant que les chaînes
ainsi constituées se révéleront lucratives vers la
fin de la partie.


Le jeu est tendu et les joueurs ne sont pas très rigolards…

Et Vincent réussit enfin ce qu’il menaçait
de faire depuis plusieurs tours : il dépasse Jérôme
et s’offre du même coup une jolie avance. Les éléphants
semblent payer en effet, comme Reixou me l’avait signalé à
maintes reprises lors de notre partie grenobloise. Le seul point positif
pour l’issue de la partie est que les denrées sont partagées
entre Vincent et moi et que cela peut lui causer du tort. A voir.


Très à l’aise dans son rôle de baratineur, Vincent
essaie de faire croire à Jérôme qu’il est certainement
mieux placé que lui pour la victoire…

Ce qui se profilait se produit sans grande
difficulté pour Vincent : après une bataille âpre,
il remporte la bataille des éléphants que j’escomptais mettre
dans ma poche. Il faut dire que même en jouant 2 au premier tour,
puis 2, puis 2, cela ne suffisait pas à bloquer Vincent, qui aura
même le cynisme de m’en sortir 3 d’un coup en réponse à
mon avance de 2 ! Après discussion post-partie, il s’avère
qu’il disposait d’un jeu digne de tenir un siège : encore 3 ou
4 en main et dans la même couleur s’il vous plaît !


La configuration finale du jeu

La mise en place est assez rapide,
surtout que j’ai toutes les règles en tête et que les mécanismes
ne sont pas trop complexes à mémoriser. Le premier tour
de jeu débute donc avec Julie en première joueuse et la
sortie rapide de cartes vertes. De mon côté, je ne participe
pas à la première enchère, histoire de glaner 3
cartes de plus pour les tours suivants.
Comme je décide de jouer une stratégie axée sur
les éléphants, il me faudra me concentrer sur les provinces
lucratives en denrées et ne pas gaspiller des cartes ça
et là pour placer des palais.
Bien entendu, ce jeu demandant d’être opportuniste, il faudra
malgré tout quelques palais pour créer des diversions
et obtenir plus de points et/ou des cartes spéciales (notamment
celle rajoutant un éléphant par tour).


Les positions en début de partie sont assez claires : le pion
marron de Jérôme caracole en tête (notamment grâce
à la carte spéciale jaune offrant 2 points à chaque
tour), devant Vincent et Julie en embuscade et Ludo le gars à
la traîne…

Le second tiers du jeu accentue encore l’avance
de Jérôme malgré un joli retour de Vincent sur ses
talons et à la récupération, pour 2 tours, de la
fameuse carte jaune. Julie est toujours placée, grâce à
ses nombreux palais, alors que je ne réussis que faiblement à
remonter au score. Heureusement que je commence à avoir plusieurs
doublons ou triplets de denrées, car sinon j’aurais du souci
à me faire…

Lorsque les 9èmes et 10èmes
tours se déroulent, le jeu s’équilibre et bien malin qui
pourrait pronostiquer le nom du vainqueur : Jérôme est
toujours là, mais en perte de vitesse, Vincent se tient prêt
à le dépasser, je remonte à grandes enjambées
et Julie n’est pas loin. Très tendue, cette partie et franchement
délicieuse.


Le jeu s’est retourné : Vincent est passé seul en tête
et il ne reste que 2 tours…

Le 11ème tour sera de très
grande facture puisque durant celui-ci Vincent ne parviendra pas à
marquer le moindre point et il sera, donc, logiquement rejoint par Jérôme
et moi, pour un ultime tour qui promet déjà monts et merveilles.
Malin ce Vincent, il en a profité pour se blinder en éléphant
pour le 12ème tour et, éventuellement, marquer des points
grâce aux cartes qui lui resteraient dans la main…


La situation au début du 12ème tour est exceptionnelle
: les 3 premiers se tiennent en 1 point, après que Jérôme
ait avancé son pion de 2 cases grâce à sa cartes
spéciale jaune…

La partie est presque terminée, puisqu’il
ne nous reste plus qu’à comptabiliser nos cartes en main, ce
qui suffit à Vincent pour remporter cette très belle partie.
Bravo !

Décompte final
Vincent remporte cette partie avec un total de 47 points
(42+5), devant Jérôme avec 45 points (37+8), Julie avec 42 points
(32+10) et Ludo le gars avec 40 points (36+4).

Débriefing
Une partie comme celle-ci on en redemande ! Très tendue, très
interactive, avec des choix incessants et une ambiance agréable,
je dois dire que jouer dans de telles conditions est un vrai plaisir.
Au niveau du jeu, deux paramètres ne sont pas à sous-estimer :
la gestion des denrées grâce aux éléphants est effectivement
très lucrative, tout comme la collecte de cartes de même couleur
pour le décompte finale de cartes en main. Ce dernier aspect est souvent
négligé mais il peut s’avérer puissant : Julie a réalisé
ainsi une splendide remontée, terminant à 5 points de Vincent.

Un excellent Knizia, qui rappelle un peu Amun-Re par la multiplicité
de ses gains possibles, mais qui est vraiment un grand jeu. J’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 × = quatre