[11/11/2004] Age of Steam – Scandinavie

Participants
– Jérôme, joueur jaune, qui apprécie toujours autant les jeux de réseau,
– Romain, joueur noir, en course pour son 3ème Age of Steam en 12 jours !

– Ludo le gars, votre serviteur, joueur vert.

Déroulement de la partie
Je n’avais joué qu’une seule fois la carte de la Scandinavie et c’était lors des Rencontres du Web Ludique, entre 3 et 6 heures de mat’, sur une version proto de Martin Wallace et dans une configuration guère adaptée à la rudesse de la carte très aquatique (nous avions joué à 5 et deux joueurs, dont moi, se sont trouvés à la rue dès le départ). C’est pourquoi je voulais rejouer assez vite sur cette carte mais dans une configuration plus en rapport avec le faible nombre de cases de construction disponibles. Une partie à 3 joueurs me semblait donc idéale et ce sera donc pour ce soir, malgré l’heure tardive pour attaquer la partie (plus de 22 heures 30).
Pour mémoire, cette carte offre une nouvelle action : le ferry, qui permet de déplacer un cube d’un port vers un autre au cours de l’un de ses déplacements de marchandise (pour le joueur ayant choisi cette action évidemment).
De plus, cette carte propose des routes maritimes pour un coût unitaire de 6 $ et
la durée de la partie est réduite d’un tour (9 à 3 joueurs donc).


Le plateau de la redoutable carte de Scandinavie vient d’être
mis en place et nous nous apprêtons à entamer notre partie,
avec Jérôme en premier émetteur de titres. Remarque
en passant : Jérômenous déclare vouloir faire son
Vincent aujourd’hui, comprenez qu’il n’enchérira jamais lors des
3 ou 4 premiers tours et que le nombre de titres qu’il émettra
sera le plus réduit possible…


Un peu plus tard, alors que Jérôme devient vraiment un
cador du rail, avec ses tronçons très bien placés
au sud (et il n’a pas encore réalisé la liaison marîtime
optionnelle du sud mais cela va venir…) et ses grandes possibilités
d’expansion au centre. Romain et moi sommes respectivement assez bloqués
et, en ce qui me concerne, je me dois de faire une croix sur une possibilité
de relier tous mes sous-réseaux. Romain, de son côté,
attaquera bientôt Jérôme au sud de la carte…


Une vue générale, côté petits plateaux,
qui permet d’apprécier la situation des petits cubes de marchandises…


Une vue générale de la situation lors du dernier tiers
de la partie : on se demande qui pourra arrêter Jérôme
car, avec son avance de 4 titres émis sur moi et de 2 (mais cela
ne durera pas) sur Romain, il va falloir faire fort au score pur et dur…

Cliquez pour agrandir !
Une vue de la configuration finale, alors que Romain m’a fait perdre
2 points de victoire avec une urbanisation violent au coeur de mon réseau
et que je me venge en lui volant un cube jaune grâce au Ferry…


Motivés à fond, nous sommes en train, en tout acs Romain
et moi, de devenir des accros durs de durs à Age of Steam et il
nous faut notre piqûre hebdomadaire…


Fin du premier tour de jeu (où j’ai joué premier avec
une enchère à 4 ou 5 seulement) : j’ai investi dans 3 portions
de réseau, dont une liaison marîtime, et je prends donc d’entrée
de gros risques (en contre-partie, j’ai de la matière à
transporter c’est clair). Romain, second joueur, a attaqué au nord-ouest
de la carte et Jérôme, malgré sa troisième
position, a pu construire sereinement au centre avec notamment une sympathique
liaison marîtime…


Nous peinons pour grimper au score, mais tout se passe pour le mieux
pour Jérôme qui contrôle la situation, avec moins de
titres émis que Romain ou moi et un équilibre atteint assez
vite (ne l’obligeant plus à émettre de titres)…


Il faut trouver 1000 ruses pour sortir des impasses programmées
et, par exemple sur cette photo, je suis contraint de faire des tours
et des détours pour réaliser des liaisons convenables sur
le plus petit de mes deux réseaux actuels…


En début de dernier tour, les positions sur les petits tableaux
sont sans équivoque : Romain est lâché (aussi bien
au score qu’au nivea des titres) et seul votre serviteur peut tenter de
rivaliser un tantinet avec Jérôme. On possède à
peu près le même nombre de cubes à convoyer et au
score on se tient. Restent les titres, et là…

Décompte final
Durée de la partie : 2 heures et 30 minutes – Mise
en place du jeu : 15 minutes – Explication des règles : 5 minutes
Jérôme remporte cette partie avec un total de 66 points, devant
Ludo le gars avec 57 points et Romain avec 35 points.
Le détail est le suivant :

Piste de revenus
Liaisons
Titres émis
Total
Jérôme (jaune)
25 (soit 75 PV)
24 (soit 24 PV)
11 (soit -33 PV)
66
Romain (noir)
19 (soit 57 PV)
20 (soit 20 PV)
14 (soit -42 PV)
35
Ludo le gars (vert)
26 (soit 78 PV)
24 (soit 24 PV)
15 (soit -45 PV)
57


Débriefing
Et encore une ! Une partie d’Age of Steam de plus, la seconde sur la carte difficile
de la Scandinavie, dont les spécificités conviennent décidément
mieux à une configuration 3 joueurs (voire 4, à tester), que 5
joueurs comme lors des Rencontres du Web en septembre.
Jérôme, ce soir, nous a bien explosé, sereinement et régulièrement,
même si, au final, on est surpris de voir que je fais mieux que le tenir
sur la piste des revenus (une case d’avance pour moi), qu’on termine avec 24
tronçons chacun (quand je pense que Romain m’en tue 2 au dernier tour,
argh…) et qu’il ne me domine que sur les titres émis, avec un avantage
de 4 en sa faveur. Pour un peu, avec quelques tours de plus, … bon, non, il
mérite amplement sa victoire et il a clairement gagné car il a
su ne jamais enchérir avant le 4ème tour (au moins) sans pour
autant se retrouver avec les positions les plus pourries (à 3 joueurs,
en construisant en dernier au premier tour, on est sur d’avoir encore de jolies
perspectives et que personne ne jouera après vous…). Si j’analyse cette
partie dans ce sens, je me rends compte que mon placement initial, couplé
à des émissions de titres importantes et à un blocage au
centre consécutif au développement et de Romain et de Jérôme,
a été nettement trop dangereux et que je m’exposais à trop
d’attaques. Comme quoi, se garantir plusieurs possibilités de livraison
à 1 liaison au premier tour, ce n’est pas forcément le mieux calculé…
Dans le même registre, je me suis aperçu que, souvent, on peut
être confronté à un choix d’action identique à celui
d’un adversaire qui remporte l’enchère, alors que cela n’était
guère prévisible (la locomotive en est un bon exemple, alors qu’il
y a 8 actions disponibles sur cette carte). De même, sur le plateau, on
peut être surpris par la gourmandise de certains (n’est-ce pas Jérôme)
au moment où vous aviez prévu de vous étendre normalement
(en prolongement de son réseau principal).

Finalement, cette carte nous aura permis de passer un excellent moment et je
pense pouvoir dire que, pour l’instant, c’est la meilleure carte à 3
joueurs (l’Irlande tourne moins bien à 3). Bravo Mr Wallace !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 × = quarante cinq