[11/11/2005] Australian Rails

Participants
– Sylviane, joueuse rouge, ultra-motivée pour découvrir
cet opus après le EuroRails du gîte cet été,
– Romain, joueur noir, toujours partant et encore plus motivé que Sylviane,
c’est dire…
– Ludo le gars, joueur vert, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Grands amateurs de jeux adoptant ce système de traçage
de voies sur la carte, Sylviane, Romain
et moi-même
nous lançons vite fait bien fait dans la découverte de l’Australie,
le nouveau Mayfair 2005. A noter les variantes que nous utiliserons ce soir
:
– Toute défausse de main de 3 cartes rend ses cartes disponibles pour
l’ensemble des joueurs (contrats supplémentaires et interaction),
– Possibilité, moyennant 5 millions de dollars, de passer d’une locomotive
2 / 12 à 3 / 9, le premier chiffre correspondant à la capacité
en jetons et le second à la vitesse),
– Vainqueur : 4 métropoles reliées (dont Perth) et en possession
de seulement 50 millions de dollars (au lieu des 250 requis),
Après quelques révisions des règles, la partie débute
avec 3 tours successifs de construction de voies (Romain, Ludo, Sylviane, puis
Sylviane, Ludo, Romain, et enfin Romain, Ludo, Sylviane, avant que Romain n’entame
le « vrai » premier tour de jeu).


Une vue de mes 3 cartes de contrat initiales : comme souvent mieux
vaudra se concentrer sur des objectifs pas trop ambitieux (du bétail
à Tennant Creek pour 23 millions, suivi par une livraison d’artefacts
à Geraldton). Ensuite, on verra bien…


Un essai de vue générale, une fois les 3 tours de construction
passés. Pour information, sachez que Sylviane et Romain ont construit
à l’ouest, alors que j’ai opté pour un tracé vertical
au centre…


Sylviane se plaît à construire son réseau au crayon
sur le plateau, même si elle n’a pas froid aux yeux en le faisant
longer la côte (évitant les coûts de ralliement aux
villes intermédiaires mais aussi la possibilité de bénéficier
de leurs denrées)…


Je suis désolé pour le manque de rendu… mais faîtes
moi confiance : Romain commence à bien marquer son empreinte sur
le jeu, surtout en ce moment où il achète une locomotive
plus performante (rapidité à 12)…


La seconde livraison substantielle de Romain concerne Melbourne et
un contrat de pas moins de 43 millions de dollars. Qui plus est, ce contrat
est l’un de ceux qu’il avait écartés plus tôt dans
la partie ! Chapeau…


Romain a réussi à clore son brillant parcours en livrant
son vin à Quilpie, alors que, dans le même tour, j’ai enfin
rallié Adélaïde pour empocher l’un de mes plus gros
contrats de la partie…


Ce résumé du jeu, encadré
et bien en vue sur la carte est parfait pour que chacun sache à
tout moment où il va…


Une vue, guère plus lisible, de mon rracé
verdâtre au centre du plateau, en direction de Tennant Creek,
et avec dans l’idée de récupérer des artefacts
dans la ville centrale, Alice Springs, pour les livrer à l’extrême
ouest à Geraldton : tout un programme !


Romain nous surprend un peu en défaussant
sa main à mi-parcours et, en fin de compte, il a certainement
remporté la partie en faisant ce choix : par la suite, il construira
son jeu en essayant de réaliser des contrats parmi ceux qu’il
a préalablement écartés. Malin le père Romain…


Le premier des contrats qui scelle la victoire
de Romain : 24 millions à Port Hedland pour une livraison de
Titanium …


Non content d’avoir quasimment relié les
4 métropoles requises, et ce malgré mes tentatives désespérées
de gêner ses accès à sa quatrième liaison,
Romain se rend en Tasmanie pour livrer encore quelque denrée
et s’approvisionner en vin, ce dernier pouvant, par la suite, être
acheminé victorieusement jusqu’à Quilpie…


Le Romain est richard, l’ignoriez-vous ? ;-).

 

Décompte final
Durée de la partie : 2 heures et 15 minutes – Mise
en place du jeu : 10 minutes – Explication des règles : 45 minutes
Romain remporte cette partie avec un total de 4 métropoles reliées
et 58 millions de $, devant Ludo le gars avec 4 métropoles reliées
et 21 millions de $, et Sylviane avec 4 métropoles reliées et
1 million de $.

Débriefing
Nous avons été, disons le tout de suite, agréablement surpris
par la durée de jeu nettement plus raisonnable que ce que nous nous attendions
à vivre. L’une des raisons invoquées est bien sûr l’utilisation
de la variante de fin à 50 millions au lieu de 250, mais il ne faut pas
occulter aussi que la forme générale de la carte a dû beaucoup
jouer.
Nous avons aussi, une fois la partie terminée, pu mesurer combien cette
fin de jeu était plus intéressante que celle « au temps »
que nous avions adoptée au gîte en juillet. Dorénavant,
donc, nous jouerons à ces jeux sous cette forme.
Sur le plan des spécificités de cette carte, nous avons surtout
aimé le thème, très présent, alors que nous avons
déploré, un peu, le manque de possibilités de combinaison
de livraisons (il est très rare de pouvoir coupler 2 livraisons successives
et encore plus rare de ne pas voyager à vide). Ceci dit, cela est peut-être
parfaitement délibéré, en raison de la géographie
montagneuse centrale (où il n’y a pas grand-chose) et des grands espaces
à parcourir, donc, pour « rien ».
On a bien aimé, comme toujours, et ce jeu s’en va rejoindre les autres
jeux de la gamme, sans rougir, sur mon étagère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux × 9 =