[11/12/2004] Euphrat & Tigris

Participants
– Michel, représenté par l’Arc sur le plateau, habitué des soirées de la maison des jeux de Saint-Fons,
Fred, représenté par le Vase, qui n’est pas trop dans son assiette pour cette partie (mazout, mazout, mazout, … 😉
– Romain, représenté par le Lion, à fond la forme ce soir,

– Ludo le gars, et sa fameuse Vache sacrée, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Voici un an et demi que je n’avais pas joué à ce jeu fantastique. Or, ce soir, c’est un peu le retour aux sources ludiques, avec une bien belle partie de Torres
en ouverture (lire le compte-rendu) et cette partie d’E&T dans la foulée. Quand je pense, en plus, que nous avons joué à Puerto Rico jeudi, je me dis que c’est même la semaine des incontournables absolus.
Seuls Michel et moi connaissons le jeu, aussi je m’attelle à l’explication de la règle, dans un brouhaha innommable où il est bien difficile et de se faire entendre et de se faire comprendre. Bon an, mal an, nous pouvons débuter la partie après une petite trentaine de minutes d’explication, sans que nous soyons super à l’aise pour jouer : bruit continu, odeur très forte de mazout dans la pièce et fatigue générale pour s’attaquer à ce monstre sacré du jeu de société allemand.


Premier tour de jeu : après que j’ai joué mon chef noir
et une tuile rouge sur le plateau, Michel procède exactement de
même…


L’ambiance n’est pas au top top, avec un Fred qui fait un peu sa tête,
soutenant que je ne fais que l’attaquer à gauche en lui volant
les trésors qui se trouvent dans cette zone (il ne sait pas ce
que c’est que de se faire vraiment attaquer en conflits externe ou interne,
car la partie est très pacifique : aucun conflit n’a lieu avant
fort longtemps)…


Convaincu que je vais remporter haut-la-main le conflit vert qui se
présente, je mets sur pied un conflit multicolore…


Un peu plus tard, on assiste à un nouveau conflit à proximité
de ce seul monument du plateau, ce qui contraint mon chef bleu à
l’exil…


Romain assoit son avantage lors des conflits auxquels il est confronté
: ici il résiste à une faible attaque
de Fred (qui ne
rajoute qu’une tuile) en sortant 2 tuiles rouges de son paravent. En outre,
il bénéficie souvent de gains de conflits externes, provoqués
par de tierces personnes…


Une dernière vue de derrière mon paravent, alors que
les tuiles rouges sont revenues lors de mon ultime pioche. Arghhhh..
.


Fin du second tour de jeu : nous avons chacun rentré deux chefs
sur le plateau, à l’exception de Romain, et Fred peste contre l’intrusion
de mon chef vert dans le royaume de son chef noir à gauche du plateau
(il n’a pas envie de partager les gains, le fourbe !)…


Le premier monument construit sur le plateau est l’oeuvre de Michel,
qui récupère ainsi un cube vert et un cube bleu de rentes
pendant quelques tours (jusqu’à ce que je lui « casse »
ce monopole, en créant le premier conflit de cette partie)…


Une fois le conflit vert résolu à mon avantage et le
conflit bleu résolu à l’avantage de Fred, le conflit est
terminé (il n’y a plus de conflit noir). Plus personne ne marque
pour l’instant les points liés au monument…


Cette vue permet de juger de mon capital de cubes acquis jusqu’alors
: aucun souci en vert, des résultats moyens en bleu et rouge, une
pénurie noire, mais une jolie collection de 3 trésors. On
notera, surtout, l’éventail de tuiles en main à ce moment
: 3 bleues, 2 vertes et une seule rouge. C’est la première fois
où j’ai à me plaindre de la pioche dans ce jeu : à
l’exception d’un tirage de 5 rouges d’un coup, j’ai passé le reste
de la partie avec des tuiles bleues et vertes. Comme je ne peux pas gagner
de cubes noirs en plaçant des tuiles noires (je n’en ai pas) et
que je ne peux pas attaquer un chef noir, pas plus en interne (pas de
tuile rouge) qu’en externe (pas de tuile noire), je tombe dans un abîme
de perplexité : comment récupérer des cubes noirs
sans changer ma main de tuiles trop souvent (étant en retard, je
n’ai pas intérêt à accélérer le jeu
en changeant ma main) ?

Cliquez pour agrandir !
Une autre vue de la configuration finale, après que la pioche
de tuiles ne satisfait plus à ce que doit tirer Michel…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heures et 45 minutes – Mise
en place du jeu : 10 minutes – Explication des règles : 30 minutes
Romain remporte cette partie avec un total de 10 points, devant Ludo le gars
avec 8 points, Michel avec 7 points et Fred avec 4 points.
Détails de la répartition :

Couleur
Michel (arc)
Fred (vase)
Romain (lion)
Ludo le gars (vache)
Total
Bleu
8
12
12
8
40
Vert
7
4
10
11
32
Rouge
6
5
15
5
31
Noir
7
13
10
7
37
Trésor
1
0
1
4
6
Total
29
34
48
35
146

Débriefing
Il fallait bien que cela arrive un jour. Et c’est ce soir que cela s’est produit, avec Romain en chef d’orchestre : il vient de mettre fin à ma série d’invincibilité sur ce jeu qui courait depuis le 8 février 2002 soit un total de 16 parties ! Impressionnant…
Au niveau des enseignements tactiques, je peux pour la première fois de ma vie de joueur d’E&T, me plaindre du tirage des tuiles : quasiment que du vert et du bleu, très peu de rouges et de noires, et surtout au mauvais moment. Comment gagner des cubes noirs lorsqu’on n’a pas de tuiles noires et rouges (les conflits sont exclus), que l’on n’a pas intérêt à « vider » la pioche de tuiles et que les tuiles catastrophes que l’on a sont difficilement utilisables pour gêner les chefs noirs en place ? Je n’ai pas trouvé, alors si certains ont des idées, je suis preneur… 😉

Romain a bien aimé le jeu, même s’il lui a préféré Torres, Fred, de son côté, n’a que moyennement accroché (mais comme il était disposé, cela est assez logique). Quant à Michel, il a semblé content de rejouer à ce jeu, lui qui restait sur plusieurs déceptions sur celui-ci quelques années auparavant. J’ai hâte d’y rejouer, tiens…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept − 6 =