[12/09/2019] Fine Sand

Enfin une découverte d’un nouveau jeu ce soir, avec un jeu que j’avais, je l’avoue, un peu laissé traîner depuis Essen 2018 et, pourtant, le thème me branchait à fond ! J’avais même hésité à l’emporter sur l’Île d’Oléron avec Leila, c’est dire…
Au final, en ce moment, comme je suis en train de tenter de jouer à certains jeux non encore essayés (même si les comptes-rendus de parties ne le prouvent pas forcément), je me dis « Tiens, lisons enfin cette règle que je n’avais pas réussi à lire précédemment ». Et là, le grand déclic : limpide et très attractive, logique, parfaite en somme pour que Leila et moi découvrions ce Fine Sand en ce mercredi, non jeudi !, après-midi…

FINE SAND

Oui, on est comme sur « NOTRE ÎLE » ! Avec Fine Sand, le thème y est bien également…
Chacun dispose d’un mini-plateau individuel sur lequel il va placer les cartes qu’il a construites (en-dessous) pour améliorer ses outils et les châteaux réalisés (au-dessus). Il est super bien fait avec son résumé de tour intégré et ses deux pions de bois : le disque est enlevé quand on pioche des cartes depuis le deck, en phase 1, et l’anneau est déplacé sur l’action 2A ou 2B en fonction de son choix, Je reviens sur les actions possibles et tout le toutim…
Au départ, chaque joueur dispose d’une main de 6 cartes, ci-dessus la mienne avec les cartes pré-classées pour une partie de découverte (Leila a donc les mêmes). Pour les parties ultérieures, le deck est entièrement brassé.
Déroulement d’un tour. Première particularité : on joue tous les deux en même temps, sans obligation de jouer vite (pas de prime). Le reste est fort simple et limpide : on pioche autant de cartes qu’indiquées dans la colonne verte (sauf au premier tour), puis on choisit entre l’action 2A (construire autant de cartes qu’indiquées dans la colonne rouge) et 2B (piocher autant de cartes qu’indiquées dans la colonne bleue), avant, enfin, de restreindre sa main au maximum autorisé dans la colonne violette. Ci-dessus, vous pouvez voir que j’ai utilisé l’action 2A pour construire la carte violette à droite en la payant 5 sous (une carte = 1 sou et certaines cartes sont des sous à part entière). Il y a une autre action intermédiaire éventuelle, mais j’y reviens plus tard…
Le jeu est vraiment TRÈS abordable mais hyper déroutant ! En effet, le but du jeu est d’épuiser sa main de cartes, une sorte de unbuilding deck 😉
Un peu plus tard… On arrive très rapidement, même Leila, à percevoir les enjeux et je suis personnellement bluffé par la qualité de ce jeu que je n’avais pas vu venir ! Après près d’un an, ouf, il n’est pas trop tard…
Je construis la carte rouge qui coûte cher (7 sous), certes, mais elle vaut clairement le coup à mon avis : je vais payer dorénavant toute construction un sou de moins. Donc si je résume mon plateau : à chaque tour je pioche 3 cartes (colonne verte), je construis 2 cartes en les payant chacune 1 sou de moins OU je pioche 2 cartes, et je peux garder jusqu’à 4 cartes en main. Je parie que vous avez tout compris… Mais il reste l’action jaune !!!
Leila adore le jeu, vous en doutiez ? Vous pourrez observer qu’elle adore aussi construire des châteaux de sable, ceux-ci permettant de faire baisser le nombre de cartes de sa main à moindre coût, mais ils n’apportent pas d’améliorations. Cruel dilemme…
Une fois la pioche épuisée, il faut rebattre la défausse et là plus question de cartes pré-triées ! La preuve avec cette main de dingue…
Mmmhhh… On passe vraiment un super bon moment… Merci Friedemann Friese pour ta créativité toujours au top !
Toujours pas parlé de l’action jaune, je le sais bien, et ce n’est pas encore pour cette fois… 😉
Par contre, je vous fais part d’une de nos astuces pour mieux expliquer à l’autre ce qu’on a fait : au lieu de placer en solitaire les cartes construites et leur paiements dans la défausse, on crée des piles à droite de nos mini-plateaux pour pouvoir montrer ce qu’on fait. Ça donne un -petit- côté interactif au jeu… Ça, c’est parce que je n’ai pas encore parlé de l’action jaune… 😉
Et je vous conseille la petite vidéo suivante, évidemment…
Le jeu commence à prendre de la place, non ? Et moi je suis quasi à cours de cartes…
Ça y est, n’ayant plus assez de cartes à piocher, je me rabats sur les pièces d’or pour compenser (en bois, non, ne rêvez pas !), et pour info elles ne servent qu’à ça !
Dernier tour de construction… Oui j’enf ais trois, il faut vraiment essayer de construire un maximum de cartes ! Même si les cartes payées reviendront dans ma défausse (et seront donc comptabilisées au final)…
Le money-time je vous dis ! Tiens, à propose, vous voulez connaître l’action jaune ? Allez, je m’y colle… Alors, en gros, avant l’action violette de limitation de la main, on peut réaliser les actions jaunes de son choix. Au début on n’en a qu’une : donner une carte de sa main face cachée à son voisin de gauche ! Jouissif… Surtout qu’il ne pourra la placer sur sa défausse (à revenir évidemment) que lorsque tous les joueurs en auront au moins une à leur droite. Trop fort cet homme aux cheveux verts… 😉
La zone de plage de Leila une fois la partie achevée…
Et la mienne. Quel régal cette partie qu’on n’avait pas vu venir !

Durée de la partie : 1 heure – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de la partie :

Cartes en main Pioche Défausse Pièces Total
Leila (orange) 2 4 8 0 14
Ludo le gars (vert) 0 0 5 0 5

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’originalité de ce jeu de unbuilding deck, même si on connaît moult jeux où il faut épuiser sa main de cartes ! 😉
– Les actions hyper simples et, pourtant, laissant augurer de belles parties bien renouvelées,
– Les deux niveaux de règles, voire les trois si je tiens compte de la règle avec le Fable system si cher à l’auteur, (mode campagne solo très titillant…),
– L’envie d’y revenir car, franchement, on s’est juste régalés en mode de base…..

On a moins aimé
– ?

————————————————————————————————————

4 commentaires à propos de “[12/09/2019] Fine Sand”

  1. J’ai justement fait l’acquisition du jeu il y a quelques jours et compte bien le creuser pendant les vacances d’automne. Il a l’air rudement malin.
    Merci pour ce compte-rendu !

    • J’ai pratiqué le jeu : pas moins de 6 parties la semaine dernière avec mon épouse (en mode standard). On a trouvé ça très plaisant. C’est simple et astucieux en diable. Décidemment, j’apprécie beaucoup les variations de Friedemann Friese autour du deckbuilding.

      • Merci de ce retour ! Ca me conforte dans l’idée :
        -1- Que le jeu mérite le détour et pourrait bien nous suivre en vacances à l’été 2020
        -2- Que ce Friedemann est une sorte de génie de la création ludique.

        😉

  2. A noter que l’action jaune qui permet de décharger une carte chez son voisin est vraiment cruciale, même si on se s’en rend pas forcément compte au début.
    D’un côté, elle permet de se débarrasser d’une carte (et ça peut parfois faire la différence en fin de partie) mais, de l’autre, elle nous fait aussi perdre une carte … qui pourrait nous servir ultérieurement. Le choix est toujours ardu.
    Sinon, j’ai hâte de (re)découvrir le jeu en y injectant progressivement les cartes fable / fabulosa. La version de base étant déjà très réjouissante, c’est prometteur !
    Et je suis complètement d’accord avec toi : Friedemann Friese est un génie du ludique. Il a une façon de concevoir les jeux qui n’appartient qu’à lui, une vraie patte d’auteur.

Répondre à Dino Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


un + 6 =