[12/02/2012] Le Roi Arthur, Santiago

Pour faire plaisir à mes gones, lesquels me le demandent régulièrement, je leur sors Le Roi Arthur pour démarrer cette après-midi ludique. Avec son système électronique et son
côté épique et chevaleresque, il a clairement tout pour plaire aux plus jeunes…
Ensuite, en soirée, redécouverte du toujours excellent Santiago, un jeu de placement avec un canal d’irrigation qui donne du fil à retrordre aux joueurs pour qu’il passe au plus
près de leurs cultures…

 

LE ROI ARTHUR :

 


L’épée du futur roi d’Angleterre est place au centre la pierre et attend que l’un de nous trois, preux chevaliers, réussisse à revenir couvert de gloire (40 points au minimum) et
avec chacun des trois trophées (destrier, armure et lance) glanés dans les châteaux…

Tristan incarne le chevalier blanc, Maitena le bleu et moi-même le rouge. La partie peut débuter avec Tristan en tant que 1er joueur…

Merlin vient de nous prodiguer les derniers conseils préparatoires et nous a communiqué les deux premiers lieux qui contiendront deux biens (ration, épée, bouclier) et des points de
gloire…

Un doigt sur la tête du chevalier bleu et un autre sur la case de réaction que Maitena veut actionner pour son personnage, à savoir le combat renforcé d’une épée…

J’ai en ma possession un pendragon (à convertir en points de gloire auprès de l’Abbé) et un premier trophée : l’armure…

De passage à l’abbaye, j’échange carrément deux pendragons auprès de l’Abbé afin d’empocher plus de points de gloire…

Ces deux personnages m’accompagnent désormais et peuvent donc me fournir trois épées pour le chevalier et un bien de chaque type pour la pucelle.

Je galère beaucoup auprès du châtelain où vient de se rendre Tristan. En effet, pour acquérir mon destrier, je passe par plusieurs combats en route…

Je n’ai plus besoin que de la lance, mais c’est une galère sans nom pour y parvenir, mon tour s’achevant systématiquement à chaque lieu visité (et non exploré !), alors que, dans le
même temps, Maitena et Tristan bénéficient de moult coups successifs…

Maitena, avec 35 points de gloire, n’est plus très loin de terminer devant moi, alors que j’en suis à près de 80 et que je rame depuis au moins 10 tours pour récupérer les satanés 4
boucliers demandés par le châtelain !!! Dois-je accuser le hasard ou le jeu essaie-t-il de favoriser ceux qui sont en retard ?

Enfin ! J’ai mon capital requis de boucliers, et même un peu plus… Mais je ne suis pas encore revenu au château où se trouve ma lance et, dans le même temps, Maitena a acquis son
dernier trophée…

Voilà ma fameuse lance, mais il est trop tard puisque Maitena n’a plus qu’une case à franchir pour rallier la pierre où est plantée l’épée…

Oui, je couine un peu…


Et la traditionnelle photo finale…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le système électronique, bluffant de perspicacité, même s’il serait intéressant de le tester plus en profondeur pour voir ce qu’il mémorise vraiment dans les actions des joueurs
et l’implication que cela peut avoir,
– Le côté épique qui plaît forcément aux plus jeunes…

 

On a moins aimé
– Le hasard ou, disons, le nivellement de l’avance d’un joueur, je ne sais, car c’est quand même assez frustrant de ne pas pouvoir réagir…

 

Scores de la partie :

  

Tristan (blanc) : 43 points et 3 trophées
Maitena (bleu) : 44 points et 3 trophées + Reine d’Angeleterre
Ludo le gars (rouge) : 84 points et 3 trophées

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20


Durée de la partie : 1 heure

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

SANTIAGO :

 


Ca aussi, c’est du bon « vieux » jeu des années 2003/2004… J’en salive déjà à l’idée de le faire découvrir à ma petite famille…

Julie est la première qui placera un canal à partir de la source. Les baguettes (blanche pour Tristan et grise pour moi-même + noire pour Maitena) sont là pour lui suggérer,
moyennant finance, où le mettre…

Dommage que Maitena ait aidé Julie à rallier son cube violet car elle aurait été contrainte de payer pour le mettre vraiment ici…

La partie n’est pas à ce qu’on pourrait dire des plus agréables, avec des enfants qui se chamaillent sans cesse et un jeu pour le moins aléatoire et/ou mécanique de Maitena…

Vue de la situation un peu plus tard, avec un très prometteur champ de piments qui est investi à fond par Julie (violet) ! Du coup, Tristan et moi nous entendons un peu sur la
gauche pour le champ de fèves (tuiles bleues)…

Ma fille a l’irrigateur devant elle et ce sera ça sa grande stratégie : l’avoir le plus souvent possible, en faisant la plus petite offre à l’enchère (0 ou 1 selon les cas) et
empocher la proposition la plus élevée parmi les suggestions formulées par ses adversaires… Pas du tout passionnant pour les autres, justement…

Il reste environ quatre ou cinq tours et la situation est hyper favorable à Julie ce qui nous contraint, Tristan et moi, à tenter de la gêner (ce qui nous coûte de l’argent) !

Vue générale toujours autant à l’avantage de Julie…

« Comment vais-je gêner ma mère tout en scorant moi-même ? » se demande Tristan, un tantinet dubitatif et blasé par l’attitude peu participative de sa grande soeur…

Avant-dernier tour qui se profile et la partie semble clairement jouée, ce qui est on ne peut plus frustrant, surtout qu’on a eu l’impression de lutter à deux contre une, avec une
quatrème joueuse « ailleurs »…

On va à présent attaquer le dernier tour…

N’étant sûr de rien et ne pouvant plus faire grand chose, je ne mise rien et prends l’irrigateur…

Je place mon canal tout en bas à droite, le long du plateau, alléché par le baratin de Maitena : elle me donne deux billets (un exploit pour elle) et me fait miroiter que cela
agrandit le champ de canne à sucre dans lequel je suis bien présent…

La configuration finale une fois retirés les tuiles et les cubes qui n’étaient pas irrigués. On va compter les points et Julie possède 12 points d’avance sur Tristan, 19 sur moi et
38 sur Maitena. Plus que l’argent en main : une formalité ? Détrompez-vous !!! Quelle injustice finale…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le matériel proposé, très lisible, très agréable et, pour tout dire, esthétique à regarder,
– Les côtés vicieux que génère l’irrigateur…

 

On a moins aimé
– Le dénouement qui se révèle totalement injuste et immérité sur cette partie : Tristan et moi nous sommes auto-détruits et nous avons affaibli suffisament Julie pour que
survienne l’impensable…

 

Scores de la partie :

  

 

Champs Argent Total
Tristan (blanc) 55 4 59
Maitena (noir) 29 42 71
Julie (violet) 67 3 70
Ludo le gars (gris) 48 6 54

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 2 = sept