[12/10/2002] Die Händler von Genua

Participants
– François H., pas la peine de le présenter, y’a rien haffner, pardon à faire 😉
– Elisa, marchande de tapis dans cette bonne ville de Gênes,
– Gaël, bien dans sa peau dans le baratineur de service 😉
– Jérôme, de retour pour les soirées ludiques fontainoises après quelques semaines de désertion,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Préparer la partie de découverte de ce jeu ne fut pas une mince affaire :
– Règles denses et écrites petit,
– Aucune illustration ou renvoi,
– Mécanismes curieux et incitant à produire un exemple « en vrai »,
– Pas de résumé pourtant fort utile.

Sur ce dernier point, j’ai réparé le manque en passant 2 heures à construire un résumé des règles (télécharger).

L’exposé des règles prend un certain temps, surtout que
cette assemblée a tendance à se montrer bruyante et cherchant le kontact… 😉
Après une grosse 1/2 d’explication et de mise en place nous attaquons
la partie proprement dite, en souhaitant que celle-ci soit aussi belle
que les règles paraissent obscures et complexes…
Gaël prend les marqueurs violets, Jérôme les bleus,
Elisa les rouges, François les jaunes et Ludo le gars les verts.
C’est parti !Le premier tour se déroule doucement, car chacun essaie de s’imprégner
du jeu et des possibilités offertes. François râle
deux ou trois fois contre nos propositions très élevées
dès lors qu’il s’agit de suggérer des déplacements
au marchand.
Jérôme a beaucoup de mal à rentrer dans la partie
et il lui faudra 2 ou 3 manches pour y être, sans pour autant apprécier
les mécanismes.

De mon côté, je me contente pour l’instant de découvrir
les répercussions des actions des uns et des autres, et je tente
de me lancer dans une collecte des cartes de messages, pensant qu’il est
ainsi plus facile d’avoir la possibilité d’en délivrer si
j’en ai plusieurs.
Gaël, en ce qui le concerne, axe ses efforts sur le ramassage de
cartes de privilèges, fort lucratives en fin de partie si elles
se combinent bien.


Gaël, placé à ma gauche, joue
le rôle du marchand et égraine son pion…


Une vue rapprochée de la situation alors
que seuls François et Gaël ont réussi à placer
des marqueurs de propriété…

Les tours se suivent, les manches s’enchaînent,
et l’on a de plus en plus l’impression désagréable de ne
pas maîtriser grand chose et qu’influencer le marchande relève
du tour de force, tant son déplacement est précieux quand
c’est le vôtre…

Plusieurs d’entre nous parviendront à
livrer des petites commandes, les plus faciles, alors que la livraison
de grosses commandes sera beaucoup plus rare.
Le placement de marqueurs de propriété est bien maîtrisé
par François, qui axe ses efforts sur un placement judicieux (cathédrale,Trattoria,
Guilde, …), synonyme de revenus réguliers. Gaël et Jérôme
tentent à leur tour de s’en servir mais ce n’est pas évident
d’en avoir de disponobles et en retirer à un joueur adverses pour
se replacer coute très (trop ?) cher. Quant à Elisa et moi,
nous en plaçons un chacun mais sans conviction (le mien l’est au
Parc et ne m’aura rapporté que 10 ducats…).
Celui d’Elisa ne fera pas long feu, puisque François le retira
en réponse à son action de retrait antérieur.

Par deux fois nous tombons sur le Marché,
ce qui réduit le nombre de manches, et nous achevons cette partie,
dans une ambiance de déception quasi générale (Elisa
a apprécié le principe du jeu).


Le milieu de partie avec une fausse impression de jeu agréable…

 

Cliquez pour agrandir !
Le plateau en fin de partie, lors du dernier déplacement
du marchand par Jérôme, depuis la case du Marché…

Décompte final
François remporte cette partie avec un total de 580
ducats, suivi de Jérôme avec 520 ducats, de Ludo le gars avec 450
ducats, d’Elisa avec 320 ducats et Gaël ferme la marche avec 280 ducats.
Le détail est le suivant :

Argent acquis dans le jeu
Cartes de privilèges
Marqueurs de propriété
Total en ducats
Gaël
170
30 + 30 + 10 + 10 = 80
30
280
Jérôme
480
10 + 10 = 20
20
520
Elisa
300
10 + 10 = 20
0
320
François
510
30
40
580
Ludo le gars
440
0
10
450

Débriefing
Déçu, déçu, déçu…
Terriblement déçu par ce jeu ! Et encore les mots ne sont pas
assez forts, surtout quand on voit la qualité du matériel et l’idée
de base du jeu qui a été mal exploitée.
Mis à part Elisa, personne n’a accroché à ce jeu qui s’est
montré poussif, lent, répétitif, hasardeux et sans logique.

En effet, au vu de cette
partie, il ressort qu’un joueur n’a qu’à attendre la fin de partie en
plaçant quelques marqueurs de propriété éventuellement,
sans participer beaucoup aux phases de commerce, pour remporter un succès,
celui du joueur le moins influent sur le jeu et le plus discret ! C’est un comble
quand même pour un jeu de négociation que le vainqueur soit désigné
de la sorte, au lieu de l’être par la qualité de son baratin et
de l’influence qu’il a sur les autres participants… Elisa et Gaël, les
plus en vue durant la partie, l’ont appris à leurs dépens pour
terminer dernier et avant dernier…

Si un joueur tente de jouer
dans l’esprit du jeu (commerce), comment lpourrait-il, lorsqu’il déplace
le marchand arranger un autre joueur au lieu de consacrer son déplacement
à ses propres intérêts ? A l’inverse, celui qui a compris
que pour gagner il faut s’enrichir, et que c’est plus facile de le faire en
encaissant sans jamais décaisser qu’en tentant de réaliser des
livraisons, remportera la partie en acceptant systématiquement les offres
les plus avantageuses lorsqu’il déplacera le marchand, sans se soucier
de ses intérêts commerciaux…

Est-ce que ce jeu ressortira
de la ludothèque de Ludo le gars ? Je suis scpetique à l’heure
qu’il est et cela me désole car il est tellement beau lorsque la boîte
révèle son contenu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six − = 4