[13/03/2021] Le Bien et le Malt

Suite aux promotions de janvier, j’ai acquis une boîte de Le Bien et le Malt sorti en 2017. J’avoue avoir été très titillé par le thème du jeu, fabriquer sa bière, et avoir eu bien envie de le découvrir par moi-même, sachant qu’il a une bonne réputation sur internet. Ajoutons qu’un jeu de Michael Kiesling, ça ne se refuse pas trop…

Avant de vous laisser plonger dans notre partie de découverte, relatée ci-dessous, je tiens à saluer le travail génial du traducteur français pour avoir extrapolé le jeu de mots du titre anglais Heaven & Ale, car ce n’était pas forcément facile…
😉

LE BIEN ET LE MALT

Un jeu sur la bière, forcément, ça ne pouvait être que pour Fabrizio et moi ! Bon, Leila est là aussi, mais elle fera sans… 😉
Santé !
Le plateau de jeu central est constitué principalement d’un parcours de tuiles que l’on va pouvoir récupérer en s’arrêtant dessus, pour les placer, ensuite, dans son domaine de brasseur. Au centre, se trouvent des tuiles de barriques, sortes de contrats de PV.
Chaque joueur gère un domaine sur lequel il va concevoir de la bière en s’aidant de moines précieux.
Les cases hexagonales pourront accueillir des tuiles de ressources (orge, eau, houblon, levure et bois) ou de moines (au nombre de 4 différents).
Une piste borde ce domaine par la gauche et en haut : on y comptabilise ses récoltes de ressources avec un cylindre de la même couleur, ainsi que le niveau de son maître brasseur (mon pion noir en bas à gauche).
A droite, on retrouve les différentes ressources + moines associés par paires : on y placera un disque violet d’activation quand on on l’aura utilisé.
A son tour, en sens horaire (rien à voir avec une piste de temps qui passe), on avance sa figurine jusqu’où bon nous semble et on doit exécuter l’action de la case. On ne peut jamais rebrousser chemin.
Ci-dessus, au premier tour, on peut voir que Fabrice, en jaune, a été récupérer un moine contre un paiement de 4 deniers, tandis que Leila, en bleu, a été acheter la ressource de sa case d’arrivée et que moi, en noir, ai fait de même…
Petite vue de mon domaine, après que j’ai placé une ressource de levure d’indice de fertilité de 5, positionnée sur une case à l’ombre : j’ai payé, donc, 5 deniers pour la positionner ici. Si j’avais voulu la placer au soleil (cases claires), j’aurais dû débourser 10 deniers ! La différence ? Lorsqu’on récolte à l’ombre on empoche des deniers (=valeur de la tuile), alors qu’au soleil ce sont des ressources amassées et on fait avancer son cylindre correspondant d’autant de cases (donc de 5 cases pour le cylindre blanc dans cet exemple).
Le jeu est assez déroutant car on a intérêt à placer des tuiles avec de gros indices de fertilité, mais, en même temps, on risque d’entourer les zones de construction avec de gros totaux et, donc, de moins faire avancer son maître-brasseur ! Très paradoxal, j’y reviendrai…
A trois joueurs, il y a quatre manches, chacune d’elles se terminant lorsque toutes nos figurines ont fait un tour (un peu à la Tokaido avec les relais : on doit s’attendre)… Ci-dessus, voici la situation de la tablée en fin de première manche.
Fabrice est le premier à ne pas être loin de réussir à entourer totalement une case de construction et les effets sont pour le moins techniques : j’y reviens sur la photo suivante correspondant à mon premier entourage de construction.
Alors, voilà… J’ai placé une 6ème tuile autour d’une case de construction et j’ai comptabilisé la somme des indices de fertilité l’entourant : 13. Ce total m’octroie la pose d’une tuile dite de valeur 2 et une progression d’une case de mon maître-brasseur. Ensuite, je vais pouvoir activer deux tuiles opposées à cette construction (comme l’indiquent les petits triangles sur la tuile). J’opte pour la tuile de houblon de valeur 5, en empochant 5 deniers, et le moine du centre qui a comme pouvoir d’activer les tuiles qui l’entourent : progression de deux cases pour mon cylindre d’orge + deux moines pointés donc progression de deux cases de mon maître-brasseur !
Ça va ? Vous avez suivi ?
Oui, clairement, le jeu donne à penser et semble offrir de belles diversités de stratégies !
Fin de deuxième manche…
Troisième manche en approche, donc à mi-partie d’un jeu très plaisant et plutôt technique et déroutant…
Chaque joueur dispose d’une main de 5 cartes qu’il va pouvoir positionner en face de ses paires de disques d’activation violets ou… les échanger contre 3 deniers ! Ce que je fais ci-dessus !
Petite vue du joli domaine de Leila…
Les barriques du centre commencent à être bien convoitées : il faut dire qu’elles octroient un gain de 4 PV pour le premier à réaliser un objectif ou 2 PV si on est le deuxième. On ne sait pas trop si ces gains sont aussi fondamentales que la progression des cylindres et du maître-brasseur, mais on y songe…
Leila s’empare de trois grosses barriques, après avoir été sur l’une des deux cases dédiées du parcours, car elle vérifie les conditions suivantes : avec un disque d’activation sur chaque type de ressources, avoir placé 3 cartes à droite de ses paires de disques violets, avoir atteint les valeurs positives pour chaque cylindre de ressources. Elle sait, donc, qu’elle empochera déjà pas moins de 12 PV en fin de partie…
De mon côté, je combote comme un fou avec mes moines, histoire de faire avancer mon maître-brasseur au maximum puisque, in fine, c’est son niveau atteint en fin de partie qui déterminera un taux de conversion plus favorable et un multiplicateur de PV (une ressemblance avec le système d’Orléans ou d’Impérial est à souligner)…
Nous allons à présent nous lancer dans la quatrième et dernière manche ! La mise en place est un poil différente avec deux jetons d’activation sur trois cases spécifiques au lieu d’un seul.
Je fais couiner mes adversaires pour deux raisons : mon maître-brasseur est à une seule case de la dernière et, surtout, je possède une richesse dingue !
Oui, il faut se concentrer…
La partie s’achève sur ce tour…
Vue générale du domaine de Fabrizio, juste avant qu’il fasse progresser ses cylindres de ressources au taux de 3 pour 1. J’explique la chose : il va pouvoir faire remonter le niveau de son cylindre bleu (l’eau) d’une case en dépensant 3 cases d’autres cylindres (donc le jaune en priorité). L’idée est de ne pas en laisser un trop à la traîne car, fin du fin un peu kniziesque, c’est la valeur atteinte par son cylindre le plus faible qui déterminera son score de PV de base !
Voilà pour Fabrice, avec un total de 7 PV qu’il multipliera par le multiplicateur de son maître-brasseur, à savoir X 3, donc 21 PV au total sur ce registre !
Le domaine de Leila, juste avant ses ajustements de cylindres…
Pour Leila, elle va pouvoir scorer 9 PV X 3 = 27 PV, sans compter ses PV très nombreux acquis grâce aux barriques…
Et le mien, avant la progression finale et les nombreux deniers que je vais investir pour équilibrer mes positions de cylindres…
60 deniers !!! Je vais pouvoir y aller question ajustements finaux…
Je termine donc avec 8 PV X 6 = 48 PV ! Et j’ajouterai à ce total les gains de mes barriques évidemment…

Durée de cette partie : 2 heures 15 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de cette partie :

PV Barriques 1er joueur Total
Fabrice (jaune) 7 X 3 = 21 8 1 30
Leila (bleu) 9 X 3 = 27 24 0 51
Ludo le gars (noir) 8 X 6 = 48 12 0 60

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le côté très déroutant du jeu, presque paradoxal, avec des intérêts antagonistes entre poser des tuiles avec forts indices de fertilité (pour des gains renforcés) et de faibles (pour faire grimper davantage son maître-brasseur),
– Les combos qu’on peut réaliser avec les moins, en les plaçant proches les uns des autres ou, au contraire, en les répartissant dans son domaine,
– Les terrains ombragés et ensoleillés gérés différemment,
– Le timing à trouver en déplaçant sa figurine, sachant qu’on ne peut pas faire demi-tour, surtout que choisir c’est renoncer ! 😉
– Un certain côté old school du jeu qui me va très très bien !
– L’envie d’y rejouer et de l’approfondir, sa note ne pouvant que monter..
.

On a moins aimé
– Le thème qui disparaît par moments au profit d’une mécanique aux petits oignons (vendre ses productions faites à l’ombre, échanger des cases avec un taux de conversion en fin de partie),
– La crainte, légère mais présente, que les parties aient globalement tendance à se ressembler car certains axes semblent incontournables (la montée du maître-brasseur surtout).

————————————————————————————————————

Une réponse à “[13/03/2021] Le Bien et le Malt”

  1. Concernant le titre je me souviens que Plan B avait fait un appel à propositions sur le forum de TricTrac et il me semble que c’était Beri qui avait eu l’honneur de trouver le nom français du jeu 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ neuf = 15