[13/05/2023] Sagrada + Glory, Gold Connection

Après-midi ludophiles avec deux très bons jeux :
– Le premier, une valeur sûre, avec un module de la dernière extension non encore essayé : Sagrada + Glory.
– Le second, un vieux de la vieille que ni Fabrice ni Jean-Luc ne connaissait, Gold Connection, alors pourquoi pas ?
Bonne lecture !

SAGRADA + GLORY

Sagrada est en train de revenir très souvent sur la table de jeu… avec la découverte d’un module de la dernière extension Glory et un insert pour la boîte que j’ai assemblé la nuit dernière !
Avant d’aborder la partie proprement dite, je vous fais partager quelques visuels de ce fameux insert pour Sagrada.
Ci-dessus, vous pouvez voir que l’article est livré sous la forme de 3 plaques que je vais dépuncher pour les assembler en suivant une notice vraiment super bien expliquée…
Exemple pour l’assemblage de quelques éléments… La seule chose dont j’ai besoin c’est un tube de colle multi-usage, style UHU, comme vous pouvez le voir sur la photo suivante.
Et voilà le travail ! Allez, une grosse heure de temps, de la méticulosité (mais pas trop), de la patience et le tour est joué !
J’avais déjà fait de même pour deux jeux emblématiques de ma ludothèque, Robinson Crusoé et Maracaïbo, et ça avait vraiment été super pratique et pas trop cher.
😉
Venons-en à la vraie partie cette fois !
Ci-dessus, vous pouvez voir les cartes d’objectifs publics en haut, les outils en bas et… les cartes de précurseurs au milieu ! Ces cartes correspondent au module Précurseurs de la boîte d’extension Glory et elle consiste en un objectif à atteindre avant les autres : premier arrivé, premier servi ! Ça donne encore du peps au jeu et des nouveaux objectifs finalement, mais ça noie aussi un peu les novices sous une couche supplémentaire de possibilités…
Voici ma carte d’objectif privé, m’incitant à placer des dés de forte valeur sur les cases roses. Comme cela n’est pas évident, surtout avec l’objectif public de symétrie, je choisis un vitrail plutôt accessible, avec pas trop de contraintes de petites valeurs surtout, sur les cases roses… Je démarre avec seulement 3 pierres de faveur mais ce n’est pas grave, alors que Jean-Luc et Fabrice, ne suivant pas mon conseil de choisir un vitrail « facile », démarrent chacun avec 6 pierres !
Et c’est parti avec ce premier lancer de dés réalisé par Jean-Luc…
Fin de première manche sur les 10 que comptera la partie…
Fabrice a déjà utilisé une pierre de faveur pour profiter d’un outil ! Que c’est tôt je trouve…
C’est ainsi qu’il place son dé 4 rouge en cet endroit en sachant très bien qu’il devra redépenser 2 pierres plus tard pour combler l case du dessus avec une contrainte de pose rouge ! Je trouve ce choix audacieux surtout que j’ai bien deviné ce qu’il vise : une carte de précurseur qui impose d’avoir une colonne avec des dés de couleur et de valeur différentes… Le souci, pour lui, c’est que j’y vais aussi et que je vais rejouer avant lui pour compléter la colonne !!! 😉
Et voilà le travail ! Hop, 6 PV pour moi et un Fabrice qui couine… 😉
Après 3 manches…
Je valide une autre carte de précurseur, au nez et à la barbe de Jean-Luc cette fois, avec trois dés de valeur 6 très bien placés, pour plusieurs raisons : cette carte, l’objectif public de symétrie et ma carte d’objectif privé ! C’est cool, très cool même…
Oui, je sais, j’ai placé un dé violet au-dessus d’une case avec contrainte de pose violette, mais, franchement, c’est cadet de mes soucis maintenant et j’ai encore deux pierres au cas où…
C’est Jean-Luc qui s’octroie le gain de la troisième carte de précurseur, celle qui était donnée au joueur qui réalise en premier un carré de 3 par 3 dans son vitrail…
Mi-partie…
Je fais une petite photo du vitrail de Jean-Luc, histoire d’éviter les petits soucis de dés qui bougeraient (vrai problème du jeu quand même), car il réfléchit à la meilleure manière d’utiliser un outil pour modifier ses positions…
On verra, juste après, qu’une erreur a été commise malheureusement sur le plateau de Fabrice, avec deux dés de valeur 4 adjacents, mais c’est trop tard… C’est vraiment dommage que cela puisse arriver dans ce jeu, un peu comme sur la dernière partie, avec Jean-Baptiste, lequel avait vraiment « planté » sa partie sans que je m’en rende compte assez tôt, et pourtant je surveillais ! 🙁
Dernier lancer de dés…
On devra faire avec ça…
Les éléments du jeu en fin de partie, avec plusieurs dés non joués sur la dernière manche…
Le vitrail de Jean-Luc et son objectif privé plutôt très bien réussi…
Celui de Fabrice, avec des dés verts pas trop mauvais… malgré son erreur d’avoir mis un 4 vert à côté d’un 4 rouge ! Bon, on fait comme s’il n’y avait pas d’erreur pour le calcul de son score. Mais c’est dommage et je ne trouve pas vraiment de solution convenable…
Et mon vitrail avec de franchement jolis gains !
And the winner is… votre serviteur !
J’ai le droit de ranger le jeu… 😉

Durée de cette partie : 1 heure 30 minutes – Note de cette partie : 19 / 20

Scores de la partie :

Objectifs publics Objectif privé Pierres de faveur Cases vides Précurseurs Total
Jean-Luc 13 + 6 + 8 29 0 0 3 59
Fabrice 12 + 3 + 6 27 0 -1 0 47
Ludo le gars 9 + 15 + 6 31 2 -1 6 + 3 71

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le plaisir qui ne se dément pas sur ce jeu, surtout avec ce petit insert très très fonctionnel…
– La grosse envie d’y rejouer souvent, en variant les extensions, voire les modules de celle-ci…

On a moins aimé
– Les dés qui se retournent à cause de nos gros doigts ! C’est un peu pénible sérieusement…
– Ce module Précurseurs rajoute finalement 3 objectifs, ce qui alourdit le jeu, sans apporter un plus substantiel et sans faire varier le game play…

————————————————————————————————————
GOLD CONNECTION

Deuxième partie de la journée avec un ancêtre sorti en 1992 et créé par le génial Sid Sackson, dans une sorte de variation de son non moins génial Can’t Stop !
Le plateau, représentant les coffres d’une banque bien pourvue en lingots, est préparé : 6 lingots sont placés aléatoirement dans chacun des 14 coffres, soit 84 lingots en tout. Leur valeur va de 1 à 6, en 4 couleurs, et plus la valeur est élevée, moins il y en a (six de valeur 1 mais un seul de valeur 6 par exemple) !
Petit rappel des règles, pour le plaisir : à son tour (on joue 12 fois chacun là 3 joueurs), on déplace sa flèche d’un nombre de coffres de son choix, en laissant son jeton sur celui de départ. Puis on choisit quels lingots on veut ramasser et on lance deux dés en essayant d’au moins atteindre la somme des lingots + nombre de cases. Exemple : si je déplace ma flèche de 2 coffres et que je tente de récupérer deux lingots de valeur 1 et un de valeur 2, je dois obtenir au minimum 6 avec deux dés pour les placer dans la zone temporaire de ma mallette…
Ci-dessus, Jean-Luc a fait une belle moisson (regardez sa zone temporaire dans sa mallette) et il décide de s’arrêter là pour avoir le droit de décaler ses lingots sur les valeurs numérotées de sa mallette. Attention : on doit les stocker de gauche à droite et choisir entre la première et la deuxième série (par rapport au bonus octroyé).
Vous savez tout !
Voici la situation une fois que Jean-Luc a rangé ses lingots et qu’il a fait se rejoindre son pion sous sa flèche…
De mon côté, je commence, dès le premier tour, à galérer pas mal, sans avoir l’impression d’exagérer… Comme je rate mon jet de dés, je récupère 2 jetons de consolation, lesquels pourront me servir pour relancer des dés plus tard…
Même à mon deuxième tour, je n’ai toujours rien en stock !!! Ça va commencer à craindre un peu… 🙁
J’en ai marre…
Et de trois tours sans rien ! En plus, les lingots de valeur 1 et 2 se retrouvent à présent inatteignables pour moi car ils sont sur le coffre de mon pion…
Bon, allez, on démarre… un peu ! Au moins, le point positif c’est que personne ne peut m’attaquer pour me voler mes lingots (j’en ai moins de 10) !
Super bonne ambiance !!!
Ça va un peu mieux et je peux aller taquiner mes voisins…
Mi-partie…
L’ambiance est quand même top avec ce jeu de parlotte, de bluff, d’agression, de pleurnichards, …
Bravo Fabrice !!! Quel jet de dés mémorable… C’est pas à moi que ça arriverait ! 🙁
Joli…
De mon côté, j’ai vraiment la poisse de la poisse de la poisse… Rendez-vous compte : je pouvais, en trois tours, récupérer le 5 bleu et le 6 noir, sans trop forcer, mais non ! Quand ça veut pas, ça veut pas ! 🙁
Comme par hasard… Au dernier tour, je récupère enfin le 5 bleu, assorti d’un 3 vert chipé à Jean-Luc et un autre 3 noir sur le plateau. Si je m’arrête là, je perds. Si je pousse encore ma chance, pour aller chercher le 6 noir, je réalise le holdup du siècle en gagnant la partie !!! Pas le choix en fait : je tente le tout pour le tout ! Je dois obtenir 11 avec les deux dés, en sachant que je pourrai les relancer deux fois… Suspense, suspense…
Vue rapprochée de cette situation pour le moins titillante…
Et mer_e !!! C’est raté… Je vais terminé avec un score tout pourri au final…
La mallette de Jean-Luc, splendidement remplie… Ça devrait être serré avec Fabrice.
Celle de Fabrice. Ah oui, c’est plus que serré même !
Et la mienne… après mon pitoyable échec au dernier tour qui aurait, en cas de réussite, constitué une victoire juste hallucinante !!!
Fabrice et Jean-Luc terminant à égalité, je consulte la règle et tombe sur cette gestion du départage que je vous laisse consulter… 😉 😉 😉

Durée de cette partie : 1 heure 45 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de la partie :

Total
Jean-Luc (violet) 62
Fabrice (gris) 62
Ludo le gars (marron) 32

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Les similitudes de mécanisme et d’ambiance, avec cette facette génialissime du Stop ou Encore qui peut bien faire couiner… j’en sais quelque chose ce soir !!!
– Le plaisir de faire découvrir un nouveau vieux jeu aux ludophiles présents 😉

On a moins aimé
– La durée de cette partie finalement, plus longue que celle de Sagrada juste avant…

————————————————————————————————————

2 commentaires à propos de “[13/05/2023] Sagrada + Glory, Gold Connection”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 + sept =