[13/09/2020] A la Conquête des Catacombes

J’aime beaucoup les jeux d’adresse et ça ne se dément pas depuis plus de 20 ans ! L’éditeur Nuts ! Publishing devait le savoir et m’a fait parvenir une boîte de A la Conquête des Catacombes afin que je le découvre avec Leila et que j’en parle un peu sur mon site. Même si j’avais un doute sur mon attirance face au thème du jeu, pourquoi pas ?

Et, au final, sachez que je suis très très déçu de cette partie de découverte qui n’a pas du tout rempli mes attentes…
Fidèle à mon franc parler, et malgré tout le respect, voire l’amitié, que j’ai pour cet éditeur, je vais vous livrer mon ressenti sur ce jeu, sans concession… Certes, nous n’avons pas joué de multiples parties, certes, certains points que je critique seront peut-être des atouts pour d’autres joueurs, mais, en ce qui me concerne, et Leila aussi, malheureusement, ce jeu ne m’emballe pas…

A LA CONQUÊTE DES CATACOMBES

Jeu tout fraîchement reçu, ce jeu de pichenettes, avec un thème plus qu’improbable, n’est pas sûr de rentrer au panthéon des jeux de ma ludothèque… Même s’il est édité par Nuts ! Publishing, un éditeur dont j’apprécie vraiment le travail depuis bientôt deux ans…
Avant la première partie, on colle de nombreux autocollants sur des disques colorés, avec un détail hallucinant sur la manière de le faire, tant dans les règles que sur la feuille autocollante… 😉
Ensuite, on installe le jeu et ce n’est pas si simple car le schéma de positionnement des murs dans la règle ne correspond pas ! Là, pour le coup, faisons travailler notre cerveau et positionnons 3 murs sur chaque longueur et 2 sur chaque largeur, pour obtenir un rectangle de jeu avec 10 murs de périmètre. Ces murs tiennent debout à l’aide de petits socles, mais sans que l’impression de solidité soit vraiment au rendez-vous. Bon, on va y aller quand même, avec la pose des 5 obstacles noirs régulièrement répartis sur l’espace de jeu, ainsi que nos deux jetons respectifs (blancs pour Leila, qui joue l’épée, et noirs pour moi, qui joue le crâne), dans les angles de ce même espace…
Chacun dispose d’une carte de résumé pour garder en tête les effets des icônes sur les cartes qu’il va jouer. A droite, voici ma première carte jouée, un Assassin, lequel me permet une attaque avec mon disque actif (une pichenette pour aller toucher un disque adverse) et une attaque distante avec un arc (pichenette d’un petit disque d’arc même utilisable à partir de mon second disque). Ensuite, certaines cartes ont un effet qui s’applique : faire défausser une carte de son choix à son adversaire. Et pour terminer, je peux déplacer l’obstacle noir de mon choix par une pichenette.
Simple et bienvenu pour le coup…
Après que j’ai joué mon tour, Leila va prendre le sien mais elle vérifie bien ses cartes auparavant…
Voici la situation lorsque Leila a terminé son tour : oui, 5 pions (3 disques de joueurs + 2 obstacles) se trouvent contre des murs. On ne peut pas dire que ce soit bien agréable car, j’ajoute, on ne trouve pas trace dans la règle d’une éventuelle autorisation à son tour de déplacer un peu le disque à jouer. Certes, on le fera, pour que ce soit jouable, mais avec plus de 30 pages de règles (!!!), il y a de quoi être surpris de cette omission…
Peu après, pour mon second disque (puisqu’on joue un tour l’un un tour l’autre), je joue Soloth, lequel m’offre deux déplacements et une vague puissante, susceptible de faire perdre 2 PV à Leila. Ce sera d’ailleurs le cas et, comme le but du jeu est de réduire à 0 les PV de son adversaire, cela m’en rapproche…
Franchement, comment Leila va-t-elle pouvoir jouer son disque violet ? Doit-on l’autoriser à la placer de l’autre côté de l’obstacle ? Ça nous a pas mal fait soupirer ce type de situation durant cette partie…
Voulez-vous une petite vidéo sur le jeu ? Regardez-la ci-dessous…
La partie s’approche de son terme, le stock de PV de Leila s’amenuisant… Mais comme on peut en récupérer via certaines cartes, la durée a tendance à s’allonger quand même… Et on ne peut pas dire que nous soyons conquis et c’est fort dommage car ça aurait pu être un très bon jeu…
J’ai de l’avance au niveau PV et Ithair me permet d’aller procéder à deux attaques contre Leila, ce qui devrait pratiquement clore la partie…
Cette fois, ça y est, Leila a 0 PV !

Durée de cette partie : 45 minutes – Note de cette partie : 🙁

Scores de cette partie :

PV restants
Leila (épée – blanc) 0
Ludo le gars (crâne – noir) 7

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le principe du jeu, très proche d’un Micro-Mutants, toujours plaisant à pratiquer,
– Les cartes qui ne sont pas complexes à comprendre, ce qui rend le jeu très abordable en famille,
– Le look des cartes, avec des illustrations plutôt originales, lesquelles me font penser à celles de Dream Catchers.

On a moins aimé
– Le manque de précisions dans la règle : assemblage des murs ? écart depuis les murs ?
– La longueur délirante des règles pour un jeu de ce type : heureusement c’est écrit très gros !
– Les amas de disques dans certaines zones de l’espace de jeu (près des murs),
– Le thème peu accrocheur,
– La répétitivité des tours de jeu,
– La durée de la partie qui a tendance à s’allonger parce qu’on récupère souvent des PV.(

——————————————————————————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept − = 3