[13/10/2019] Pharaon

Quelle magnifique boîte que celle de Pharaon ! Et je peux vous dire mes 4 partenaires du jour n’avaient d’yeux que pour elle et l’impressionnant matos qui s’y trouve enfermé. On va donc découvrir ce superbe jeu, édité par l’éditeur lyonnais Catch Up Games, en ce 13 octobre 2019, le jour des 9 ans de Leila !

PHARAON

Pharaon possède vraiment une très très belle boîte, un écrin d’or et d’émeraudes en quelques sortes…
Le plateau de jeu, composé de 5 parties assemblées aléatoirement, est d’une beauté inouïe ! Chaque zone du disque représente un moment de la vie du fils du pharaon, c’est-à-dire une action qu’il pourra faire. Entre chaque zone, figure un Dieu qu’il conviendra de satisfaire en réussissant ses conditions de réussite (à condition d’en réussir les deux côtés…). Le disque central, qui peut pivoter notez-le, indique la couleur des ressources à dépenser pour en réaliser l’action (au nombre de 4 à 4 ou 5 joueurs, comme l’indique le nombre de carrés). Franchement somptueux !
Chaque joueur possède devant lui une carte de noble (qu’il a choisie parmi deux au départ), une tuile de vase avec les ressources qu’il empoche immédiatement (avant de défausser la tuile de vase) et 2 ressources jokers (les yeux). Beaucoup d’icônes sont présentes un peu partout, comme sur la carte de noble par exemple, et il convient de bien les comprendre (un petit travail en début de partie, avouons-le).
Cette partie se joue à 5 en ce jour d’anniversaire de Leila, avant le repas de midi : Tristan, avec les disques jaunes, Leila avec les rouges, Maitena avec les noirs, Joris avec les bleus et moi-même avec les verts. Je crains, par contre, au vu de l’impressionnant matériel déployé, qu’on excède allègrement l’heure de jeu indiquée sur la boîte…
Allez, c’est parti ! Une partie se joue en 5 manches. Lors de chacune d’elle, chaque joueur prend son tour en réalisant une action ou en passant. Quelles actions ? Celles du disque évidemment ! Et en payant la ressource d’entrée sur cette action puis le coût de l’action, pour en tirer le bénéfice promis. J’y reviens…
Petite vue de la situation après un tour plein de table. Alors, au niveau des actions, on peut jouer sur : le Nil pour faire monter 5 pistes de 1 à 3 crans, les artisans pour récupérer des PV et des ressources, la chambre funéraire pour améliorer son tombeau futur, les offrandes pour récupérer de nouvelles actions ou ressources, ou encore les nobles pour récupérer une précieuse carte. A chaque fois, on paie le coût d’entrée, par exemple une ressource jaune pour le Nil ci-dessus, et on doit payer ensuite le coût de l’action, en omettant la tuile payée en coût d’entrée si elle est de la même couleur. Dans l’exemple, je n’ai pas payé que la noire et pas la jaune pour monter sur les pistes jaune et noir. Très malin et bien brise-neurones…
Le jeu donne à penser, n’est-ce pas garçon et fille ?
Fin de la première manche (tout le monde a passé). Quand on passe, on pose son gros disque sur la ligne vide la plus basse de la pyramide du temps et, à chaque fois que notre tour revient, on a droit à un bonus de plus en plus important. Ça, c’est vraiment top !
Avec une durée de 40 minutes pour la première manche, mes craintes de durée explosée étaient plus que fondées ! Du coup, et même si ça nous arrache des larmes de dépit, on décide d’être raisonnables et de se limiter à une seconde manche, au lieu d’aller au bout des 5. Ben oui, c’est l’anniversaire de Leila quand même…
La roue a été tournée d’un cran, modifiant du même coup la couleur requise en coût d’entrée de chaque action.
Très belle partie, bien plus fluide à présent, mais quand même hyper longue à 5 joueurs ! Il y a 20 actions de disponibles en tout, donc 4 tours de table à 5 et, franchement, ça me paraît impossible de les faire en 12 minutes si on veut faire la partie en 60 minutes…
Tristan, après pas mal de belles actions bien réfléchies, qui ont d’ailleurs fait couiner Maitena, parvient à s’adjuger le masque du Pharaon, ce qui lui rapporterait 7 PV en fin de partie…
Nous voici en fin de deuxième manche et on va donc s’arrêter là pour aujourd’hui, après une nouvelle manche de 40 minutes…
La situation sur la pyramide du temps…
Les éléments de Tristan en fin de cette partie avortée en 2 manches sur 5…
Ceux de Leila…
Ceux de Maitena.
Ceux de Joris.
Et les miens.
Une fois n’est pas coutume, ce sont les enfants qui rangent la boîte et ils sont explosés de rire parce qu’ils nous ont fait un pataquès monstre pour quand même compter les scores ! Aucun intérêt, clairement, d’autant plus que les stratégies à long terme n’ont pas pu être bonifiées. Bon, en tout cas, et surtout, cela nous a furieusement donné envie d’y rejouer vite !!! Il est très bon ce Pharaon !

Durée de la partie : 1 heure 20 minutes pour 2 manches sur 5 – Note de cette partie : ? à revoir forcément…

Scores de la partie : inutiles…

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La qualité hallucinante des composants du jeu, graphiquement et tactilement : bravo, 1000 bravos à l’éditeur pour ces choix magnifiques !
– La roue qui tourne pour bien faire fumer les têtes,
– Le bonus à chaque tour pour ceux qui ont passé plus tôt,
– La simplicité de la règle au service d’un jeu exigeant et très retors,
– La qualité des icônes et leur appropriation assez facile finalement,
– La grosse envie d’y revenir !

On a moins aimé
– La durée délirante de nos deux manches de ce jour, nous contraignant à arrêter la partie, quel sacrilège…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 6 = sept