[13/11/2022] Donkey Bridge

Étant invités chez Maitena et Joris, pour fêter leurs anniversaires, nous avions emporté un petit jeu typiquement dans la mouvance de ce qu’ils apprécient : Donkey Bridge, ou les ponts à trouver même dans des histoires sans queue ni tête ! Une meilleure traduction à proposer ?
Allez, je vous raconte cette petite partie sympathique, même si moins excitante et contrôlable que lors de notre partie de découverte avec Grissom 87…

DONKEY BRIDGE

Donkey Bridge ça devrait bien le faire entre nous 5 ! Et Leila est ravie d’avance de jouer à ce jeu avec sa grande sœur ! 😉
Je ne rappelle pas les règles, juste qu’on a 6 cartes en main et qu’à son tour on en ajoute une à l’histoire entamée. Lorsque chacun aura joué deux cartes, donc 10 en tout, on aura complété la première histoire. Il y en aura 5 en tout. Ensuite, place à la phase des souvenirs de chacune de ces histoires rocambolesques…
L’histoire n°1 a été entamée par Leila, avec le sapin de Noël un jour de Noël, sur quoi j’ai enchaîné avec une pastèque trouvée par les enfants au pied du sapin, avec un fouet ajoute Julie, avant que Maitena ne suggère qu’un vilain soit passé par là. Joris nous indique alors que les enfants se sont enfuis à bicyclettes et que, chemin faisant, ils sont tombés sur un mariage (dixit Leila), une tornade envoyant tout valdinguer, jouets et arbres de Noël en particulier, ce qui fait qu’ils poursuivent leur route en tricycles finalement, avant de rentrer via une porte qui grince et de se retrouver dans la cabine du capitaine d’un bateau !!!
Oui, nous savons, oui, ça n’a ni queue ni tête ! Pas facile aujourd’hui de créer une histoire cohérente et mémorisable…
La deuxième histoire que j’entame par : « Il y avait un très très gros camion »…
La troisième histoire débutée par Julie se déroule sur une île…
La quatrième, initiée par Maitena, débute un matin d’hiver…
Et la cinquième, œuvre de Joris pour l’entame, début par un Start des plus bienvenu… 😉
Voici donc nos 5 histoires empilées tas par tas. Place à l’évocation de nos souvenirs, en commençant par la première histoire… On sent, très très clairement, que ça ne va pas être une mince affaire aujourd’hui !!!
Bonne ambiance, bon moment, mais quelle prise de tête pour aller farfouiller dans nos limbes cervicales pour dénicher tel ou tel souvenir pas très évocateur…
Bon, on s’en sortira quand même, mais ce fut particulièrement difficile, déjà parce qu’il y avait beaucoup d’histoires (5) et que 10 cartes en constituaient chacune…

Durée de cette partie : 45 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de cette partie :

Total
Julie 11
Maitena 11
Joris 11
Leila 9
Ludo le gars 8

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le jeu qui s’explique et qui se joue en deux temps trois mouvements,
– Les deux phases du jeu, totalement différentes, sans savoir celle qu’on préfère d’ailleurs,
– Le fun immédiat, un jeu typique pour être joué au jour de l’An par exemple ou en apéro de ce qu’on veut,
– Le look des illustrations, fourmillant de détails exploitables pour nos histoires…

On a moins aimé
– La configuration à 5 joueurs génère un temps de jeu plus long (5 histoires de 10 cartes chacune) et plus d’appel sévère à la mémoire pour relater les histoires à la fin !
– Le manque de cohérence dans nos histoires aujourd’hui, interdisant des souvenirs logiques d’enchaînements logiques,
– Les joueurs qui tergiversent devraient jouer plus vite…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


6 × = trente six