[13/04/2003] Capitol

Participants
– Gaël, en visite à Fontaines après plusieurs mois d’abstinence ludique,
– Sophie, que l’on n’arrête plus de jouer,
– Julie, qui ne se souvient que très peu de ce magnifique jeu,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Vu que Capitol fait partie de mes jeux favoris et qu’il ne bénéficiait pas encore de photos sur le site, nous nous devions, tôt ou tard, de remédier à cette lacune. Juste un petit souci : la partie s’étant déroulée voici plusieurs jours, mes commentaires se résumeront au minimum.

Le début de partie se résume
à une systématique attaque de mes positions, quel que soit
le quartier où je décide de m’implanter.


Ma petite construction verte fait bien des émules. Pourquoi
pas la jaune ?

Lors des décomptes intermédiaires,
les scores reflètent la physionomie de la partie : un acharnement
systématique sur votre serviteur qui génère des ouvertures
pour l’ensemble des autres joueurs : une bonne muselière et le
pôvre gars, il est mal de chez mal…


Le plateau prend forme, avec des constructions diverses et colorées
(Sophie en jaune, Julie en rouge, Gaël en bleu et moi en vert)…

Ce ne sera pas facile, cependant, car lors
des enchères, je ne dispose pas d’énormément de cartes.
Je décide alors de réserver beaucoup de cartes pour l’ultime
enchère, en espérant que Gaël en aura moins que moi,
malgré une main bien fournie.


Une vue générale du jeu alors qu’il ne reste plus que
3 enchères : 2 fontaines difficilement plaçables et 1 temple
nettement plus convoité…


Une vue rapprochée du plateau présentant certains des
plus grands bâtiments de la ville : malgré sa grande altitude,
vert n’est jamais premier nul part…

Sceptiques sur le nombre de cartes que Sophie
a pu extraire pour le dernier bâtiment, nous restons sur notre faim,
surtout qu’elle vient de remporter une fontaine en ayant déjà
misé 3 ou 4 cartes ! Incroyable… mais bien réel. OK.


Cette vue rapprochée du plateau permet de voir le terrain vert
de Ludo le gars avec ses 3 fontaines et son grand espace carré
sans un magnifique temple…


Julie consulte la règle tandis que Gaël réfléchit
à la carte qu’il va jouer…


Et ça continue encore et encore, c’est que le début,
d’accord, d’accord…

Les tours se suivent et se ressemblent,
aussi je tente de la jouer perso sur le haut du plateau en m’assurant
au moins des points réguliers : placement de fontaines dans un
quartier où je suis seul et où j’essaie de le rester le
plus longtemps possible. Cela fonctionne bien et je resterai seul jusqu’au
bout avec 3 fontaines, d’où 5 points récurrents. Si je
parviens à y placer un temple, je pourrais même doubler
les points, ce qui ferait 10…


Julie se sert en cartes en fin de période…


Sophie paraît bien rêveuse devant la ville en construction…

La partie va parvenir à son terme
et lors des dernières enchères, la première fontaine
est remportée par Sophie qui la place sur un terrain me favorisant
un peu, la seconde fontaine est gagnée par Gaël qui la paie
6 (cool, cela lui fait des cartes en moins) et, coup de théâtre,
ce n’est ni Gaël, ni moi, qui remportons le dernier monument (le
temple), c’est Sophie qui nous sort une palette de cartes phénoménale
: 28 points au bas mot !

Cliquez pour agrandir !
La configuration finale du jeu

Décompte final
Julie remporte cette partie avec un total de 39 points,
devant Sophie avec 36 points, Gaël avec 32 points et l’hébété
Ludo le gars avec la misère de 27 points. Le détail des constructions
est le suivant :

Bâtiment de 1 bloc
Bâtiment de 2 blocs
Bâtiment de 3 blocs
Bâtiment de 4 blocs
Bâtiment de 5 blocs
Nombre total de bâtiments
Sophie
2
2
2
1
0
7
Julie
2
3
3
0
2
10
Gaël
2
4
1
1
0
8
Ludo le gars
3
3
0
1
1
8
Total par taille
9
12
6
3
3
33


Débriefing
Capitol est vraiment un excellent jeu, superbement équilibré et
très fin. Je le trouve génial, même si, ce soir, j’éprouve
un très amer sentiment de frustration, ayant été victime
d’une affreuse cabale de la part de mes adversaires : il joue là ? On
y va !

Au niveau des enseignements de la partie, je note le très fort intérêt
d’implanter des fontaines pour soi seul, car, ce faisant, on ne permet à
personne de bénéficier de points pour la seconde place. De même,
il convient de laisser les autres acheter les monuments qu’ils devront placer,
inexorablement, dans des quartiers intéressants pour soi-même.
Economie et profit. Nickel.
Dans la même logique, et j’en ai été victime, il ne faut
acheter un monument que si l’on est en mesure d’en conserver la majorité
: ayant acheté un amphithéâtre en début de partie,
soit je le plaçais dans une zone où j’étais pour l’instant
majoritaire mais où je ne pouvais pas contrer le retour victorieux de
Gaël et Julie, soit je le plaçais dans une zone où Julie
était majoritaire et moi second, mais avec de meilleures perspectives
de répondant. J’opte pour la curieuse seconde solution, fort peu lucrative
pour moi. En plus, je n’ai même pas pu revenir vraiment contester la supériorité
dans la zone et j’ai abandonné le monument que j’ai acheté avec
mes propres deniers ! Très dur.

Quelques autres enseignements en vrac :
– La pénurie de toits est l’une des caractéristiques à
prendre en considération : si vous n’avez plus que des toits arrondis,
vous êtes limités en terme de potentiel,
– La gestion des cartes de toits est également très importante
car il esr facile de se retrouver sans possibilité de clore ses bâtiments,
– Le nombre de blocs n’est pas illimité et si l’on veut aller haut, il
faut y penser dès l’entame, car une pénurie lors des derniers
tours peut se produrie (c’est arrivé ce soir aux dépens de Sophie
qui n’a pas réussi à aller suffisamment haut avant de placer un
toit).

Le jeu est excellent et je le recommande aux amateurs de jeux d’urbanisme et
d’opportunisme. Le meilleur Alan Moon, sans conteste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit + 6 =