[13/04/2007] Caraïbes, Portobello Market, Pente X2

En cette mi-avril, je suis plutôt jeux moyens. Pas trop envie de me lancer dans de grandes joutes à la Age of Steam ou à la Imperial, pourtant deux excellents jeux à mes yeux. Du coup, ce soir encore, ce seront que des jeux intermédiaires qui seront au menu :
Caraïbes : la version française de Karibik, créé par les très sympathiques Michail Antonow et Jens-Peter Schliemann, et sorti chez Winning Moves France
Portobello Market : un jeu vraiment rapide et vraiment malin, bien dans ce que j’aime 🙂
Pente : deux manches seront nécessaires pour que Romain et moi prenions le pouls de ce jeu presque classique, pratiqué souvent sur un simple go-ban.
Une dernière chose : malgré mon relatif état de fatigue ce soir, je suis dans une forme ludique exceptionnelle, comme en témoigneront les résultats de ces 4 parties…

CARAÏBES :

Au début, à la vue du matos, on a peine à croire qu’on ne jouera que 30 minutes à ce jeu. Au final,
on est dans les clous, comme quoi, le tour de force est réussi ! Ici, on peut voir la mise en place du jeu : les 6 bateaux neutres sont répartis sur le plateau, 6 trésors sont
placés sur les ports adéquats (nom inscrit) et chacun de nous a programmé ses investissements en rhum sur son chevalet afin de mise,r au premier tour, sur tel ou tel bateau…
Le premier tour est terminé et nous avons plus ou moins déplacé tous des bateaux. Plutôt moins en
ce qui concerne Sylvain, lequel n’a pas réussi à en bouger un seul ! La faute en est qu’il a misé ses gros barils de rhum sur les mêmes que Jean-Michel ou moi-même, et qu’en cas
d’égalité la seule manière de s’en sortir est de jouer sa tuile restante (1 seule utilisation) pour départage. M’enfin, il couine déjà, alors que de mon côté, je suis
séduit…
Tout l’art et la manière de ce jeu consiste à miser sur les bateau les moins en vue, afin de tenter
des déplacements pas trop attendus et sans risquer de ne rien déplacer. Il faut dire que le jeu s’y prête bien avec le pillage d’un bateau adjacent et la possibilité de transborder
avant même son repaire.
Mes investissements en rhum sont axés sur Evita (5) et Fuego (4), afin d’être quasi-sûr d’en
déplacer au moins un des deux. Je compte sur la position éloigné dans la liste (mes adversaires devraient avoir joué leur tuile restante, et au pire la mienne vaut 2). Ma tuile -1,
jouée sur Bravo, diminuera de 1 case le déplacement de ce bateau…
La partie tourne clairement à mon avantage et Jean-Michel est très surpris d’une telle avance,
alors que, dans le même temps, Sylvain nous gratifie de couinements majeurs comme on en voit rarement !
La partie s’approche de son terme puisque il ne me manque plus que 5 000 doublons pour atteindre
les 41 000 fatidiques. J’ai plein de manières de faire et je vais tenter de miser sur des bateau peu courus pour assurer le coup…
Le bateau Diabolo me semble parfait pour recevoir mes barils de rhum d’investissements : il porte
déjà un trésor de valeur 5 et je n’ai donc plus qu’à le ramener à un de mes repaires. Mais bon, pour assurer le coup, je vais miser aussi sur un autre bateau pas trop éloigné afin
de pouvoir réagir à un déplacement réalisé par quelqu’un d’autre…
Oui, oui,oui, je fais plutôt bien de ne pas tout miser aveuglément sur ce bateau, la preuve,
puisque c’est Jean-Michel qui le déplacera et que je ne devrai mon salut qu’à un autre gain de déplacement. On remarquera que ma tuile cachée est encore de valeur 2, car
je suis convaincu qu’un bon investissement de ce côté-là assure un mouvement…
La partie est terminée et je la remporte avec une telle avance monstueuse que j’en ai écoeuré mes
camarades de jeu. Désolé…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le fun généré par ce jeu, notamment en raison des tensions créées par les luttes pour déplacer les bateaux
– Les nombreuses possibilités tactiques pour déplacer les bateaux et pour éviter de miser sur les mêmes que les copains
– Le très bon rendu du thème et la possibilité de faire de vrais sales coups aux adversaires !

On a moins aimé
– Les peut-être trop riches possibilités lors des déplacements, ce qui permet à peu près tout lorsque l’on bouge un bateau.

Scores de la partie :

 

 

Jean-Michel (jaune) : 17 000
Lucarty (rouge) : 15 000
Ludo le gars (vert) : 44 000

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20

———————————————————————————————————————————————–

PORTOBELLO MARKET :

Voici l’un de mes chouchous : Portobello Market. Ici, après le premier tour de Jean-Michel,
Sylvain se rend immédiatement compte que la partie va être difficile : le Bobby est bien entouré de jaune et pour l’en sortir, il faudra placer du rouge, mais pour moi ? comment
faire juste après ? payer un droit à mes amis ? n’y comptez pas !
Du coup, je joue un jeton 2, ne plaçant qu’une boutique verte et piochant un client dans le sac
(citoyen rose). Retour au premier joueur, lequel ajoute encore quelques boutiques jaunes, puis c’est au tour de Sylvain, lequel hésite sur ses choix à faire…
A peine plus tard, j’ai joué mon jeton 2 pour marquer des points dans un quartier (doublés),puis
Jean-Michel a fait de même, au nez et à la barbe de Sylvain, lequel sait alors que les deux jetons 3 remplaçant les jetons 2 sont pris et qu’il ne bonifiera pas le sien…
La partie, bien que très largement à son avantage, n’est pas jouée pour autant : en effet, il est
confronté à un vrai choix tactique. Doit-il clore le jeu au plus vite ou tenter de marquer un maximum de points encore ce tour-ci ?
Sylvain a fait le choix de marquer des points et je vais donc pouvoir, si cela me chante, clore
la partie (je suis le 3ème joueur, au score aussi 🙂 Du coup, je cogite un peu et décide de jouer mes 3 boutiques ce même tour, tout en ajoutant le dernier client du sac (et donc
le lord sur la place restante)…
La partie est achevée et grâce aux décomptes finaux du lord je vais améliorer encore mon score et
doubler Sylvain sur le fil (1 point !!!). Sylvain couine comme un beau diable et moi bien sûr je ne fanfaronne pas le moins du monde ;-)))…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le matériel du jeu est vraiment splendide et agréable à manipuler
– Les très nombreuses possibilités tactiques du jeu, au demeurant très abordable
– Les bons coups vicieux tentables soit seule soit en semi-coopératif (des alliances de circonstances…)

On a moins aimé
– ?
.

Scores de la partie :

 

Jean-Michel (jaune) : 94
Lucarty (rouge) : 100
Ludo le gars (vert) : 101

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

———————————————————————————————————————————————–

PENTE X 2 :

Jouable sur un go-ban classique, et très largement inspiré du célèbre Gomoku, Pente est un jeu
d’alignement très agréable où il faut être le premier à aligner 5 pierres à sa couleur ou a réaliser 5 prises de paires de pierres adverses. Ici, Romain s’apprête à jouer sa
seconde pierre (je suis le premier joueur)…
Une vue après quelques tours : si je le souhaite, je peux capturer les 2 pierres bleues du haut en
ajoutant une pierre jaune à leur gauche. Mais, bien entendu, je dois avant tout me méfier des constructions adverses qui flirtent avec les 3 pierres, lesquelles sont les plus
proches des 5 victorieuses…
Ma victoire est imminente même si ce n’est pas cet alignement de 4 pierres jaunes qui me la donne
direct : il peut casser ma ligne en prenant la paire du bas…
Cette fois, c’est bon : Romain ne peut pas contrer les 4 pierres jaunes alignés sur la gauche…
Deuxième manche, entamée cette fois par Romain. A noter la précision de règle pour éviter d’avantager
trop le premier joueur : sa deuxième pierre doit être au moins à 3 intersections de sa pierre centrale…
Le jeu est tendu et les risques là et bien là (ici j’ai 2 paires très exposées à la capture). Mais, un
peu comme aux échecs, il faut savoir rester serein et voir plus loin que la capture à court terme, avec un système de menaces en cascade…
N’empêche que là, je ne fais pas trop le fier…
Mais Romain ne parvient pas à me « tuer » aussi vite qu’il l’aurait dû…
Le jeu tourne et je jubile un peu car j’ai pris le « sente », notamment au niveau des paires capturées :
j’en ai autant que Romain (4) mais je suis le mieux placé pour prendre la cinquième…
La partie est terminée car je viens de réussir un alignement de 4 pierres jaunes non contrables. Du
coup, Romain couine un peu mais reconnaît que ce jeu est fort agréable à pratiquer et qu’il a un bon goût de reviens-y…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le côté sérieux du jeu mais très simple au niveau de ses règles et de la reflexion requise
– La durée des parties très propice à une revanche
– Le malin système de 2 conditions de victoire

On a moins aimé
– Le placement imposé de la première pierre au centre + la seconde à une distance pré-établie : pas très élégante, cette règle devrait être omise et remplacée par celle-ci :
si les 2 premières pierres jouée par votre adversaire vous semblent trop bien placées, vous les prenez et inversez les couleurs

Scores de la partie :

 

 

Romain (bleu) : 2 défaites
Ludo le gars (jaune) : 2 victoires aux
alignements

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Une réponse à “[13/04/2007] Caraïbes, Portobello Market, Pente X2”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six − 3 =