[13/11/2003] Can’t Stop

Participants
– Jérôme, ludophile motivé ce soir et qui accepte encore une petite partie avant de mettre les voiles,
– Vincent, bien en forme également et prêt pour une séance d’escalade à la Can’t Stop,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Franjos m’avait remis une boîte de leur réédition de Can’t Stop, aussi je souhaitais l’utiliser assez rapidement afin de voir si le jeu était conforme à la première mouture et si cette version était aussi agréable à jouer, voire encore plus.
Mes deux partenaires de ce soir connaissant les règles originales, on attaque direct, avec Jérôme muni des pions verts, Vincent des pions jaunes et Ludo le gars des pions rouges.


Cette partie de Can’t Stop restera vraiment dans les annales des soirées
rochetaillardes : tous les 3 un peu allumés, nos manières
de jouer le disputent à un hasard particulièrement facétieux,
en un cocktail décoiffant…


Vincent APRES son jet de dés désastreux qui le contraint
à retirer les 3 totems et à ne rentrer aucun jeton jaune
: il faut dire qu’il s’est juré de faire grimper au moins un totem
de la base jusqu’en haut dans un même tour de jeu…


S’il ne jouait pas à Can’t stop, on pourrait croire que Vincent
fait de la magie : hop y’avait 3 totems assez haut placés, hop
hop y’en a plus aucun et même pas de jeton jaune ! Trop fort le
gars…


Les choses ont bien changé (quoique…) : Vincent a placé
un jeton jaune en haut de la colonne 6 et il continue à jouer des
brouettes de dés à chaque tour…


Vincent AVANT qu’il décide continuer son incroyable ascension
: environ 18 valeurs réussies aux dés et des totems presqu’en
haut dans deux colonnes sur trois…


De mon côté, je m’amuse à
dire, alors que j’ai encore un totem dehors : « Des fois il faut
se méfier car même avec un totem dehors on peut échouer.
Comme si là je fais quatre 6… ». Je jette les dés
et… ouf, trois 6 ! mais ce fut juste…


Toujours pas de jeton jaune mais un totem presqu’en
haut qui est tout prêt d’aider Vincent à réussir
son pari fou…


Contre toute attente, et pour bien ancrer son
jeu dans la mémoire collective, Vincent remporte cette partie
alors que Jérôme n’avons qu’un seul jeton en haut ! Hallucinant
au vu du déroulement de la partie…

Décompte final
Vincent remporte cette partie en ayant réussi à
atteindre le sommet des colonnes 6, 7 et 8, alors que Jérôme n’a
atteint que le sommet de la colonne 9 et votre serviteur celui de la colonne
12
.

Débriefing
Can’t Stop possède un charme inégalé : celui de faire gagner,
parfois, les plus fantasques des joueurs, ceux qui prennent des risques de pure
folie, en toute incohérence. cela me fait penser à la citation
de Pagnol : « Tout le monde savait que c’était impossible. Un imbécile
est venu qui ne le savait pas, et il l’a fait ».
Sans vouloir insinuer que Vincent est un imbécile, loin de moi cette
idée, il n’en demeure pas moins que sa technique de jeu jusqu’au boutiste
nous a scié les jambes et fait exploser de rire plusieurs fois. Le fait
qu’il aie gagné cette partie nous a mis dans un état second…
comment dire… bon, on le dira pas 😉

En en discutant une fois la partie terminée, Vincent nous fait part
de la méthode qu’il a l’habitude de pratiquer sur ce jeu, et que ses
acolytes réguliers utilisent également : jouer au centre du plateau
(valeurs 5 à 9). Je suis assez sceptique sur la qualité de cette
méthode, surtout que, même s’il est courant de faire de 7, il me
semble que l’on a intérêt à couvrir un large panel de possibilités
: du genre, un 4, un 7 et un 10, histoire de s’en sortir avec des gros comme
des petits chiffres.
A revérifier.

Can’t Stop nous aura procuré un très bon moment ludique. Super.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ deux = 8