[14/03/2022] Peak

Certains jeux sortis se méritent totalement, surtout qu’ils sont si rares dans le monde du jeu de société actuel :les purs jeux abstraits ! Merci à Clemens Gerhards d’être toujours pour diffuser de si belle pépites…
Au programme, ce soir, l’une de leurs belles nouveautés, à savoir Peak, un jeu ultra-compact et hyper pointu, dans lequel on doit être le plus présent en haut de piles de blocs…
Je vous raconte tout ça avec grand plaisir…

PEAK

L’une des nouveautés Gerhards, ça se mérite… Ce soir, nous sommes ravis de nous lancer dans ce Peak, un jeu à la croisée de jeux comme Mana, Hokito ou encore Dvonn !
Au départ, le plateau est installé comme ci-dessus, c’est-à-dire avec deux bloc blancs (moi-même) alternés avec deux pions bleus (Leila).
Le but du jeu sera de contrôler les plus hautes piles en fin de partie. Comment ? A voir ci-après…
A son tour, on déplace exactement un de ses blocs présents au sol dans une direction (horizontale, verticale ou diagonale) jusqu’à franchir précisément deux blocs en tout (à soi ou à l’adversaire, au sol ou empilés). Relisez… 🙂
Et je précise que les cases vides ne comptent pas : donc on n’est pas obligé de s’arrêter pile derrière…
Ci-dessus, voici la situation après un coup chacun.
Un peu après.
On note, assez vite, que franchir deux blocs permet d’aller se placer pile au-dessus d’une jolie pile parfois, mais qu’au contraire, une grande pile bloque carrément les passages ! Sans parler d’avoir « l’impression » de pouvoir aller se placer sur une pile de deux blocs directement… mais non !!!
Vraiment, le jeu est bien fichu… Oui, carrément !
Petit à petit, de moins en moins de blocs peuvent se déplacer puisque les piles ne peuvent être déplacées ou démontées.
Ça peut prendre la tête… 🙂
Autant, au départ, on se la jouait à la cool, autant, plus tard, on comprend tellement de choses qu’on ne peut pas la jouer en dilettante !
On se rapproche, doucement, de la fin de partie, laquelle survient quand un joueur ne peut plus jouer et que son adversaire n’a alors plus qu’un coup si l’autre ne peut pas rejouer.
Ça devient tech-e-nique… 😉
Terminée totalement cette belle partie qui donne bien envie d’y revenir !
Et juste pour info, l’encart mis dans la boîte par l’éditeur…

Durée de cette partie : 35 minutes – Note de cette partie : 18 / 20

Scores de cette partie :

Total
Leila (bleu) 11
Ludo le gars (blanc) 24

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
-La fausse impression que le jeu est simple – basique, alors qu’il est ultra profond et à mieux prévoir la prochaine fois !
– L’impression d’avoir joué au meilleur jeu dans ce style… même si je n’y croyais pas forcément au départ, tant les ressemblances étaient marquantes avec d’autres jeux proches (Dvonn, Mana),
– La liberté des pions seuls qui peuvent naviguer comme bon leur semble tant qu’ils ne sont pas empilés ou qu’ils s’empilent eux-même ! Une sorte de surprise en fait

– La bonne grosse envie d’y revenir, hein, forcément.

On a moins aimé
– La trop grande similitude avec des jeux du même genre, ce qui freine un peu au départ, nous rendant sceptique… à tort !!!

————————————————————————————————————

Une réponse à “[14/03/2022] Peak”

  1. Grand amateur de jeux abstraits d’empilement, j’ai bien aimé ce Peak. Système simple, original et astucieux. En plus nous sommes chez Clemens Gerhards donc le matériel est sublime, ce qui ne gâche rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 × sept =