[14/10/2020] Coloma

Super Meeple nous propose encore une nouveauté, ces derniers jours, avec une belle grosse boîte remplie à ras bord de matériel, d’une qualité assez incroyable d’ailleurs !
Ce jeu s’appelle Coloma et il va nous faire incarner des chercheurs d’or aux Etats-Unis. On a affaire à un nouveau jeu de Jonny Pac Cantin, celui qui a déjà proposé un jeu sur le thème du Far West fin 2019, A Fistfull of Meeples, sorti en français sous le nom Pour une Poignée de Meeples chez Super Meeple. Il a aussi commis Sierra West, l’année passée, sorti cette fois chez Pixie Games.
Disons-le tout net : ce Coloma emprunte beaucoup aux deux autres dans ses thèmes et dans certaines de ses mécaniques : on y retrouve une sorte de patte d’auteur tiens !!!

Avant de vous laisser dévorer ce compte-rendu, je vous précise que le jeu est gratifié d’un très bon point : les cow-boys ne s’appellent pas ainsi mais des GARS !
Oui, vous avez bien lu ! 😉

COLOMA

Et une nouveau jeu de… Super Meeple, l’éditeur qui dégaine plus vite que son ombre !
Avec Coloma, qui était sorti à Essen 2019 chez Final Frontier Games, on a affaire à un jeu sur le thème de la ruée vers l’or avec des mécaniques plutôt sympas et un thème plutôt bien appuyé…
Le plateau, bien grand, comporte plusieurs zones distinctes. Au centre, le plus important, la zone d’actions, avec un cercle divisé en 5 secteurs. On y reviendra, et pas qu’une fois !
Tout autour, différents lieux :
– En haut à droite, l’or extractible des rivières,
– En-dessous, les rivières et ponts qu’on pourra construire (un effet unique par pont, avec moult autres rangés dans la boîte),
– En bas à gauche, le décompte d’années (3 manches en tout pour la partie, donc 15 tours de jeu comme on sait qu’il y a 5 tours par année),
– Au-dessus, les régions visitables, à la manière d’Orléans, avec une calèche prête par joueur,
– Au centre, en haut, la zone de fusillade qui interviendra en fin d’année, avec un zeste de coopération entre les joueurs (ce qui me rappelle pas mal le jeu Troyes avec ses événements à combattre collectivement).
Très chouette et fonctionnel plateau !!!
Chaque joueur dispose d’un petit plateau individuel, représentant son village. A gauche, le même deck de cartes, mélangées. Dans le « Lodge », on stocke nos gars et nos tentes (sorte de zone dans laquelle on peut prendre et se servir de ces deux monnaies, sachant qu’on a chacun un stock plus grand dans une réserve générale non utilisable directement). Sur la droite, on a déjà un bâtiment, avec un effet « pelle » et un effet « brouette », à côté duquel on va pouvoir construire d’autres bâtiments avec des effets cumulatifs. Enfin, au-dessus de son plateau, on dispose de 4 départ de rivière, où on pourra placer 1 tuile de rivière + 1 pont pour chacun.
En début de partie, chacun pioche 6 cartes et en conserve 4, les 2 défaussées étant remises soit sous soit sur sa pioche (quelle belle idée d’ailleurs) !
Voici mes 4 cartes de bâtiments, conservées en début de partie. Vous pouvez voir que 3 d’entre elles comportent des effets « pelle » et « brouette », la quatrième s’appliquant lors de la construction de bâtiments (secteur 3 de la roue) et lorsque l’action secondaire s’y trouve bloquée (croix de la barricade)…
Allez, allons-y pour l’exposé du tour de jeu :
– En début de tour, on place le bonimenteur (secteur tournant sur la roue) sur le secteur actuel et la barricade sur celui d’avant,
– Chacun choisit secrètement l’action qu’il souhaite réaliser, avec son disque personnel, puis révèle son choix (ci-dessus, Leila et moi avons choisi le même secteur, n°3 !),
– Si un secteur est plus choisi que les autres, on y déplace la barricade.
La suite plus loin…
A deux joueurs, un personnage neutre, baptisé Buster, est utilisé avec bonheur et simplicité : deux cartes sont d’abord retournées (la n°3 et la n°4 ci-dessus) indiquant les secteurs qu’il ne choisira pas ce tour, puis une troisième l’est, après nos choix de joueurs réels (ici la carte n°2), indiquant qu’il choisit ce secteur.
Nous plaçons nos pionniers sur les secteurs choisis, Leila et moi sur le n°3, Buster sur le n°2, puis nous allons déplacer la barricade sur le secteur n°3, ce qui va bloquer l’action secondaire qui s’y trouvaient, nous en privant tous les deux, Leila et moi…
Et voilà… Du coup, nous ne pourrons réaliser qu’une action, à savoir la construction d’une carte de bâtiment, en utilisant le coût de construction du marteau : paiement de 2 gars + 2 $ (l’autre action nous aurait coûté 2 gars + 1 pépite d’or).
Leila a construit un bâtiment qui lui rapportera de l’argent lorsqu’elle réalisera une action « pelle » et une action « brouette », tandis que je ferai de même pour récupérer des gars depuis ma réserve générale. Très simple finalement.
Le jeu est vraiment somptueux et il se marie très bien avec notre paradis jeux…
Un peu après, j’avoue être bien dégoûté que Buster ait choisi le même secteur que moi, me privant de la seconde action du secteur n°5 ! Il faut savoir que l’on prend un risque quand on choisit un numéro qui n’est pas indiqué sur les deux cartes retournées…
Leila se lève pour bien observer la zone de déplacement des calèches, sachant que, là encore, c’est une source non négligeable de gains en tout genre ! Ça fourmille de bonnes idées ce jeu, avec X mille façons de récupérer ci ou ça un peu partout…
Je place une tente sur le secteur n°2, laquelle me permettra d’empocher un bonus doublé (donc deux pépites au lieu d’une seule) à chaque fois où le tour de jeu se déroule sur ce secteur (donc au maximum trois fois dans la partie)…
J’ai construit une rivière, qui me rapportera 6 V en fin de partie, et qui me rapporte, tout de suite, un baril à choisir parmi l’étalage de 4 en haut du plateau ou un face caché (sachant que c’est ainsi qu’on ajoute des hors la loi pour la fusillade de fin d’année).
Tout est imbriqué dans tous les sens, je vous dis !!!
Petite vue de la zone de fusillade, avec 5 hors la loi prêts à en découdre avec les 3 gars de Buster et les 3 miens, placés en deux fois sur la zone de 1 et la zone de 2 unités. Nous sommes majoritaires (de très peu…) et, donc, nous remportons la fusillade, avec une récompense à la clé pour moi qui suis premier (en cas d’égalité, c’est le gars le plus près des hors la loi qui est premier).
A chaque année correspondent des récompenses variées, en fonction aussi de qui a gagné la fusillade. J’empoche donc 3 pépites et 6 PV, tandis que Leila va carrément perdre définitivement un gars de sa réserve générale puisqu’elle n’a placé aucune unité pour le bien commun !
Puis nous nettoyons le plateau en prévision de la seconde année sur les trois que comptera la partie…
Comme vous pouvez le voir, la deuxième année sera encore plus délicate au niveau des hors la loi puisque 4 au lieu de 2 débutent dans la zone de fusillade. Heureusement que nous pourrons toujours compter sur les 3 de Buster…
Est-ce que Leila joue au même jeu que moi ? En tout cas, elle adore manipuler le matériel et créer des caravanes de chevaux et de gars… Mais elle me déconcentre la ch’tiote ! Attention mademoiselle…
Fin de deuxième année…
Cette fois nous perdons la fusillade car nous sommes à égalité avec les hors la loi…
Buster est premier, je parviens à me hisser en deuxième place et empocher 1 carte +1 PV, tandis que la pauvre Leila doit subir une nouvelle perte définitive d’un gars…
Vue générale avant la troisième et dernière année…
Les stratégies sont multiples dans ce jeu riche et très renouvelé : Leila est partie sur plein de bâtiments, tandis que je me suis plutôt focalisé sur les rivières et ponts, ainsi que les barils. A noter que nous avons malheureusement commis une grossière erreur de règles dans le coût à payer pour chaque pont : j’ai payé le même coût que pour une rivière, donc trop facile… Mais c’était trop tard !
On passe un bien bon moment ma foi…
Et voici la vue générale finale, à l’issue de cette troisième et dernière année, avec une fusillade mémorable, puisque je suis venu placer 4 gars d’un coup sur la ligne de 4, empêchant quasiment Leila de me doubler dessus. Heureusement pour elle, elle prend quand même la deuxième place à Buster !
La ville de Leila, en fin de partie, avant le décompte final à venir…
Et la mienne, avec 4 rivières et 4 ponts, mais ces placements ne sont pas corrects puisque, comme évoqué plus haut, je me suis trompé dans le coût de construction des ponts ! M’enfin, on a quand même eu une belle impression du jeu, malgré cela…
Hâte d’y revenir avec Grissom87 ma foi !!!

Durée de la partie : 2 heures – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de la partie :

Piste Bâtiments Rivières Ponts Tentes Cimetière Total
Leila (orange) 35 36 12 13 3 -2 97
Ludo le gars (vert) 34 12 24 12+16+15+15 3 0 131

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le matériel pléthorique et splendide, dont le bonimenteur et la barricade qui sont incroyablement aimantés sans que cela ne se voit !
– Le thème du jeu, bien servi par ses mécaniques, avec divers moments qui nous le rappellent (la fusillade par exemple),
– La simplicité générale du jeu, mais pas simpliste pour autant !
– Les stratégies très variées qu’on peut mettre en œuvre,
– Le renouvellement des parties, assuré par plein d’éléments qui changent d’une partie à l’autre,
– La version à deux joueurs, bien contrôlable avec ce Buster qui nous indique deux secteurs où il ne va pas),
– Une sorte de grosse envie d’y revenir…

On a moins aimé
– Le thermoformage que je ne comprends pas du tout…
– Les micro-gestions à faire, parfois, comme le transit des pépites d’or dans un chariot, alourdissant un peu le jeu pour pas grand chose (amha),
– Le peu de tours où la barricade est effectivement déplacée suite à une majorité de pionniers au même endroit (à deux joueurs en tout cas)…

————————————————————————————————————

3 commentaires à propos de “[14/10/2020] Coloma”

  1. Joué aussi à 2 avec la même variante. C’est chouette, mais pour y avoir joué à 4, c’est bien mieux avec plusieurs vrais joueurs. Et la barricade se déplace souvent dans ce cas 😉
    Comment as-tu fait pour avoir 30 points en tentes ? Car c’est maximum 25 points (avec 5 tentes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept − = 5