[14/12/2019] Venezia 2099, Atlantis, Undo – Prisonnier du passé, Paris New Eden

Comme à chaque trimestre, notre association Les Ludophiles organise une grande journée + soirée jeux sur un thème. On appelle ça nos Thématiques ludiques depuis 2003 ! Oui, ça va faire bientôt 17 ans qu’on s’y colle…

Aujourd’hui, donc, dans ce cadre, nous allons jouer uniquement à des jeux où ça va mal : « C’est la crise ! ».
Ainsi, en ce qui me concerne, je pratiquerai les jeux suivants :
Venezia 2099 : un jeu de chez Piatnick parfaitement dans le thème, puisque Venise disparaît petit à petit sous les eaux…
Atlantis : là encore, le thème est pile poil en harmonie avec celui de la journée, l’Atlantide qui s’enfonce dans l’océan, tout un programme…
Undo – Prisonnier du passé : un jeu où on doit essayer de modifier le cours du temps, pour éviter une catastrophe, oui, là encore ça va mal !
Paris New Eden : après la destruction de Paris, il va falloir tout reconstruire, avec des survivants qui doivent trouver refuge et de quoi se nourrir. Ca ne va pas très bien non plus…

Bonne lecture de ces comptes-rendus…

VENEZIA 2099

Venezia 2099, sorti en 2016, n’a pas souvent été joué par chez nous. Le revoilà, parce qu’en fait il est plutôt pas mal.. 😉
Chacun a sa main de cartes qui lui serviront toute la partie, pour faire couler, dans l’ordre croissant, des morceaux de Venise. Attention à ne pas avoir un de vos trois meeples sur un morceau qui coule, car il faudra utiliser une de vos deux pirogues pour vous en sortir sinon…
Voici la vue en fin de premier tour, après que nous ayons tous acheté un objet d’art (1 sou pour le premier acheté sur une case, 2 ensuite, puis 4, …), nous être éventuellement déplacés et joué une carte.
Le jeu plaît bien à la tablée, c’est une chance parce que j’ai pris quelques risques en le proposant…
La zone à ma droite a tendance à se faire envahir beaucoup par les flots et les meeples blancs de Romain et jaunes de Franck se retrouvent un peu à l’étroit…
Alors qu’il est friand de jeux pas trop chaotiques, Franck apprécie ce jeu où on ne maîtrise pas tout du tout… Leila aussi aime bien !
Et bam ! Romain fait couler le morceau bleu n°8 et mon meeple va se retrouver dans l’eau ! Je vais utiliser une pirogue pour le ramener sur la terre ferme…
Voilà où je décide de le replacer, ce qui, finalement, n’est pas vraiment un désavantage.
La partie s’achèvera lorsque nous aurons joué toutes nos cartes, sachant que les morceaux n°2 et ceux correspondant aux 6 cartes écartées en début de partie ne seront jamais coulés. Il faut parvenir à les identifier, surtout vers la fin, afin d’y placer ses meeples en sécurité…
On est clairement dans le money-time.
Et voici la vue finale, sachant que nous allons ensuite décompter chaque type d’œuvres d’art, celles dont la couleur correspond aux morceaux les plus coulés rapportant plus de points : 6 PV si une seule tuile, 3 PV pour 2, 2 PV pour 3 et 1 PV pour 4 et +.

Durée de cette partie : 1 heure – Note de cette partie : 14 / 20

Scores de la partie :

Trésors Meeples Pièces Gondoles Total
Romain (blanc) 24+3+6+6+2 11 0 0 52
Franck (jaune) 6+3+6+2+6+2 16 3 0 44
Leila (orange) 18+2+12+2 6 0 2 42
Ludo le gars (bleu) 12+6+6+1+6+2 10 2 0 45

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’originalité du système de jeu,
– Le plaisir, simple, sans prétention, ressenti sur ce jeu,
– La fausse impression que l’ensemble est très chaotique, comme très souvent chez Colovini…

On a moins aimé
– Le dernier tour où ça peut se jouer à pile ou face pour le choix de la case finale d’un meeple…

————————————————————————————————————
ATLANTIS

Atlantis est un grand classique, et encore un Colovini, c’est rigolo ça !
Nous débutons la partie à 3 joueurs, Leila (avec bleus), Jacques (avec les blancs) et moi (avec les noirs), avant d’être rejoints par Tristan qui prendra les rouges…
Leila hésite sur la stratégie à mener avec ses cartes pour faire avancer un meeple…
Voici la situation en fin de premier tour, juste avant que Tristan n’intègre la partie et qu’il joue deux tours de suite pour compenser. A noter la progression délirante de mon meeple noir, en haut, lequel a avancé sur la première tuile verte, occupée par Jacques, ce qui m’a contraint à jouer une seconde carte, jaune cette fois, pour aller quasiment au bout !
Et hop, au tour suivant, je m’y rends directement en jouant une carte marron. Je vais donc piocher 1 carte de plus en fin de tour…
La partie se poursuit à 4 joueurs et elle semble vouloir aller vite, surtout que je vais avoir les moyens, rapidement, de faire rejoindre la case d’arrivée par un second meeple…
Tiens, une main de toutes les couleurs… sauf le gris !
Je décide de placer ce pont pour faire quelques économies, même si les autres pourront s’en servir aussi…
La partie est vraiment très près de se terminer…
Et ça y est c’est fait ! Avec aucun meeple bleu et rouge arrivés au but, aucun doute ne subsiste concernant le vainqueur… Probablement que les trois autres joueurs auraient dû coopérer pour placer leurs ponts pour espérer revenir un peu…

Durée de cette partie : 30 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de la partie :

Tuiles Cartes Paiements finaux Total
Tristan (rouge) 25 5 -36 -6
Leila (bleu) 22 2 -13 11
Jacques blanc) 16 6 -4 18
Ludo le gars (noir) 24 10 0 34

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La simplicité et la fluidité du mécanisme,
– Les petits coups tactiques qu’on peut faire, entre la tuile où l’on atterrit, le placement ou non de son pont, l’arrivée rapide d’un meeple, …

On a moins aimé
– Le temps d’installation du jeu,
– La partie trop éclair aujourd’hui…

————————————————————————————————————
UNDO – PRISONNIER DU PASSE

Voici ouverte la boîte de Undo à laquelle nous allons jouer aujourd’hui : Prisonnier du passé. Je rappelle que je ne spoilerai pas dans ce compte-rendu, ayant masqué les éléments textuels qui pourraient donner trop d’indications.
Jacques nous lit les consignes de jeu que nous découvrons au fur et à mesure. Oui, on a affaire à un jeu qui s’apprend en jouant, petit à petit, comme les Fable Games de Friedemann Friese…
En début de partie, on étale les 13 grandes cartes correspondant à des instants précis de l’histoire, dans l’ordre chronologique et face cachée, sauf celle de l’instant présent (l’avant-dernière à droite sur ce scénario). En-dessous de chaque carte, on ajoute, toujours face cachée, une carte d’indice avec un mot-clé dessus. Puis, au-dessus des grandes cartes, on va placer les 3 cartes de choix qu’on sera amené à faire pour chaque grande carte : A, B ou C.
Voici la grande carte n°12, visible, que vous pouvez lire pour vous mettre dans l’ambiance de l’histoire. Par contre, l’indice en-dessous, n’est pas forcément à lire puisque nous avons dépensé une de nos loupes pour l’obtenir…
Nous faisons le choix de retourner dans le passé quelques instants avant la chute mortelle de la dame (carte n°11). Après avoir lu la carte, nous avons décidé de faire l’un des choix A, B ou C de cette carte et nous avons retourné la petite carte correspondante au-dessus. Je l’ai masquée car elle indique le nombre de PV que l’on obtient avec ce choix : de -1 à +2 visiblement pour chacune des cartes. Comme le but est de tout en mettre en œuvre pour empêcher que la dame ne meurt dans sa chute, il faut maximiser nos PV…
Nouvelle dépense d’une loupe pour obtenir un nouvel indice…
Vue générale d’une partie bien immersive, même si on a eu pas mal de difficultés à rentrer dedans au départ, ne sachant pas du tout pourquoi les versos des grandes cartes pouvaient remonter aussi loin dans le temps ! Curieuse ambiance finalement, avec une Leila trop jeune pour pouvoir s’impliquer dans la partie et en manque de certaines connaissances aussi…
Voici la vue finale de la partie, avec, face visible, les grandes cartes qu’on a choisi de retourner : 9 sur les 12.
Notre score final ne nous aura pas permis de modifier suffisamment le passé et la dame est bien morte ! 🙁 Mais ce fut de peu…
Pour terminer ce compte-rendu, je ne peux pas passer sous silence les malencontreuses erreurs de traduction et/ou de texte je ne sais pas : la plus grave concerne le dos de la boîte qui mentionne que l’action se passe en 1944, donc pendant la guerre, en Allemagne qui plus est ! On a passé beaucoup de temps à imaginer quels liens il pouvait y avoir entre l’histoire que nous vivions et la guerre !!! Pfff…
L’autre erreur, sur la carte de droite, concerne l’oubli de traduire January par Janvier. Beaucoup moins gênant…

Durée de cette partie : 1 heure 30 minutes – Note de cette partie : 14 / 20

Scores de la partie :

Total
Leila + Tristan + Jacques + Ludo le gars +5

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Découvrir les règles en jouant, ça c’est top !
– Le pitch du jeu qui donne vraiment envie,
– L’histoire qu’on a vécue aujourd’hui, bien sympa…

On a moins aimé
– Les erreurs de texte mentionnés ci-dessus !
– La difficulté, au début, pour comprendre où on se dirige…

————————————————————————————————————
PARIS NEW EDEN

La boîte du jeu a un look pour le moins particulier, non ?
Le jeu installé, il y a beaucoup, beaucoup de choses… En gros, nous avons 5 zones d’action (celles où il y a les dés) sur lesquelles nous allons, à tour de rôle, prendre un dé, le placer sur son plateau individuel, puis réaliser l’action du lieu. En bas du plateau, chaque pile de cartes, correspondant aux types de survivants, proposera un étalage de trois cartes. A gauche, trois tuiles de saison (sur les quatre qu’en contient chacune) sont prêtes pour chaque manche (il y en aura donc quatre en tout). Le printemps est déjà mis en place…
Mon plateau individuel est composé de 5 espaces vides pour placer les dés que je prendrai et de 5 petites cases où placer les tuiles de survivants que j’aurai acquis cette saison. Attention, aucun lien entre la tuile et le dé d’en-dessous…
Voici donc l’étalage des cartes des bâtiments qu’on pourra construire en fin de printemps. Comment ? Alors, tout simplement en fonction des majorités de survivants qu’on aura récupérés cette saison dans la couleur correspondante (dés + tuiles). En cas d’égalité, c’est la batte de baseball qui tranche ! 😉
Chacun choisit un objectif de fin de partie : je me dis qu’avoir collecté 4 livres violets doit être possible. Ça me fera toujours 4 PV…
Ça commence bien Monsieur Romain… 😉
Voici mes acquisitions lors du printemps : cinq dés, deux tuiles de personnages (violets) et 2 objets (dont un livre violet, hein, quand même !)… On va passer à la résolution des majorités pour déterminer qui choisira en premier dans les cartes de bâtiments.
Voici à quoi ressemble mon domaine en fin de première saison, avec 4 bâtiments acquis et équipés avec les éléments que vous voyez dessus : 1 personnage rouge + 2 balles + 1 inutile, 1 personnage vert + 1 gélule + 1 inutile, 2 personnages violets + 1 livre + 1 inutile et 1 personnage bleu + 1 boîte de conserve + 1 inutile. Si on est capable de montrer qu’on a atteint l’objectif de fin de saison, on marquera 2 PV pour le printemps. Puis on défaussera chacun ses dés et on remettra le jeu en place pour l’été.
Pour scorer les 2 PV liés à la saison, il faut prouver qu’on a bien 1 personnage violet équipé et 1 personnage vert équipé. C’est mon cas !
La deuxième saison est en cours. On commence à y voir plus clair après une première saison assez délicate…
Fin de saison !
Je ne suis pas loin de mon objectif de 4 PV (j’ai trois livres sur les quatre requis). Le moment, peut-être, d’en reprendre en allant sur l’action dédiée ?
Ça discutaille, c’est assez tranquille en fait, presque un peu froid comme jeu par contre.
Je me décide pour l’acquisition de la jumelle, laquelle présente l’avantage de commencer à choisir ses dés. Ça peut être utile… Est-ce une bonne idée pour essayer de evenir sur Romain qui caracole en tête depuis le début ?
L’hiver est mise en place et Romain (en noir) possède toujours une belle brouette de PV d’avance : 6 sur moi (en vert gris), 10 sur Jacques (en marron) et 16 sur Vincent (en blanc) !
Tant qu’à avoir pris la jumelle, autant m’en servir, de suite, pour la récupérer dans l’optique du décompte final : elle vaut 2 PV, ça peut être utile…
Les conditions pour marquer 9 PV en hiver sont assez difficiles, puisqu’il faut avoir 9 survivants équipés (mélange de verts et rouges). Mais j’en suis très près… A condition de ne pas négliger l’acquisition d’un personnage rouge ou vert… Arggghh j’attends trop et je ne vais pas y arriver à un chouilla près !
Fin de saison !
Romain a encore quelques PV d’avance avant le décompte final qui ne sera composé que des objectifs secrets et de la jumelle…
Mon domaine, à la fin, avec deux cartes objectifs réalisés + la jumelle. Je crois que, finalement, ça va suffire… Romain en couine encore, certainement ! 😉

Durée de cette partie : 1 heure 30 minutes – Note de cette partie : 13 / 20

Scores de la partie :

Piste Missions secrètes Jumelles Total
Romain (noir) 30 0+4 0 34
Vincent (blanc) 17 2+6+4 0 29
Jacques (marron) 24 4+2 0 30
Ludo le gars (vert gris) 26 4+6 2 38

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La relative simplicité de la règle une fois qu’on a terminé la première saison,
– Le retour au score de Vincent, lui qui était complètement largué, et le fait que je double finalement Romain : rien ne semble parfaitement figé dans la partie,
– La multiplicité des intérêts de chaque zone d’action : pour le dé ? pour une tuile de personnage ou de ressource ? pour l’action ?
– L’impression qu’on peut mener des stratégies assez différentes qui peuvent toutes fonctionner.

On a moins aimé
– Les couleurs choisies pour la boîte et le plateau,
– Pourquoi laisser croire (par son alignement) que le dé est associé à la tuile du dessus ?
– Pourquoi avoir deux faces aussi différentes sur les tuiles ?
– Un côté assez froid, globalement, et quand même trop alambiqué pour mes goûts personnels…

————————————————————————————————————

2 commentaires à propos de “[14/12/2019] Venezia 2099, Atlantis, Undo – Prisonnier du passé, Paris New Eden”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − = null