[14/03/2003] Manhattan

Participants
– Marie, péniblement arrivée à Pierre-Bénite, qu’elle considère comme le tr– d- c– du monde 😉
– Marie-Hélène, sa copine, fervente admiratrice du grand dalmuti,
– Delphine, qui pourrait confondre Manhattan avec un jeu de Badaboum tant sa tremblote est prononcée ;-)))
– Ludo le gars, votre play boy.

Déroulement de la partie
Et oui, ce soir est un grand soir, qui restera dans les annales ludiques comme l’une des rares parties de jeu où 3 participants sur 4 sont du sexe féminin. Je sais, je sais, c’est la classe…

Je me colle l’explication de la règle
de jeu, qui est exposée en une dizaine de minutes, simulations
à l’appui. Marie prend les éléments noirs, Delphine
les oranges, Marie-Hélène les bleus clair et votre serviteur
les bleus pétrole.
Le jeu peut à présent commencer par le choix de ses 6 blocs
initiaux par votre serviteur.


Sous ses airs mystérieux, bien malin qui pourrait prédire ce que manigance Delphine dont les cheveux de feu sont assortis à ses pions…

La première manche débute alors
en tenant compte de la variante qui interdit de jouer dans plus de 3 quartiers
lors de celle-ci, dans le but de générer des conflits rapides
et incisifs.
Cette manche positionne la partie sur des bases qui ne la lâcheront
plus : Marie et Marie-Hélène se chamaillent sur les 2 quartiers
du bas, alors que Delphine et moi en faisons de même sur le quartier
du haut. Cependant, il vaut mieux se disputer sur 2 quartiers qu’un seul,
car il est plus facile malgré tout de conserver des tours à
soi. Lorsque le décompte intervient, les scores sont serrés.

La seconde manche est initiée par Marie
qui extrait 6 blocs de son stock et qui pourra, si elle le souhaite, jouer
dans un quatrième quartier. Je poursuis dans ma logique de sélection
de blocs de petite taille, ce qui devrait m’apporter un plus considérable
pour la fin de partie.
Cette seconde manche place Marie et Marie-Hélène en bonne
posture pour la suite de la partie, suivies de près par votre serviteur,
alors que Delphine perd du terrain.


En fin de seconde manche, juste après que Delphine a fanfaronné
suite à son vol réussi de ma grande tour et au vol immédiat
de cette même tour par Marie-Hélène, trop fière
de son coup d’éclat !

Lorsque la quatrième et dernière manche débute, je propose à Delphine un pacte de non-agression, dans le but de concentrer nos efforts sur les pions noirs. Le tollé de Marie est impressionnant, soutenue par sa copine qui n’a visiblement pas mesuré l’intérêt qu’elle avait elle-aussi à se montrer belliqueuse à son égard. Tant pis, nous nous battrons alternativement contre l’une et l’autre…
De manière désespérée, je commence à
investir un quartier sous contrôle des 2 Marie, bien relayé
par Delphine qui procède de même dans un autre quartier.
La bataille fait rage, mais je suis trahi par mon alliée de circonstance
qui se rappelle quand même qu’il vaut mieux terminer 3ème
que dernière… Pas sympa, la fille… 😉

Cliquez pour agrandir !
La situation finale du jeu, avant le décompte final, alors que
Marie-Hélène s’insurge contre le dernier coup de Delphine
qui la prive d’une majorité alors qu’elle aurait pu annuler l’une
de celles de Marie… Et oui, mais elle est fourbe la demoiselle…


Marie réfléchit sur la meilleure carte à jouer,
sachant qu’elle possède visiblement 2 cartes strictement identiques
et qu’elle aurait intérêt à porter son choix sur l’une
d’entre elles pour avoir plus de choix par la suite…

Je décide de conserver mes gros blocs
pour le milieu et surtout la fin de partie, ce qui m’oblige à sélectionner
6 blocs de petites tailles (1 et 2 étages). Mes partenaires de
la soirée ne trouve rien de mieux que m’imiter dans mon choix,
à l’exception de Delphine qui tente de se marginaliser en choisissant
un bloc de 3 étages.


Le quartier le plus disputé de la carte, avec une tour de grande
taille que je viens de contrôler…

La troisième manche est entamée
par Delphine, clairement revancharde en ce qui la concerne, avec la possibilité
d’investir un cinquième quartier.
Marie-Hélène, dès son premier tour, réduit
à néant nos velléités sur la majestueuse tourtant
disputée, puisqu’elle se l’approprie définitivement en y
plaçant un nouveau bloc. Sniff…
Cette manche est catastrophique pour Delphine et moi qui nous faisons
distancer au score de manière importante : Marie possède
une avance de 7 points sur Delphine avant l’ultime manche, tandis que
Marie-Hélène, l’heureuse propriétaire de la grande
tour et déjà assurée de marquer 3 points, se présente
en embuscade à 4 points de sa copine. Les temps sont durs…


Une vue générale d’une table 75% féminine et 100%
jeu d’enfoirées…

La manche va bientôt s’achever, ce qui terminera du même coup la partie fort disputée de ce soir.
Pour ma part, je n’ai plus grand chose à espérer ou à
craindre, aussi je renforce mes positions dans le seul quartier où je suis majoritaire. Les 3 autres joueuses se chamaillent encore une dernière fois pour savoir quels sont les coups les plus vicelards qu’elles pourraient
bien trouver.

Le décompte a lieu et le verdict tombe…

Décompte final
Marie remporte cette partie qu’elle a fort bien négociée
avec un total de 38 points, devant Delphine et Marie-Hélène qui
terminent à égalité avec un total de 33 points et votre
serviteur bon dernier avec 30 points. Le détail, manche par manche est
le suivant :

Manche 1
Manche 2
Manche 3
Manche 4
Marie
3
13
26
38
Delphine
6
10
19
33
Marie-Hélène
6
14
22
33
Ludo le gars
5
12
20
30

Débriefing
Voilà de nombreux mois que je n’avais pas joué à Manhattan,
et j’avoue avoir vraiment apprécié cette partie endiablée.
Sur les 4 joueurs de ce soir, deux n’avaient jamais joué à des
jeux de ce type et, comble du comique, elles se sont adjugées les meilleures
places !
Le jeu a été apprécié par tout le monde, tant il
est vrai qu’il est à la fois simple, intéractif et tactique, ce
qui le rend passionnant et génère systématiquement des
parties tendues, surtout lorsque la variante réduisant le nombre de quartiers
accessibles à chaque tour est utilisée;

Il se confirme qu’il est suicidaire, pour soi, de venir perturber les positions
d’un quartier lorsque celles-ci sont établies depuis plusieurs tours.
Cette méthode favorise la remontée d’un ou deux autres joueurs
non concernés par cette attaque. Delphine a bénéficié
de cette situation lors de l’ultime manche, et elle en a même rajouté
une couche en venant contester mes propres majorités, afin de marquer
plus de points. Bien joué de sa part, mais je l’ai un peu en travers
de la gorge…
Le jeu est vraiment très ludique à 4 joueurs car il a certainement
été conçu dans cette configuration : 4 manches (chacun
commence une fois), des semi-alliances par moments, des attaques et des défenses
groupées (plusieurs personnes s’en prennent à vous avant que vous
ne rejouiez), …

Très sympa, donc, même si cette interaction
peut s’avérer frustrante et profiter à des joueurs plus discrets,
en embuscade. Il vaut mieux être deuxième ou troisième,
avec un léger retard sur le premier, avant l’ultime manche, ce qui peut
favoriser vos actions en douce.
C’est pourquoi Marie a été très habile pour conserver son
avance lors de cette dernière manche. Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept × = 63