[14/03/2003] Phoenix

Participants
– Delphine, alias Calacirya sur les forums, grande amatrice de jeux où la réflexion est au programme,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Venant de recevoir une boîte de Phoenix de la part de l’éditeur (merci Descartes !), je trouve pile poil l’occasion de tester ce jeu lors de la soirée d’inauguration Rêves de Jeux à Pierre Bénite (69). Delphine, qui apprécie les jeux demandant réflexion, sera donc ma partenaire pour cette partie de découverte de Phoenix, un jeu aux multiples couleurs.

J’explique la règle à Delphine
en quelques minutes, l’ayant lue le matin même, et nous mettons
le jeu en place pour la première manche.
Le matériel est vraiment superbe et nous espérons que le
jeu en vaut la chandelle…


Delphine procède à un décalage de ses pions vers
la fin de la première manche…


La configuration du plateau à l’entame de la seconde manche…

Nous allons à présent entrer
dans la troisième et ultime manche de cette partie. Delphine commence
à piocher ses pions, après avoir placé aléatoirement
les blocs du spectre de référence. Et là, écoeurement
de ma part… Seules 2 inversions de pions lui permettent d’être
en conformité !!! Ce ne sera pas une mince affaire de contre-carrer
ses plans, surtout qu’une seule de mes cartes pourrait éventuellement
retarder l’échéance (un échange de pions).

La manche dure moins de 5 minutes, ce qui
nous change considérablement des durées jouées pour
la première et la deuxième.
Mais qu’il est frustrant de se retrouver dans l’impossibilité de
réagir, à cause d’un hasard, inouï certes, mais bien
réel…


La disposition initiale de la manche 1…

La partie débute rapidement et nous
commençons à mesurer à quel point les cartes peuvent
avoir un effet dévastateur sur d’éventuelles planifications
à 1 ou 2 coups. Il suffit que l’un ou l’autre décale les
couleurs du spectre de référence et quasiment tout notre
plan tombe à l’eau !
Possédant plusieurs cartes me permettant d’échanger un pion
avec celui de Delphine placé en face, je ruine relativement vite
ses ébauches d’avancée…
A son tour, elle réalise un échange de pions que je m’empresse
d’annuler dans la foulée. Si tout va bien, je devrais réussir
à clore la manche en 2 ou 3 coups.
Bingo ! Ne possédant pas des cartes susceptibles de me gêner,
Delphine me voit terminer la première manche grâce à
l’alignement réussi de mes pions.

La seconde manche débute de manière
radicalement différente me concernant, puisque je ne dispose d’aucune
carte d’échange de pions, au contraire, visiblement, de Delphine.
La manche a tendance à durer longtemps car nos positions de départ
sont fort éloignées de celle attendue. Et quand, en plus,
vous n’avez que des cartes d’inversion d’un pion avec son voisin (j’en
ai eu jusqu’à 3 ou 4 en même temps), vous éprouvez
des difficultés considérables pour quasiment retourner votre
configuration.
A ce petit jeu, Delphine avance plus vite que moi et elle devrait réussir
à terminer la manche avant moi. C’est pourquoi je tente alors de
regrouper mes pions colorés ensemble, quitte à ce qu’ils
ne soient pas dans le bon ordre, mais avec l’idée de marquer des
points malgré tout.
C’est loin d’être évident, visiblement, et je m’y suis pris
trop tard pour que cette tactique s’avère payante, Delphine côturant
la manche de belle manière et prenant de l’avance au score.


La configuration finale du jeu en fin de troisième manche

Décompte final
Delphine remporte cette partie avec un total de 21 points
(3+11+7) contre 12 (10+2+0) à votre serviteur.

Débriefing
Phoenix nous a permis de passer un moment sympa, avec un jeu très agréable
à manipuler et à regarder.
Par contre, nous sommes d’accord pour dire que ce jeu est très empreint
de défauts importants :
– Le placement des pions de chaque joueur peut être plus ou moins avantageux
et rend les manches très disproportionnées,
– Le tirage des cartes est source de plus ou moins grands bonheurs, selon la
poisse que l’on génère…
– Le jeu a tendance à se bloquer si chacun conserve des cartes chaotiques
pour modifier la donne alors que l’un des joueurs est proche de l’emporter.

Le jeu ne nous laissera donc pas un souvenir impérissable, même
si nous retiendrons qu’il est original et que son côté très
décalé, par rapport à la mode actuel des jeux de société,
apporte un peu de sang neuf dans le domaine.
Sympa, sans plus, à sortir de temps en temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 × = trente