[14/04/2005] Elfengold

Participants
– Fred, mineur blanc, en quête d’or comme un bon spéculator ;-)))))))))))
– Patrice, mineur bleu, pour sa première visite ici-même,
– Nicolas, mineur rouge, également en novice ce soir à Rochetaillée,
– Cécile, mineur noir, venue avec Nicolas elle aussi pour une soirée de découverte,
– Ludo le gars, mineur vert, votre serviteur.

Déroulement de la partie
En y réfléchissant après coup, accueillir des nouveaux venus avec le jeu Elfengold d’Alan R. Moon est quand même une bien drôle de curiosité, car ils n’auront aucune chance de
le trouver en boutique
si des fois ils appréciaient celui-ci, et je me demande quand même ce qui nous est passé par la tête de sortir ce jeu dans ce contexte d’initiation !
Enfin bon, toujours est-il que nous nous apprêtons à découvrir tous ensemble cette rareté au thème si actuel (Diamant de Bruno Faidutti ou encore Montanara chez Abacus étant les deux qui me viennent en tête), et je me colle à la lecture de la règle anglaise que je trouve dans la boîte.
Le jeu semble simple et nous attaquons très vite la partie, avec Cécile en première joueuse au premier tour.


En cours de premier tour, alors que chacun s’est équipé
d’outils, a placé ses 3 jetons, a déplacé son mineur
(tous sur le tunnel supérieur) et que l’on s’apprête à
indiquer si l’on creuse ou pas…


Cette vue rapprochée permet d’imaginer ce qui peut se passer
dans la tête des joueurs. Joueur noir : « Comme le pion rouge
n’est pas venu sur ma case, c’est sûrement parce qu’il y a mis son
jeton d’outil cassé »…


Le jeu devient tactique et sympa lorsque les pions mineurs sont répartis
sur les deux niveaux…


Le mineur noir casse sa pelle par sa seule faute : c’est le jeton noir
mauvais qui se trouve là, alors que les 3 autres étaient
positifs par miracle !


Fred, Patrice, Nicolas et Cécile font mine d’hésiter
sur leurs intentions, sachant que le bluff est le composante la plus sympa
de ce petit jeu de collecte : »Tu ne m’as pas mis un jeton mauvais,
hein, là, je peux creuser, non ? »…


Fred semble vouloir amadouer Nicolas, ce dernier prenant une avance
importante au score, en compagnie de Patrice, alors que Fred et moi sommes
déjà distancés. Quant à Cécile, elle
se situe en embuscade pour les premières places…


Sur cet exemple, après révélation des jetons mauvais,
on en déduit que : les mineurs blanc et vert récoltent chacun
4 ors (2 fois 2 ors car utilisation d’une pioche), le mineur noir récolte
4 ors (une pelle), le mineur bleu 8 ors (une pioche) et le mineur rouge
ne récolte rien, victime de la casse de son outil (jeton noir)…


La partie vient de s’achever par la demande de fin de partie de Nicolas…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure et 15 minutes – Mise en place du jeu : 5 minutes – Explication des règles : 20 minutes
Nicolas remporte cette partie avec un total de 79 ors, devant Patrice avec 74
ors, Cécile avec 39 ors, Ludo le gars avec 36 ors et Fred avec 35 ors.

Débriefing
La partie d’Elfengold jouée ce soir aura été un peu poussive
et longuette, voire répétitive. En effet, on passe son temps à
placer, retourner et reprendre en main les jetons à sa couleur, sans
jamais faire les choses de manière très réfléchie.
On ne peut pas assez souvent prévoir ce que vont faire vos adversaires,
aussi on place son mauvais jeton sur une case « médiane » ce
qui en piège toujours un ou deux, et on recommence après avoir
soi-même cassé son outil ou récolté quelques piécettes.
Ajoutez à cela que le joueur en tête a du mal à se
détacher suffisamment pour perdre du temps à remonter pour demander
la fin de partie et vous comprendre que le jeu ne nous a pas franchement emballé
ce soir.
Au niveau tactique, par contre, on a pu se rendre compte de diverses manières
de jouer :
– Partir dans la mine avec plein d’outils, pour éviter de remonter souvent
et prendre tous les risques en bas,
– Se ruer sur le niveau inférieur de la mine, afin de récolter
beaucoup d’or à chaque tour où l’on y parvient,
– Rester en sécurité sur des cases où ne se trouve aucun
jeton, quitte à récolter moins d’ors,
– Quan don est premier joueur, bluffer ses adversaires en les entraînant
sur une la case où l’on va et où on l’a placé son mauvais
jeton, car si l’on perd soi-même un outil (une pelle de préférence),
on risque fort d’en faire perdre aussi aux autres…

Bref, Elfengold n’est pas un mauvais jeu, la preuve avec les notions tactiques
énoncées ci-dessus, mais il ne suscite vraiment pas l’enthousiasme,
se révélant bien trop froid et répétitif pour soulever
les foules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit − = 7