[14/07/2012] That’s Life

Deuxième samedi matin de découverte / démonstration de jeux de société à la bibliothèque du village. Avec les vacances en cours et le défilé du 14 juillet programmé ce matin, on n’a pas eu un monde de fou… Cependant, on a quand même fait un petit Lakota (sympa sans plus) avec deux messieurs de passage, et un petit That’s Life juste Tristan et moi…

 

THAT’S LIFE :

 


Ce que j’aime dans That’s Life, c’est qu’il incarne vraiment le jeu moderne basé sur un jeu de type jeu de l’oie connu par out le monde. C’est pourquoi je l’ai apporté en ce jour…

Premier tour et première avancée de 2 cases pour un pion jaune de Tristan et de 6 cases pour un de mes pions verts…

Très rapidement, je me rends compte que cette partie va tourner au cauchemar pour moi…

Le parcours se réduit au fur et à mesure de la progression inéluctable de nos pions vers l’arrivée…

Alors que Tristan empoche régulièrement des tuiles de chance pour inverser le négatif de ses tuiles rouges, je me retrouve sans aucune de ces tuiles, contraint de les abandonner à
Tristan lorsque je dois avancer…

Plus que quatre cases à parcourir et je vais les faire tout seul. Tiens, juste pour vous exposer ma malchance : là, je vais jeter un 1 !!!

Le splendide butin de Tristan, une fois la partie achevée…

Et le mien, pitoyable…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le fun de ce jeu, lequel ne doit jamais être pris au sérieux (un peu comme un Tanz der Hornochsen),
– Le très bon dérivé « moderne » d’un jeu à l’apparence « classique » : très porteur d’explications pour le grand public qui ne soupçonne pas l’existence de jeux autres que Monopoly
et consorts…
– Le look des illsutrations des tuiles, poilantes…

 

On a moins aimé
– ?

 

 

Scores de la partie :

Tristan (jaune) : 38
Ludo le gars (vert) : 16

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 30 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 4 = huit