[14/09/2004] Gipf

Participants
– Gérard, amateur de jeux abstraits et qui devrait aimer celui-ci,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
De tous les jeux du projet Gipf actuellement édités, seul Gipf manquait à ma liste de jeux essayés. Je suis donc assez impatient de passer à la séance de tests, ce soir-même,
avec mon padre.
Gérard jouera donc les pions blancs et aura le trait, alors que je prendrai les noirs. Nous plaçons les 3 pions initiaux chacun comme prévu dans la règle et nous attaquons une partie, dite « de base »
, avec 12 pions dans nos réserves respectives.


La mise en place du jeu est très géométrique et
standardisée…


Quel joli matériel !


La cinfiguration finale de la partie, au moment où Gérard
se retrouve à court de pion et où il perd donc la partie…


Gérard s’apprête à faire rentrer le pion blanc
qu’il vient de placer sur la gauche, en poussant le pion blanc situé
sur la seule ligne accessible depuis ce point d’entrée…


La partie est encore assez équilibrée, avec 1 prise pour
Gérard et 2 pour moi…


Une vue de le pile de pions blancs capturés par votre serviteur…

Décompte final
Durée de la partie : 30 minutes – Mise en place du
jeu : 5 minutes – Explication des règles : 5 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de prises de 10 contre 2 pour
Gérard au moment où ce dernier ne peut plus jouer (reste de 2
pions devant moi à cet instant).

Débriefing
Très abordable, Gipf est la digne première pierre du projet qui
porte son nom. Fluide, assez facile à « sentir », un peu comme
Yinsh d’ailleurs, ce jeu est un
régal pour les amateurs de jeux abstraits. On ne se prend jamais la tête
et pourtant, par moments, cela permettrait surement de faire mieux et d’aller
plus vite. J’en veux pour preuve le temps infini que j’ai mis pour réduire
mon paternel à l’élimination, alors que je disposais d’une avance
confortable (il est difficile de l’empêcher de récupérer
ses propres pions, même sans capture de sa part, ce qui le fait jouer
en circuit fermé en quelques sortes). La question, d’ailleurs, serait
de savoir à partir de combien de pions capturés peut-on être
sûr que l’on peut bloquer l’adversaire ? Un peu comme dans les configurations
de fin de partie aux échecs,
où dans certains cas on ne peut pas bloquer le roi adverse.
Un très bon jeu, vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 × quatre =