[15/01/2022] Raise X 2

Aujourd’hui, nous allons découvrir un jeu abstrait totalement à l’ancienne, très élégant, et qu’on n’avait clairement pas vu arriver. Son nom est Raise, édité par Piatnik, et on va en enchaîner deux parties pour le vivre aussi bien à deux joueurs qu’à trois.
Bonne lecture !

RAISE X 2

Découverte d’un jeu qu’on croirait tout droit sorti d’une vide-greniers -sic- dixit Leila, en tout cas au look daté selon moi !
Sera-t-il aussi bon qu’il est « moche » ou kitsch ?
A chaque tour, 7 dés sont lancés en sachant que leurs faces ne sont pas les mêmes d’un dé à l’autre et que la répartition de celles-ci a son importance statistique (voir photo ci-dessus, colonne du cube blanc).
Sur la droite de la carte, nous disposons également de la répartition des symboles sur nos cartes, avec leur valeur, sachant que nous avons le même deck.
Le plateau représente une piste de progression qui n’a rien à voir avec une piste de scores : on y note seulement nos mises successives et progressives, comme nous allons le voir sous peu.
Sur la droite, vous pouvez voir qu’on a placé les dés lancés en fonction des faces obtenus, ce qui, ajoutés aux symboles du plateau, permet d’obtenir des quantités de 1 (pour le rouge) à 4 (pour le jaune).
Ma main initiale de 6 cartes piochées depuis mon deck, Leila ayant fait de même depuis le sien.
Chaque carte est d’une couleur et contient deux autres informations : sa valeur (4 pour la bleue par exemple) et les PV qu’elle rapportera à la fin (5 pour la bleue, mais le plus souvent c’est seulement 1 PV).
Au début de chaque manche, après que les dés ont été lancés et répartis, chacun joue une carte de sa main face cachée puis elle est retournée pour qu’on calcule sa mise. Leila, avec sa carte orange de valeur 2, fait avancer son disque beige jusqu’à la case 6 car on multiplie la valeur de la carte par le nombre de symboles obtenus pour en connaître la mise. De mon côté, j’avance donc mon disque marron jusqu’à la case 9 (3 X 3).
Ensuite, et c’est là-même le coeur du jeu et ce qui m’a le plus séduit, le joueur classé dernier doit :
– soit passer, auquel cas il enlève son disque et ne participe plus à la manche, ce qui, à deux joueurs, revient à dire que l’autre joueur remporte la manche,
– soit surenchérir pour doubler au moins l’avant-dernier, ce qui, à deux joueurs, revient à passer devant son adversaire. Pour ce faire, il joue autant de cartes qu’il veut de sa main, face visible, et le total calculé est ajouté à sa première mise.
Et c’est tout : juste bien dosé et subtil, donnant envie de toujours continuer, mais ça peut devenir risqué comme on le verra plus loin…
Ci-dessus, les cartes déjà jouées sont placées à gauche et ça fait du PV, surtout en ajoutant les 6 PV de la carte dorée retournée.
Bon, j’ai cédé le premier dans cette première manche et c’est bien Leila qui a empoché les cartes.
La main de cartes de chacun a été ramenée à 6 cartes… tant qu’il nous en reste ! En effet, après ce sera trop tard et il faudra faire avec nos cartes restantes.
Savoureuse sensation de stop ou encore, à la technique très originale et bien prenant. Le regard en coin de Leila en dit long…
Elle joue une sacrée grosse carte pour me doubler : elle avance de 20 cases d’un coup !!!
Le lot de cartes devient de plus en plus intéressant… Et je suis contraint de le laisser à ma fillotte !!! 🙁
Voici la dernière manche que je vais remporter assez miraculeusement grâce, notamment, aux 5 symboles jaunes…
La partie s’achève sur cette manche et nous allons calculer nos PV. C’est enfantin : les PV indiqués sur nos cartes collectées lors des manches jouées + les PV des cartes encore en main (mais pas dans son deck) à la fin. Ci-dessus, vous pouvez voir que j’ai opté pour une stratégie de garder quelques cartes de forte valeur en PV pour la fin (trois cartes de 5 PV)…
Ni une ni deux, bien emballés par notre première impression sur ce jeu à deux joueurs, nous allons déloger Julie de la cave… non où elle buvait mais où elle rangeait !!! 😉 Nous allons essayer la configuration 3 joueurs, avec une impatience non dissimulée de voir comment ça va se passer pour rester dans l’enchère en ne doublant « que » l’avant-dernier !
Première mise du premier tour, sachant qu’on va se battre pour une sacrée carte dorée (valeur 19, quasiment le maximum) !
Julie, avec on disque noir, a pris le large, je suis deuxième avec mon disque marron et Leila est, pour l’instant, dernière, avec son disque beige. C’est donc à elle de jouer.
Petit à petit les mises augmentent jusqu’à cet instant où j’étouffe la concurrence en allant placer mon disque sur la case 56 ! Et oui, 50 + 6…
A moi le gros premier gain de cette partie !
Julie commence à comprendre et à bien apprécier les subtilités de ce jeu qu’on n’avait clairement pas vu venir…
Je tente le tout pour le tout, ci-dessus, en jouant mes deux dernières cartes en main pour atteindre la case 43. Le nombre de cartes jouées est déjà hallucinant…
Et je couine ! Julie remporte cette manche et se gave, voire se sur-gave de PV !!!
On est toujours aussi bien dans le Paradis Jeux…
Partie terminée avec les scores qui vont être calculés. Nos decks de cartes sont vides me semble-t-il et Julie, avec sa pile monstrueuse, paraît en position de force !
Pour compter les PV, le plus simple est de faire des tas de 20 PV.
A ce petit jeu, au final, Julie n’est pas si bien que ça : elle avait plein de cartes à 1 PV dans son fameux tas !
Ça va donc, à nouveau, être bien serré, pour notre plus grand plaisir…

Durée de ces parties : 40 minutes + 1 heure – Note de ces parties : 16 / 20

Scores de la première partie :

Plis empochés Cartes en main Total
Leila (beige) 81 9 90
Ludo le gars (marron) 76 17 93

Scores de la deuxième partie :

Plis empochés Cartes en main Total
Julie (noir) 73 4 77
Leila (beige) 78 11 89
Ludo le gars (marron) 79 12 91

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’élégance du système d’enchères et son excellence sans fioritures : c’est sec et tendu, trop rare parmi les jeux actuels,
– L’impression que l’on a toujours intérêt à rester en course mais ce n’est pas vrai, surtout à plus de deux joueurs,
– L’excellence de la configuration à 3 joueurs à mon avis, très bon aussi à 2,
– Les scores ultra-serrés.

On a moins aimé
– Le côté quand même un poil trop kitsch des composants du jeu (ça ne fait pas très vendeur à mon avis),
– La crainte que ça devienne un peu chaotique à plus de 3 (à voir)…

————————————————————————————————————

2 commentaires à propos de “[15/01/2022] Raise X 2”

  1. Une excellente découverte du FIJ 👍

    Pourrais-tu me confirmer un point de règles :
    Dans la règle il est écrit pour l’action « relancer » que le joueur doit jouer autant de cartes qu’il faut pour dépasser la case de l’avant-dernier pion.

    Est-ce à dire que le joueur peut jouer plusieurs cartes de différentes couleurs ou obligatoirement de la même couleur ?

    Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 7 = seize