[15/07/2023] CloudAge – Scénario 1, Terrace X 2

Enfin !!! Oui, enfin ! Cela faisait plusieurs semaines que nous avions décidé, Leila et moi, d’emporter un jeu à campagne en vacances, à savoir un jeu d’Alexander Pfister (et d’un co-auteur : Arno Steinwender), passé inaperçu lors de sa sortie en français en 2022 et que j’avais à la maison depuis celle-ci. Je sais qu’entre temps il a été déstocké, bradé, etc… sans que je comprenne trop bien pourquoi.
Ce jeu, que nous allons donc découvrir aujourd’hui dans son aventure d’initiation, c’est… CloudAge – Scénario 1 ! Et oui, nous allons nous y adonner au camping, et oui, nous sommes toujours un peu fous… 😉
Ensuite, en soirée, histoire de terminer cette journée de manière ludique, nous retournons à l’improbable Terrace X 2, un jeu que je vous ai présenté il y a quelques jours…
Quelle superbe journée ! Régalez-vous ! 🙂

CLOUDAGE – SCENARIO 1

LE dépunchage du jeu que nous avions prévu de jouer en campagne pendant nos vacances 2023 ! Très content que ça puisse se démarrer aujourd’hui… Et il y en a, du matos ! 🙂
La photo rituelle à côté de la belle boiboîte, juste avant que nous lancions dans le scénario d’introduction, baptisé tout simplement Scénario 1 !
Chacun de nous possède un dirigeable qu’il va utiliser pour se déplacer au-dessus des terres désolées suite à la destruction en règle organisée par organisation Cloud… Nous l’utiliserons pour récupérer des ressources, en combattant la milice du Cloud si nécessaire…
Le plateau de production, plutôt très original en look, mais très simple et évident à appréhender : chaque colonne correspond à une progression d’un cran sur la production d’eau, sachant qu’au début il nous faut dépenser 1point d’énergie pour récupérer 2 jetons d’eau.
Petite vue de mon dirigeable, avec :
– Les 7 cubes de manches (donc on en jouera 7),
– Le niveau d’énergie (éclair) à 2 pour le moment,
– Ma réserve actuelle de ressources : 2 jetons d’eau et 2 jetons de métal.
– Les trois améliorations possibles de combat au-dessus.
– Les trois améliorations possibles de déplacement à l’arrière du dirigeable.
LA bonne idée mécanique innovante du jeu : les cartes glissées sous sleeves avec des nuages pour que l’on ne voie pas exactement ce qu’il va y avoir à récupérer ! Chaque carte est considérée comme une ville et on pourra venir y placer son drone pour y récupérer soit de l’énergie, soit du métal, soit de l’eau, soit des cartes de projets (sortes de contrats à valider).
Sur ce plateau, en phase d’action, on pourra aussi construire des améliorations ou des cartes de projets justement (à gauche).
A droite, pas utilisée dans la règle d’introduction, la notion de végétaux.
A noter que le joueur actif choisit une action, l’autre joueur en réalisant une version affaiblie. Toujours sympa cette mécanique…
Ma main initiale de 5 cartes de projets…
Chaque manche comporte trois phases : production, déplacement et action.
La première, en plus de nous fournir de l’eau en fonction de sa progression sur le tableau de production, nous fait piocher deux cartes dans son deck de cartes (ici 0 et 1 pour moi) : je prendrai donc 0 ressource (la valeur la plus faible des deux) et je pourrai me déplacer de 2 cases (valeur la plus élevée). Nul de chez nul pour commencer : les cartes vont jusqu’à 4 !!!
En cours de première manche, après le déplacement de nos dirigeables…
Leila, avec son dirigeable, a combattu et vaincu une milice de la Cloud, pour récupérer 2 jetons d’eau, tandis que j’ai fait de même dans une autre ville (zone repérable par des sortes de fumées). On a déposé chacun son cube de manche actuelle : on doit terminer son déplacement dans une ville et cela le symbolise.
Petite présentation de l’action retenue par Leila en tant que joueuse active : elle va placer son drone sur la ressource de métal de la ville #1, persuadée qu’il y en a beaucoup dissimulé sous le nuage, puis je la suis sur l’une des trois autres ressources possibles : je retiens les cartes de projets.
Suspense suspense : Leila va retirer la carte de son sleeve…
Voici la carte obtenue : Leila va récupérer 3 jetons de métal et profiter d’un bonus, celui d’écarter définitivement une carte de la défausse de son deck. De mon côté, je récupère deux cartes de projets. A noter qu’elle récupère aussi 3 jetons d’eau en remplacement des 3 végétaux indiqués sur la carte. Puis elle ajoute cette dernière à la défausse de son deck.
Précision : sur chaque carte ville, il y a toujours la répartition 3, 2, 1 et 1 ressources avec deux bonus en tout : l’écart d’une carte et la possibilité de construire une amélioration.
Vue générale en fin de première manche : je deviens premier joueur.
On est carrément étonnés de la durée expresse des manches visiblement…
Un peu plus tard, je construis une carte de projet qui m’octroie 2 points de combat de manière permanente. Et je construis aussi une amélioration au-dessus de mon dirigeable, ce qui me donne encore 1 point de combat en plus. Ça sera utile…
Peu après, Leila ayant été sur les ressources de la ville #2, j’en profite pour chiper le bonus de défausse d’une carte, ce qui me permet d’écarter définitivement ma pitoyable carte 0…
Comme on franchit un livre sur la piste des manches, on a une phase supplémentaire qui va dépendre des scénarios : aujourd’hui, c’est la prise d’une carte de mission pour chacun de nous. A gauche, celle de Leila, à droite la mienne. Ce sont des objectifs de fin de partie mais, ce qui est rigolo, c’est que si on en récupère d’autres, il faut toujours recouvrir une demi-carte précédente, ce qui élimine l’objectif indiqué.
Vue générale alors qu’il ne reste plus que trois manches… Ça va super vite !
Leila cogite…
Avant-dernière manche in progress…
J’aime beaucoup son choix d’aller récupérer de l’eau sur la ville #2 : ça me permet d’aller glaner le jeton de métal qui me manquait pour un enchaînement d’actions que vous allez découvrir sous peu…
Voici une partie de mes cartes en main : j’ambitionne de les construire toutes ainsi que la dernière amélioration du haut de mon dirigeable ! A fond dans le militaire comme vous pouvez le constater…
C’est fait ! Enfin, pour cette dernière amélioration qui me fait atteindre le plus haut gain possible (11 PV) et un one shot de 5 jetons d’eau…
Fin de partie… enfin avant que l’on joue nos ultimes actions du décompte final : une production et deux constructions possibles !
Je joue notamment cette carte qui me rapporte 10 PV puisque j’ai un total de 10 en combat…
Le tableau de production une fois la partie terminée…
Le dirigeable de Leila… A droite, sa carte de mission vous permet de comprendre pourquoi elle a joué pas mal de cartes bleues. Par contre, son deuxième objectif (avoir un cube dans deux villes identifiées) n’est pas des plus rentables…
Mon dirigeable, avec ma carte de mission à droite, pour de jolis gains, particulièrement celui lié à mon niveau de combat. Tout s’imbrique…

Durée de cette partie : 2 heures – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de cette partie :

Piste Missions Améliorations Projets Total
Leila (jaune) 20 5 + 2 6 + 1 21 55
Ludo le gars (turquoise) 27 2 + 8 11 + 1 19 68

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La facilité pour se mettre dans le jeu et ses règles, surtout grâce à cette excellente idée de proposer un scénario d’initiation qui n’utilise pas toutes les règles (les végétaux par exemple),
– La super grosse envie d’y aller vraiment, maintenant, dans la campagne prometteuse de ce jeu !
– Ce croisement entre deux des best sellers de l’auteur, à savoir Expédition à Newdale et Maracaïbo, c’est exactement ça et on adore tellement les deux en question que ce CloudAge nous excite bien !!!

On a moins aimé
– Le thème qui ne transpire pas vraiment… Enfin, il faudra voir au fur et à mesure de l’avancée de la campagne !
– L’effet de surprise, une fois la boîte ouverte, de ne pas pouvoir démarrer de suite : la lecture intégrale de la règle (ou quasiment) est impérative.

————————————————————————————————————
TERRACE X 2

Leila a l’air plus que ravie de rejouer rapidement à ce jeu glané chez Emmaus voici quelques jours.
Elle demande même qu’on y joue en mode normal : avec 16 pions chacun !
Allez, soyons fous, acceptons… 😉
La mise en place diffère quelque peu de celle du jeu court, comme vous pouvez le constater. A noter que le but du jeu est toujours de capturer le petit pion gravé d’un T (en bas à gauche de mon côté noir) ou de l’emmener jusqu’à une case de la dernière ligne adverse, mais cette fois c’est dans la diagonale opposée qu’il faudra aller ! Ça promet de durer un petit moment cette histoire avec tous ces pions disposés en protecteurs !
Leila a commencé en faisant monter un gros pion d’une case, puis j’ai fait de même mais en diagonale.
Je décide de me montrer agressif en faisant avancer ce gros pion au plus près des pions blancs. Un peu comme lorsque je fais cravacher ma reine aux échecs ! 😉 On verra bien, pourquoi pas hein ?
Je vais réaliser une première capture (en descendant d’une case en diagonale, je le rappelle) avec mon pion de taille 3 qui va aller enlever celui de Leila placé en contrebas.
J’ai fait pas mal de ménage déjà !
Peut-être le moment de m’activer sur mon propre pion T ? Pour le moment, il est tout à fait à droite, à 4 cases de son but…
Et hop, c’est fait !
Incroyable : Leila demande une revanche en mode normal ! On y retourne donc de suite et elle est à nouveau première joueuse…
Changement de stratégie pour Leila, mais pas pour moi pour le moment…
Oh la la, la grosse bêtise ! Je me fais prendre stupidement ce gros pion aventureux et clairement imprudent…
Bon, ben on fera sans et autrement probablement !
Un peu après, je déplace mon petit pion T, histoire de tester autre chose…
Oh la ! La pluie s’invite alors nous improvisons un abri… 😉
La partie se poursuit, toujours avec un sacré grand plaisir. Par contre, Leila a quand même du mal à bien anticiper mes captures, souvent sous la forme de fourchettes de menaces…
Elle a bien bloqué la zone où je dois amener mon T, mais j’ai réagi en conviant ma grosse artillerie à en faire de même : comme je suis placé au-dessus de ses pions, je devrais pouvoir les prendre sans qu’elle parvienne à se défendre…
Et voici la configuration finale de cette partie emballante, sur un jeu totalement méconnu et franchement réussi ! En mode normal, c’est top pour les amateurs de jeux abstraits originaux (et je rappelle qu’il date de plus de 30 ans : 1992 !)…

Durée de ces parties : 30 et 35 minutes – Note de ces parties : 17 / 20

Scores de ces parties :

Partie 1 Partie 2
Leila (blanc) Défaite Défaite
Ludo le gars (noir) Victoire Victoire

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La règle en version normale, avec les 16 pions chacun, est clairement LA règle à jouer, la version courte servant juste à titiller les neurones,
– Le super plaisir de s’adonner à un jeu aussi classe au niveau matériel et aussi élégant au niveau de ses règles,
– C’est un peu l’essence du jeu de menaces et consorts en fait, et c’est très bien pour faire découvrir ces concepts à Leila…

On a moins aimé
– Plus envie de rejouer à la version courte…

————————————————————————————————————

Une réponse à “[15/07/2023] CloudAge – Scénario 1, Terrace X 2”

  1. CloudAge est le jeu que j’avais prévu pour la tombola : mécaniquement très réussi, mais il n’a pas trop convaincu mes partenaires, et je le trouve assez dépendant des cartes pour réussir ses objectifs (notamment les niveaux de combat). Et le solo est particulièrement dur (mais tu joues peu en solo).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


neuf − = 8