[15/01/2011] Two by Two, Grand Cru, Troyes

Avec le Festival des Jeux de Villefranche, 4ème du nom, les 15 et 16 janvier, toujours au profit de l’association Docteur Clown, notre association Les Ludophiles a passé deux journées pleines à faire découvrir le jeu de société moderne au plus grand nombre. En dehors de ces très nombreuses parties d’initiation, complètes ou pas, j’ai pratiqué trois jeux desquels je peux vous raconter les parties :
Two by Two : un jeu au look très enfantin, sorti chez Valley Games, et qui ambitionne de nous immerger 🙂 dans l’histoire de l’arche de Noé…
Grand Cru : l’un des deux jeux sur le thème du vin sortis pour Essen 2010, le moins complexe des deux, avec un thème savamment dosé, lors d’une partie couinesque pour
moi…
Troyes : ma quatrième partie de ce jeu, à 4 joueurs pour la première fois, et j’aurai bien couiné également…
Allez, hop, je vous conte tout ça…

 

TWO BY TWO :

 


Look très enfantin pour ce jeu de placement qui fait penser, à tort, à un mémory. En effet, si l’on a bel et bien des jetons face cachée qu’il conviendra de rassembler par paire
pour les sauver, on n’aura pas d’effort de mémoire à fournir…

Le plateau représente une zone terrestre qui va bientôt être submergée par les flots. Le but de chaque joueur est, avec son arche individuelle, de sauver les espèces animales, en
les récupérant deux par deux. Pour ce faire, il faut amener son arche sur une case adjacente à un animal et s’emparer de celui-ci et d’un autre identique, même s’il est placé à
l’autre bout du plateau…

Pierre, Maëlia (et son papa), Tristan et moi-même sommes les Noé du XXIème siècle…

Après un tour de jeu, chacun a ajouté un jeton d’eau, recouvrant ou non un animal, puis a joué deux actions (déplacement de son arche d’une case et/ou sauvetage d’une paire
d’animaux).


Petite vue de mon arche verte alors que je viens de réaliser deux sauvetages dans le même tour : une paire de colombes et une paire d’éléphants. Comment son retournés les jetons
d’animaux ? Très simple et assez malin : tout jeton adjacent à une case d’eau est retourné face visible, ce qui arrive à chaque fois que l’on ajoute un jeton d’eau…

Si je vous dis que le hasard occupe une place prépondérante dans le jeu, vous me croyez ? Ici, par exemple, Tristan sauve le seul couple de licornes du jeu, tout simplement
parce que son arche s’est trouvée adjacente à une des deux licornes lorsqu’il l’a rendue visible ! En fait, mis à part le subtile (et méchant) système de scores (de la version
avancée), on a affaire à un jeu totalement piloté par le hasard…


Pierre fait celui qui réfléchit, mais en fait il tente de contrer le hasard en y pensant très fort 🙂 Plus sérieusement, le jeu reste plaisant pour les plus jeunes, mais il est
très décevant en présence d’adultes qui aiment contrôler un tant soit peu ce qui leur arrive…

La partie approche de son terme avec de moins en moins d’animaux à sauver et des flots de plus en plus présents. A noter que chaque joueur a trois paires d’animaux identifiés qui
sont bonifiés pour lui (X2) et que je suis bien le seul à ne pas avoir eu la chance d’en récupérer le moindre…

Vue générale une fois la partie achevée (les derniers animaux présents sont uniques). Le système de score va se révéler intéressant : un total de 6 points est attribué par espèce
animale, sachant que de une à trois paires ont pu être sauvées pour chaque. Du coup, si une seule paire est sauvée, elle rapporte 6 points, si deux le sont, chacune rapporte 3
points et si les trois sont sauvées, seuls 2 points seront glanés par paire… On a donc bien senti l’intérêt d’essayer de noyer les animaux de la même espèce qu’on avait déjà
sauvée soi-même…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le système de score de la règle avancée (d’ailleurs comment raisonnablement jouer avec la règle de base ?),
– Le look de la boîte et son thème,
– L’abordabilité du jeu pour les plus jeunes.

 

On a moins aimé
– L’omniprésence incroyable du hasard et son côté hyper frustrant,
– Le look très clipart des composants du jeu,
– La lenteur de progression des arches rendant le jeu statique presque ennuyeux.

 

Scores de la partie :

 

Pierre (bleu) : 48 (28 pour l’eau posée + 20 d’animaux sauvés)
Maëlia (rouge) : 43 (16+27)
Tristan (jaune) : 49 (20+29)
Ludo le gars (vert) : 45 (25+20)

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 10 / 20

 

Durée de cette partie : 45 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

 GRAND CRU :

 


pour jouer à Grand Cru comme il se doit, j’ai apporté une petite bouteille de cru du coin (un Julienas 2003). On se la sirotera durant toute la partie…

Au tout début de la partie, chacun opte pour un certain nombre d’emprunts (piste du haut) sachant que le but du jeu est de les rembourser tous après avoir développé son
exploitation vinicole. Je me la joue ageofsteamien en limitant mes emprunts à 2 (marron), contre 3 pour Pierre (orange) et Maud (bleu) et 4 pour Ghsilaine (noir)…

Parmi les 9 actions disponibles (!) à son tour, l’une d’elles semble primer en début de partie : la mise aux enchères de tuiles de vignobles ou d’aménagement. A noter que Pierre
s’amuse à expulser Ghislaine de la piste du cépage Gamay, en renchérissant sur elle…

Petite vue de ma cave en fin de première année de jeu : j’ai acquis deux vignobles (un Syrah, jaune, à maturation courte, et un Cabernet Sauvignon, violet, à maturation
lente). D’autre part, j’ai opté pour un aménagement sous la forme d’une tuile d’affinage du vin en prévision de la vente plus rapide de mes cubes de vin de Syrah notamment…


Vue générale du plateau en fin de première année, jsute avant que nous procédions à la deuxième séance d’emprunts. A noter que le remboursement des intérêts, surtout en début de
partie, est particulièrement difficile et qu’il convient de bien les anticiper car tout emprunt pris en urgence pour ce faire ne rapporte que 5 F au lieu des 7 F habituels…

Belle tablée ludique autour d’un jeu pas si fluide que ça au départ (la deuxième phase du tour, celle de la préparation de la fin d’année, est tout sauf intuitive). Par la suite, nous découvrons quand même une belle logique interne dans ce jeu et nous y prenons du plaisir…


Mon plateau de cave devient sympa puisque je combine deux tuiles d’aménagement qui vont bien ensemble : l’affinage du vin avec l’assemblage. Concrètement, la deuxième m’a permis de transformer mes deux cubes jaunes en deux cubes violets, alors que la première, utilisée dans la foulée, m’a permis de les faire avancer d’un tonneau plus vite. Ca promet une jolie
vente de Cabernet Sauvignon dès le tour prochain…

Petite vue pour observer les deux plateaux individuels de Pierre (à gauche) et de Maud (à droite), cette dernière étant hyper bien placée si le jeu dure encore plusieurs tours
puisqu’elle a misé sur des vins à maturation lente (cubes rouges et surtout bleus). De mon côté, je suis très peu à l’aise avec le développement de mon vignoble, préférant des
profits rapides (cubes jaunes) à la constitution de vins de garde…

Selon toute vraisemblance, Maud semble la mieux partie pour rembourser la première tous ses emprunts, disons dans 3 ou 4 tours. Ensuite, les positions de Pierre et de Ghislaine
semblent à peu près équivalentes, moins rentables que celle de Maud mais assez efficaces quand même. Quant à moi, je me dis que je vais tenter de vendre au max ce tour-ci, après
avoir augmenté la cote des vins que je produis. On verra bien où cela me mènera, moi qui suis le moins endetté… et de loin !

Argghh… Je ne prends pas toute la mesure de mon capital, puisque je dépense quelques sous en investissements (vignobles, vendanges) qui pouvaient attendre. Lorsque je fais les comptes, je suffoque d’énervement : je possède 39 F en poche, ce qui me laissera 32 F une fois que j’aurai payé mes 7 F d’intérêts. Et dire que j’ai 35 F d’emprunts à rembourser…
A 3 F près, je remboursais tout et clôturais la partie, au grand dam de mes adversaires qui ne m’auraient jamais vu venir…

Les emprunts avant la phase de prises / remboursements.

La même piste, une fois que j’ai remboursé 3 emprunts, histoire de garder quelques liquidités (11 F) pour repartir sur les tours à venir, qui devraient me tuer sur place, mes
adversaires accusant clairement le coup de m’avoir presque vu gagner et plus développés que moi sur le jeu à long terme…

Histoire de me faire encore du mal, je ne résiste pas à vous montrer la cave de Maud, ultra-développée, prête à vendre pas moins de 6 cubes rouges, ce qui devrait la rapprocher ses
remboursements finaux…

Pendant ce temps, ma cave fait peine à voir, avec toujours son allée centrale et ses quelques ceps ! Je joue comme un gros naze le tour qui suit mon tour de presque-gagné, trop
énervé à l’intérieur le gars, et je me retrouve avec des gains minables dans la foulée…

Pour exemple, je vous laisse remarquer que je suis le seul des quatre à ne pas réaliser la moindre vente ce tour ! Du coup, je ne vais rien pouvoir rembourser de plus alors que j’en
étais si près… En revanche, auy niveau choix stratégiques, j’ai décidé de gêner Maud dans ses acquisitions de vignobles diversifiés lors des tours actuels. Si cela ne m’apporte
guère, cela ne m’empêche pas, dans le même temps, de glaner quelques tuiles que je n’avais pas non plus. C’est au moins ça…

Je n’ai plus grand chose à espérer sur la piste de prestige (résidu de 1 point), mais je m’en moque : j’ai réalisé un joli coup. J’ai dépensé 2 points pour réaliser une vente
supplémentaire que j’avais bien anticipée (vente de 2 cubes jaunes avec le curseur de valeur tout en haut, suite à une progression conjointe de Ghislaine et de moi-même, celle-ci
n’ayant pas prévu que j’en servirai avant elle grâce à un prestige alors meilleur que le sien). Un joli gain de 10 F, malheureusement insuffisants pour terminer mes remboursements,
alors que Maud a remboursé tous les siens sauf 1 (elle couine bien !)…


N’étant plus du tout certain de tout rembourser avant les autres, je décide de diversifier à fond mon exploitation : 2 nouvelles tuiles de vignobles ce tour…

Le plateau général pour ce qui est très certainement l’aboutissement du dernier tour…

La partie est bien terminée et le plateau de Pierre, que nous avons jugé prometteur toute la partie, étale à présent toutes ses limites : malgré de lucratives vignes, des vins ayant
vieilli progressivement et une dernière récolte conséquente, il n’a pas réussi à trouver le moyen de faire de l’argent. Il en sera fort dépité après la partie…

Maud nous aura montré comment un bon vigneron doit s’y prendre pour développer une activité lucrative. Son plateau individuel en témoigne. En même temps, en n’ayant pas réussi à
terminer au tour où elle avait prévu de le faire, elle subit le même problème que moi : elle est à court de finances au moment où elle en aurait eu besoin pour achever
l’affaire…

Le plateau de Ghislaine n’est pas le plus impressionnant mais nous avons bel et bien devant les yeux celui de la vainqueur de ce soir ! En ayant intelligemment réussi à gérer des
vins bas de gamme couplés à des vins de meilleure tenue, elle l’a emporté avec brio…

Mon plateau final, avec plein de tuiles acquises lors des tout derniers moments de cette partie (pour valoriser mon exploitation lors du décompte). Qu’ajouter à mes commentaires
précédents ? Personne ne me voyait en position de gagner, pas même moi, mais j’ai bien failli réussir un truc de ouf trois tours auparavant ! Comme quoi…

Deux joueurs ont réussi à tout rembourser, Maud et Ghislaine, alors que j’échoue à une case du but, avec un manque d’un misérable franc pour y parvenir ! Il n’y a pas à dire, ce
jeu fait couiner…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le thème du jeu ultra-bien rendu avec des idées superbes au service du thème, comme le vieillissement du vin, les aménagements (AOC, assemblage, …), …
– Le système d’enchères sur les tuiles (j’ai adoré !) : on se positionne sur une valeur sous une tuile qu’on a choisi de mettre, mais on ne pourra l’acheter que si on est toujours
le meilleur lorsque revient son tour ! Une variation sur le système Evo / Amun Ré qui tourne super bien !
– La logique interne du jeu, très fluide au final quand on a galéré deux ou trois tours,
– La tension financière permanente, renforcée par idées splendides : les emprunts pris en urgence ne rapportent que 5 F au lieu de 7 F !
– Les actions supplémentaires, lesquelles peuvent réserver des surprises…

 

On a moins aimé
– Le look jaunâtre de l’ensemble du matériel, avec des graphismes peu agréables à voir,
– Un manque d’enthousiasme général autour de la table, même si le jeu est clairement une grande réussite, parfaitement réglée. Dur de dire pourquoi…

 

Scores de la partie :

 

Emprunts Francs Tuiles Cubes Total
Pierre (orange) -35 5 35 12 17
Maud (bleu)
0 4 40 5 49
Ghislaine (noir)
0 11 45 7 63
Ludo le gars (marron) -7 6 45 1 45

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20

 

Durée de cette partie : 2 heures 15 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

TROYES :

 


Dois-je encore présenter Troyes ? J’en suis déjà à ma quatrième partie et celle de ce soir apportera encore son lot de nouveautés et d’enseignements (et pas seulement parce que nous
sommes 4 à table)…

Premiers jets de dés suite à notre disposition initiale. En ce qui me concerne, le sort m’attribue Chrétien de Troyes, le personnage, à mes yeux le plus difficile à jouer, surtout
à 4 (avoir 7 personnages sur les bâtiments à la fin me semble impossible ou presque avec les expulsions régulièresprovoquées par les adversaires)…

Je me la joue Julie, en me plaçant très rapidement sur le prêtre, avec un gros lot de cubes blancs, histoire de disposer de 4 cartouches surpuissantes sur des cubes jaunes par la
suite…

Philippe donne quelques conseils avisés à Marylin, sa dulcinée qui n’a jamais pratiqué de jeux de ce genre auparavant…


Fin de premier tour sur 6, avec pas moins de 3 personnages verts (les miens) sur l’hôtel de ville (ah, les dés jaunes, je mise dessus ce soir)…

Nouveaux jets de dés pour le second tour, après la disposition des nouvelles cartes d’activités…


Fin de tour et j’ai du mal à maintenir mes personnages sur les bâtiments (je n’en ai que 4)…

Début du troisième tour, avec la fameuse carte du sculpteur (jaune) qui sort. Cette carte, dont le ticket d’entrée est hallucinant (15 deniers) peut s’avérer phénoménale (6 ou 5 PV
en s’y plaçant, puis 1 PV pour chaque triplet de points jaunes dépensés dans un lot). Je décide de m’y placer au plus vite, dès que j’atteindrai la somme requise…

Fin de troisième tour et j’ai bien flippé : Philippe s’est placé directement sur le sculpteur (il avait les 15 deniers en poche) et j’ai bien cru qu’il allait inciter Marylin à
faire de même ! Ouf, elle opte pour un autre choix et je réussis à m’y mettre en deuxième (ça m’aurait fait mal de ne pas glaner au moins ces 5 PV). Sinon, je me sens pas super bien
avec quasiment 0 PV en poche, une seule carte d’événement, un seul cube à la cathédrale et une influence pitoyable…

Cette partie me fera découvrir les joies des événements qui durent : pas moins de sept cartes actuellement et seules deux d’entre elles sont entamées. A croire que personne ne
possède la carte de personnage en lien…

Quatrième tour en démarrage. Avec toujours que 4 dés, il va falloir que je me bouge pour monter à 7 en prévision du décompte final.

Fin de tour avec pas mal d’argent empoché par les joueurs…

Avant-dernier tour, toujours avec 4 dés pour moi, alors que je vais tenter de faire grimper ce total sans trop me dévoiler. En ce qui concerne les autres joueurs, je penche pour
qu’ils aient les personnages en lien avec la cathédrale (là, je suis largué avec un seul cube), les cartes événements (je suis pas mal) et l’argent (je suis assez bien aussi)…

Fin de tour, avec le gain d’un personnage sur un bâtiment, ce qui est déjà pas mal. Sinon, je passe beaucoup de mon énergie à convertir des dés en PV avec le scuplteur couplé à mes
fameux cubes du prêtre. Je me dis que ça va être chaud…

Voici les jets de dés du 6ème et dernier tour de jeu…

Ghislaine semble la mieux partie avec plein de PV glanés en cours de jeu et de belles positions sur le plateau…


Fin de partie avec quelques menus deniers empochés in-extremis…

La zone religieue du jeu…

La zone militaire…

La zone administrative…

Ghislaine nous massacre avec pas moins de 34 PV collectés en cours de partie et un personnage qui lui va nickel. On ne voit pas ses cartes d’événements, mais on verra sous peu que
l’on s’en moque (et je couine !)…

Philippe n’en revient pas de n’avoir glané que 16 PV en cours de partie. Sinon, avec son personnage incitant au placement sur de cartes activités, on est clairement là dans un
personnage gagnant-gagnant (ces cartes apportents de tels avantages que, même en son absence, il est intéressant de s’y placer) …

Là, je suis scié : Marylin n’a pas la carte de personnage de l’argent, elle a celle qui rapporte en fonction de l’influence ! Du coup, elle surprend tout le monde et ne marque qu’un
point elle-même. Quant à ses PV, j’avoue que je n’en reviens pas de voir 30 PV étalés sur la table ! Certes, elle a bien joué le coup des joutes à trois reprises (de mémoire), mais
quand même. Bravo !

Ma zone individuelle est frustrante : certes j’ai 24 PV, ce qui n’est pas si mal, mais mes 3 cartes d’événements ne me rapportent rien de plus, tout comme mon argent collecté pour
la fin. Quant à mon personnage, je n’ai pas réussi à dépasser les 5 pions verts sur les bâtiments, d’où un gain moyen de 3 PV…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La découverte de stratégies nouvelles à chaque partie avec des enseignements passionnants même s’ils peuvent énerver :-). Ainsi, ce soir, j’ai découvert que le sculpteur n’est
pas le summum des cartes puissantes, malgré son couplage avec des cubes du prêtre. Philippe, plus faiblement (pas le prêtre), en a aussi fait l’amère expérience…
– Le renouvellement incroyable du jeu, d’une partie à l’autre,
– L’excellente jouabilité à 2, comme à 3 ou 4 joueurs,
– L’envie d’y rejouer très vite !
 

 

On a moins aimé
– La durée un poil excessive de la partie à 4 joueurs (6 tours),
– La difficulté pour analyser sa défaite parfois, ou tout au moins son faible score (je suis à 10 de la gagnante quand même).

 

Scores de la partie :

 

PV Cartes Evts Métiers Cathédrale Personnages Total
Ghislaine (naturel) 34 1 7 0 3+1+1+1 48
Philippe (orange) 16 0 14 0 1+6+0+0 37
Marylin (bleu) 30 0 9 0 1+1+1+1 43
Ludo le gars (vert) 24 0 12 -4 0+3+0+3 38

 

Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20

 

Durée de cette partie : 2 heures 30 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

4 commentaires à propos de “[15/01/2011] Two by Two, Grand Cru, Troyes”

  1. Pour Troyes, je ne reviendrai pas sur tes commentaires, je les partage.

    Pour Grand Cru, je te confirme que c’est un jeu qui fait méchamment couiner. J’ai encore ma partie de Saint-Leu en tête, où, alors qu’on pensait qu’un joueur perdrait par trop d’emprunts émis, un
    adversaire a tout liquidé pour maximiser son score. Malheureusement, le « perdant » a survécu, et nous avons joué 3-4 tours de plus, avec fin aux remboursements d’emprunts. J’y ai rejoué avant-hier
    à 3 joueurs, et je l’emporte de très peu finalement, grâce à un adversaire qui, après une très grosse vente (70 F sur le vin bleu) a été obligé de récolter pour mettre fin au tour. Comme c’était
    long (il avait 6 cépages), ses adversaires (surtout moi) on pu préparer quelques ventes bien senties, et j’ai ainsi pu rembourser tous mes emprunts, alors qu’il manquait 3 F au gros vendeur. Et
    plein de petites anecdotes, mais j’y reviendrai quand je ferai mon compte rendu.

  2. Nous avons joué notre première partie de Grand Cru hier et je crains qu’il ait laissé la même impression. C’est-à-dire, il semble lui manquer un petit quelque chose, un détail que l’on ne réussi
    pas à cerner. Puisque le tout roule bien, est bien pensé mais pourquoi le peu d’enthousiasme?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept + = 10