[15/02/2002] Euphrat & Tigris

Participants
– François H. non ? si, si, lui le grand, l’unique, le vénéré, l’immanquable !,
– Julie, grande amatrice de l’Euphrat,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Cette partie qui se prépare n’est pas banale, pour au moins 2 raisons :
– Notre première partie à plus de 2 joueurs,
– La participation exceptionnelle du maître, dont le talent euphratien reste malgré tout à prouver… 🙂

François Haffner choisit son symbole fétiche, la poterie, celui qui lui « garantit la victoire » (je cite). Julie se détermine pour le lion, et quant à moi, je conserve le symbole qui m’a porté chance (ou réussite, ou les 2) lors de mes deux dernières parties, c’est à dire la vache sacrée (à ne pas confondre avec le sacré âne…).

La partie se met en route avec de grosses difficultés pour Julie et moi, François nous éjectant tour à tour du grand royaume central, au sein duquel il construit très rapidement un monument, lui garantissant une rente confortable (une machine à sous).
Il faut réagir vite, c’est ce que nous avaient prouvé les dernières parties. Aussi, je conteste la supériorité de son chef noir dans ce royaume via la pose rapide d’une tuile catastrophe et un conflit externe relativement violent dans la foulée.
Mon but : empêcher François de récupérer des cubes noirs, tout en équilibrant mes récoltes.
Quant à Julie, elle mène son petit bonhomme de chemin, dans un angle du plateau, sans trop se soucier de l’intensité des batailles se déroulant aux portes de son royaume.

La partie progresse et François semble toujours favori pour la victoire finale : régularité des récoltes (sauf le noir) et implantation solide (sauf le chef noir…).
Puis le jeu semble tourner…

Je parviens à éjecter François du centre du plateau, chef par chef, en alternant des victoires en conflits externes et internes. Je suis aidé, malencontreusement, par Julie, qui perd un conflit externe vital avec son chef bleu. Résultat : je sors 4 tuiles bleues en renfort à 5 – 1 pour glaner 5 points bleus et m’implanter de manière très forte au centre. François ne peut que constater les dégâts et se plaindre de la tournure des événements (c’est qu’il aime se plaindre le bougre !).

La fin de partie conforte mon implantation centrale, au sein d’un royaume très robuste, où se trouvent mes 4 chefs, avec plusieurs monuments, générateurs de points de victoire colorés.
François paraît tendu, lui qui manque toujours de cubes noirs, et qui ne parvient pas malgré ses tentatives répétées à s’assurer des rentrées noires régulières.

Décompte final
Je gagne ! C’est l’information majeure que je ne pouvais passer sous silence, excuse-moi de t’avoir mis la pilée François…
Mon total est de 18 points (dans les noirs et les verts), François termine avec 11 points et Julie 8 points.

Détails de la répartition
:

Couleur
François H.
Julie
Ludo le gars
Total
Bleu
16
7
29
52
Vert
14
12
18
44
Rouge
11
11
20
42
Noir
9
9
16
34
Trésor
2
1
3
6
Total
52
40
86
178

Débriefing
Une partie définitivement mémorable, avec à la clé une victoire que j’estime avoir acquis progressivement à la sueur de mon front, alors que les choses n’étaient pas engagées pour le mieux au départ.

Alors quels enseignements retirer ?
– Tout d’abord, je pense qu’un début de partie guère favorable n’est pas forcément synonyme de défaite, à condition cependant de savoir réagir très vite, notamment à la construction de monuments.
– Il se confirme qu’un équilibre constant dans l’acquisition de cubes de couleurs est un réel avantage stratégique et je vais expliciter pourquoi : supposons que vous manquiez de noirs (au hasard…) pendant un temps relativement long, les autres joueurs vont s’en apercevoir de manière claire et vont tout faire pour poursuivre dans cette voie sur la couleur identifiée. A l’inverse si vous gérez votre équilibre, les joueurs ne sauront pas quelles couleur bloquer, et ils ne pourront pas les bloquer toutes, donc vous aurez plus de latitudes dans le ramassage de cubes colorés.
– Enfin, des conflits externes bien gérés permettent de fructueuses récoltes et affaiblissent considérablement vos adversaires. C’est tout simple, mais engagés au bon moment, ceux-ci sont très très pertinents.

Un très grand moment ludique, qui va s’ensuivre d’une revanche de la part de François, on le comprend notre ami…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − = quatre