[15/08/2010] Euphrat & Tigris

Des vacances sans Euphrat & Tigris ne sont pas des vraies vacances… Et bien, comme nous sommes en vacances, pour de vrai, nous y jouons donc, pour le coup…

 

EUPHRAT & TIGRIS :

 


Même si cette version n’est pas la plus lisible, elle a pour elle d’elle la plus portable avec un volume plus que réduit pour un jeu d’une telle envergure. Et les graphismes sont de
toute beauté…

Mes tuiles initiales, on ne peut mieux réparties…

Jouant la vache sacrée, comme à chaque fois, je m’implante au centre du jeu avec mon chef noir, alors que Julie, avec son fidèle pot noir (pas encore cassé 😉 a opté pour le bas du
plateau…

Déjà une grimace ?!? Mais quee se passe-t-il chère madame ? Un relatif manque de pot peut-être… 😉

Je positionne mon chef vert au sud et rafle le premier trésor de cette partie…

Ah, enfin quelques tuiles rouges… Je vais pouvoir entamer de belliqueuses offensives…

Vue générale du jeu alors que le climat est pour l’instant des plus calmes…

Premier conflit externe, à mon initiative, entre les deux chefs noirs…

Conflit remporté par votre serviteur…

Rien de tel qu’un sympathique monument vert/noir afin de ne plus se poser de questions sur ces deux couleurs de cubes…

Ah, ça va pas mal question cubes… En revanche, je suis quand même à la merci de toute attaque basée sur les rouges et les conflits internes…

Je vais me montrer gourmand, ou plutôt inconscient c’est une question de jugement, car je vais tenter de subtiliser le monument rouge/bleu à Julie…

Une tuile catastrophe bien placée, puis mon chef rouge peut arriver sans souci et gratter ainsi auprès du monument…

Ca ne dure qu’un tour, Julie réagissant évidemment, avec une tuile bleue de recollage et un conflit externe rouge qui me lamine…

C’est à ce moment-là, à peu près, que le jeu bascule en ma faveur, Julie ne réussisant pas à gagner plus de cubes que moi en moyenne par tour. Dans ce jeu, il faut savoir faire
mieux que l’adversaire, car, sinon, c’est impossible de rivaliser…

J’utilise mon chef vert pour grapiller quelques trésors et je fais attention au chef noir de Julie, lequel est blindé en tuiles noires à ses côtés, car un conflit externe noir me
serait très préjudiciable…

Toujours pas beaucoup de tuiles rouges, mais je ne joue que peu les conflits aujourd’hui, préférant gagner toujours un peu plus de cubes que Julie…

C’est là que je sidère Julie en déplaçant volontairement mon chef noir sur la droite alors qu’il était solidement installé au centre. Elle ne devine pas que c’est simplement pour
éviter de perdre un conflit externe douloureux face à elle…

Nous sommes quasiment en fin de partie et j’accélère le jeu en vidant ma main de tuiles (de 3 à 5 à chaque fois) à quatre reprises. D’autre part, je fais tout mon possible pour la
priver de cubes rouges…

La partie s’achève à l’épuisement des tuiles du sac, sur un ultime tour de ma part. Je ne suis pas très inquiet au niveau de la victoire en ayant joué différemment de l’habitude.
Intéressant…

Mon gros butin !
Bilan synthétique :

On a aimé
– La magie que ce jeu dégage : puissance, fluidité, montée en sauce, …
– Le look du jeu plus la partie avance,
– Ses immenses possibilités stratégiques et tactiques,
– La diversité des coups à tenter
.

 

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

Cubes bleus Cubes verts Cubes rouges Cubes noirs Trésors Total
Julie (pot) 17 20 16 15 3 17
Ludo le gars (vache) 26 21 25 21 4 23

 

Note du jeu (sur cette partie) : 19 / 20


Durée de la partie : 2 heures

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit + = 10