[15/10/2011] San Marco, Potion-Making Practice

En ce dernier week-end ludophile avant la grande messe des nouveautés du salon d’Essen de la semaine à venir, je propose aux joueurs présents de s’adonner à l’un des excellents jeux de 2001, à savoir le très joli et très élégant San Marco. Ensuite, parce qu’on ne reçoit pas souvent de colis russe, je fais découvrir à mes deux gones l’un des quatre jeux édités par Right Games, à savoir le très tentant Potion-Making Practice.

 

SAN MARCO :

 


Pas joué depuis plus de 4 ans, je me recolle aux règles du jeu et commets une petite boulette qui nous suivra toute la partie (donc, pas si grave) : nous jouerons les cartes Exil en
expulsant un seul cube, de notre choix, de la zone (au lieu d’un dé)…

Comme nous sommes 3 autour de la table, l’un de nous (Jean-Luc avec les noirs) est le donneur et il y a deux sélectionneurs (moi-même en premier avec les bleus, Françoise en
second avec les blancs). Voici le premier partage, soumis par Jean-Luc à notre sagacité…

Et voici le résultat de ce premier tour…

Mon premier partage est très marqué avec une très grosse offre que je parviendrais à me faire laisser par les autres (déjà porteurs de pas mal de points de pénalité) !

Le jeu plaît beaucoup à Françoise, très sérieuse sur cette photo lors de son premier partage…

Et voici ses offres, avec une hyper rapide intégration de la vicioseté du jeu, puisqu’elle nous gratifie d’une offre sans autre carte que 2 points de pénalité !!!

Première époque terminée avec le franchissement des 10 points de pénalité fatidiques pour 2 joueurs sur 3 (Jean-Luc et moi)…

La deuxième époque démarre comme avait démarré la première, avec le premier partage réalisé par Jean-Luc…

Petite vue générale, avec un relatif retard au score pour Françoise…

Fin de la deuxième époque avec les 10 points de pénalité atteints ou dépassés par Françoise et moi…

Petit partage que je soumets à mes petits camarades…

Le jeu fait couiner et on sent bien la tension permanente qui règne…

Convaincu que le décompte final dans chaque quartier sera essentiel, je fais tout mon posible pour poser un maximum de cubes, malgré les incessantes expulsions ou traitrises que mes
adversaires m’infligent…

L’ultime partage de la partie est mon oeuvre et je ne fais pas forcément le meilleur choix, puisqu’en regroupant ainsi les 3 cartes ponts, je permets à Françoise de venir retirer
deux de ceux que j’avais placés, ce qui m’empêchera d’agir sur quelle majorité que ce soit avec le lot pourtant le plus coûteux en pénalités (5 points !)…

Oulhalha, les scores se sont resserrés avant le décompte final : tout se joue en 3 points !
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’élégance et l’originalité du système de partage
, même si deux plus petits jeux l’ont repris ces dernirèes années,
– La beauté du matériel une fois la partie en cours,
– Les nombreuses situations bien vicieuses que l’on rencontre en jouant.

 

On a moins aimé
– Le look de la boîte, hideux à mon sens,
– L’impression qu’un certain acharnement peut être développé dans ce jeu,
– Les scores dans un mouchoir de poche, avec un petit rien qui change tout sur le plateau et, donc, les scores finaux…

 

Scores de la partie :

 

 

Piste de score Décompte final Total
Françoise (blanc) 24 6+7+6+4 47
Jean-Luc (noir) 27 5+8+4 44
Ludo le gars (bleu) 26 4+6+6+7 49

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


Durée de la partie : 2 heures

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

POTION-MAKING PRACTICE :

 


Colis tout de noir vêtu en provenance de la belle ville de Moscou ! Particulièrement curieux de voir ce que contient la chose…

Le jeu pratiqué ce soir est l’oeuvre d’un certain Sergey Machin (c’est son vrai nom 😉 et il nous propose de se mettre dans la peau d’un apprenti sorcier en train d’essayer de
concocter des potions de plus en plus puissantes, via un superbe, et bien prise de tête, arbre de conception (voir plus bas)…

La double piste de score permet de tenir compte des points marqués dizaine par dizaine et unité par unité. Pas très ergonomique, surtout quand vous aurez vu ce que contient le verso
de la plus grande des deux pistes…

L’étalage de cartes, au départ, lequel ne permet d’en utiliser que le bas des cartes, à savoir les ingrédients utiles pour les potions. Ainsi, pour le moment, sont disponibles une
racine de mandragore, un pouvoir astral, des champignons hallucinogènes bleus et de l’eau de printemps !

Le tour de jeu d’un joueur est très simple : on tire une carte de la pioche cachée et on l’ajoute à sa main (total = 5). Ensuite, on joue une carte : soit sur l’étalage (et on
marque 1 point si l’ingrédient ne s’y trouvait pas encore), soit devant soi pour composer une potion en prenant, à l’étalage les ingrédients requis (on marque de 2 à 10 points en
fonction de la potion réalisée)…

Maitena fabrique la première potion de cette partie en plaçant devant elle la carte qu’elle avait en main et en glissant, face cachée sur celle-ci, les cartes d’ingrédients prises à
l’étalage…

Voici le fameux verso de la grande piste de score : l’hallucinant arbre de conception des potions !!! On peut ainsi savoir d’un coup d’oeil (ou des deux yeux plutôt + une bonne dose
concentration 🙂 ce que l’on peut faire avec tel ou tel ingrédient, et quelles potions se retrouvent comme ingrédient de base d’une autre potion plus complexe…

Le jeu commence à m’énerver un poil car je n’ai pas encore eu l’occasion de créer la moindre potion ! Maitena en est à 4 bientôt, Tristan à 1 et de mon côté je stagne à 0, sans
avoir pu en fabriquer une seule ! Ce n’est même pas une question de choix tactique de ma part : je n’en ai pas eu la possibilité ! Quel hasard déplaisant…

Depuis le début du jeu, je tente de conserver en main ces deux cartes, car elle me semblent bien se combiner. En effet, en réussissant la potion de télépathie, je disposerai de
l’une des deux potions requises pour réussir le dragon Basilik valant 8 points. Mais, pour en arriver là, il faudrait encore que les ingrédients de la première soient disponibles à
l’étalage, ce qui ne sera pas le cas pour la pierre de sang avant au moins les deux tiers de la partie !!!

Et Maitena poursuit sa marche en avant, réalisant potion sur potion, sans se soucier de ma frustration bien légitime…

Tristan est le premier à utiliser une des 6 cartes sorts que comportent le jeu. Il peut transformer le résultat de sa potion précédemment réalisée en une autre issue de l’étalage,
en y replaçant du même coup les ingrédients précédemment placés face cachée…

Comme l’utilisation d’un sort ne prend pas le tour de jeu du joueur, Tristan joue ensuite son tour normal, profitant, au passage, de sa nouvelle potion pour s’en servir au sein
d’une formule plus élaborée… On commence à bien deviner les combos qui se profilent…

Non, vous ne rêvez pas, je réalise ENFIN ma première potion de cette partie !

Le hasard se nivelant un peu, je réalise, peu après, une bien jolie combinaison, en prenant une potion à Maitena et en dépensant la première que j’avais faite, pour obtenir une
splendide licorne ! Ce faisant, j’empoche 8 points mais suis obligé de laisser Maitena en marquer 4 également…

Petite vue générale, montrant clairement que ce jeu requiert une place de dingue sur la table, puisque notre étalage contient à l’instant pas moins de 12 ingrédients différents
(toujours sans la pierre de sang tant convoitée par mes soins)…

Oh : une pierre de sang !!! Je rêve…

Maitena ne tarde pas à fabriquer l’une des plus belles potions du jeu, à savoir l’elixir suprême, composé de deux élixirs différents…

Maitena nous met une correction au niveau des scores, alors que je reviens sur Tristan (plus que 4 points de retard)…

Ma fille nous fait profiter de cette photo car elle estime que sa main est prometteuse : elle possède la formule du deuxième talisman (j’ai fait le premier devant moi) et elle a la
carte du suprême talisman magique, requérant les deux autres…

La partie dure un peu longtemps, à mon goût, surtout pour un jeu de ce calibre. A ce sujet, il rappelle un peu Archeologia (même format, même calibre, même durée, sensations
proches) que nous avions découvert en 2009…

Mes quatre dernières cartes de la partie, lesquelles devront être jouées avant que celle-ci ne s’achève. Reste à savori desquelles se défausser en premier…

La piste de score une fois la partie achevée et j’ai réussi mon pari de revenir et de doubler Tristan…

Que de cartes !
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’arbre de conception des potions : hallucinant !
– Le superbe look des illustrations et les noms très immersifs donnés aux ingrédients et aux potions, avec un superbe qualité d’édition des cartes,
– Les bonnes idées des cartes de sorts, propices à de futures extensions,
– Un certain plaisir à jouer à ce jeu sans prétention, avec une règle très simple à aborder,
– L’impression (fausse ?) que, malgré le hasard énervant, on peut quand même contrôler des choses

 

On a moins aimé
– Le hasard, déjà souligné plus haut, qui peut complètement empêcher un joueur de démarrer et, en ce qui me concerne, plombe quand même pas mal le plaisir de jeu,
– Le manque de qualité et de praticité de la boîte,
– La longueur de la partie.

Scores de la partie :

 

Maitena : 66
Tristan : 46
Ludo le gars : 49

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20


Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

8 commentaires à propos de “[15/10/2011] San Marco, Potion-Making Practice”

  1. pour san amroc, tu fauis allusion à 2 petits jeux qui reprennent le système de partage, je visualise san marco..mais l’autre ? à quoi tu penses

  2. pour san amroc, tu fauis allusion à 2 petits jeux qui reprennent le système de partage, je visualise san marco..mais l’autre ? à quoi tu penses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 8 = null