[15/12/2017] Urbino, Triangoli

Les nouveaux jeux Clemens Gerhards sont toujours une institution à Essen. Cette année 2017 ne déroge pas à la règle et j’étais tout impatient de les essayer… Content que Maitena, qui réside à Lyon maintenant la semaine, se joigne à moi pour ces jolies découvertes, nous nous attablons et essayons Urbino, d’abord, le nouveau jeu de l’inévitable Dieter Stein, à qui Clemens Gerhards ne va pas tarder à ériger une statue 😉 , puis nous nous lançons dans une partie du très esthétique Triangoli, aux pions bleus et blancs du plus bel effet…

URBINO

Urbino est un jeu abstrait thématique ! Non ??? Si, si... ;-) En effet, malgré son matériel tout de bois constitué, ce jeu est une simulation d'implantation immobilière.
Urbino est un jeu abstrait thématique ! Non ??? Si, si… 😉 En effet, malgré son matériel tout de bois constitué, ce jeu est une simulation d’implantation immobilière.
Le but du jeu est de marquer un maximum de points en posant ses pièces de jeu (les claires pour Maitena, les foncées pour moi), sachant qu'il y a des contraintes de pose auxquelles on ne déroge pas : on doit poser une pièce et une seule à l'une des intersections des deux architectes rouges (horizontalement, verticalement et même en diagonale !), on ne peut pas poser deux pièces identiques côte à côte (quelle qu'en soit la couleur, mais sauf les maisons de taille 1), et, enfin, dans un même quartier (pièces placées de manière adjacente) il ne peut y avoir qu'un seul pâté de maisons par joueur (pièces de même couleur adjacente). Voilà, vous savez jouer !
Le but du jeu est de marquer un maximum de points en posant ses pièces de jeu (les claires pour Maitena, les foncées pour moi), sachant qu’il y a des contraintes de pose auxquelles on ne déroge pas : on doit poser une pièce et une seule à l’une des intersections des deux architectes rouges (horizontalement, verticalement et même en diagonale !), on ne peut pas poser deux pièces identiques côte à côte (quelle qu’en soit la couleur, mais sauf les maisons de taille 1), et, enfin, dans un même quartier (pièces placées de manière adjacente) il ne peut y avoir qu’un seul pâté de maisons par joueur (pièces de même couleur adjacente). Voilà, vous savez jouer !
Au premier tour, donc, j'ai commencé par placer une pièce moyenne entre les deux architectes, puis Maitena en a placé une grande à gauche. A noter qu'on  peut, avant de jouer une pièce, déplacer un architecte où on le souhaite sur le plateau, ce qui génère une certaine dynamique et ouvre des possibilités, mais ne permet pas de faire tout et n'importe quoi, puisque l'autre architecte ne se déplace pas en même temps...
Au premier tour, donc, j’ai commencé par placer une pièce moyenne entre les deux architectes, puis Maitena en a placé une grande à gauche. A noter qu’on peut, avant de jouer une pièce, déplacer un architecte où on le souhaite sur le plateau, ce qui génère une certaine dynamique et ouvre des possibilités, mais ne permet pas de faire tout et n’importe quoi, puisque l’autre architecte ne se déplace pas en même temps…
Oh la grosse bagarre à gauche pour s'adjuger la majorité dans le quartier !
Oh la grosse bagarre à gauche pour s’adjuger la majorité dans le quartier !
Pour le moment, status quo à gauche et éparpillement des pièces ailleurs sur le plateau...
Pour le moment, status quo à gauche et éparpillement des pièces ailleurs sur le plateau…
C'est chez moi ! Non, c'est chez moi ! A cet instant du jeu, nous sommes à égalité avec 8 points chacun (les tours valent 3 points, les palais 2 et les maisons 1). Mais comme Maitena a deux palais contre un seul pour moi, ce serait elle qui marquerait 8 points si on était en fin de partie (départage d'égalité).
C’est chez moi ! Non, c’est chez moi ! A cet instant du jeu, nous sommes à égalité avec 8 points chacun (les tours valent 3 points, les palais 2 et les maisons 1). Mais comme Maitena a deux palais contre un seul pour moi, ce serait elle qui marquerait 8 points si on était en fin de partie (départage d’égalité).
Bon, finalement, le quartier si disputé à gauche est à moi, sans discussion possible... La partie se poursuit ainsi jusqu'à ce qu'aucun de nous ne puisse jouer dans le même tour, ce qui clôt la partie et provoque le décompte final.
Bon, finalement, le quartier si disputé à gauche est à moi, sans discussion possible… La partie se poursuit ainsi jusqu’à ce qu’aucun de nous ne puisse jouer dans le même tour, ce qui clôt la partie et provoque le décompte final.
Oh oh oh, on est quasiment en fin de partie puisque, quel que soit le déplacement de l'un ou l'autre des architectes, je ne peux plus jouer. En effet, les architectes ne "voient" pas au-delà d'une case occupée... Maitena, elle va trouver une seule case possible pour y mettre une pièce et elle ne s'en privera pas !
Oh oh oh, on est quasiment en fin de partie puisque, quel que soit le déplacement de l’un ou l’autre des architectes, je ne peux plus jouer. En effet, les architectes ne « voient » pas au-delà d’une case occupée… Maitena, elle va trouver une seule case possible pour y mettre une pièce et elle ne s’en privera pas !
Voilà, en décalant l'architecte du haut vers la case qu'elle pointe du doigt, elle pourra placer une pièce à sa place. Par contre, j'aurais mieux fait de positionner de plus gros bâtiments lors de mes derniers tours, mais je n'avais pas bien anticipé la fin de partie...
Voilà, en décalant l’architecte du haut vers la case qu’elle pointe du doigt, elle pourra placer une pièce à sa place. Par contre, j’aurais mieux fait de positionner de plus gros bâtiments lors de mes derniers tours, mais je n’avais pas bien anticipé la fin de partie…
Voici donc la configuration finale et, pour mieux réussir le décompte sans se tromper, nous allons enlever les pièces qui ne comptent pas (minoritaires ou isolées). Et oui, en effet, j'avais omis de préciser que les quartiers devaient être animés pour être décomptés, c'est-à-dire avoir les deux couleurs en leur sein. Pour le décompte, voir la photo suivante...
Voici donc la configuration finale et, pour mieux réussir le décompte sans se tromper, nous allons enlever les pièces qui ne comptent pas (minoritaires ou isolées). Et oui, en effet, j’avais omis de préciser que les quartiers devaient être animés pour être décomptés, c’est-à-dire avoir les deux couleurs en leur sein. Pour le décompte, voir la photo suivante…
Avouez que pour compter, c'est plus facile, non ?
Avouez que pour compter, c’est plus facile, non ?

Durée de la partie : 30 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de la partie :

Maisons de taille 1 Palais de taille 2 Tours de taille 3 Total
Maitena (clair) 6 3 2 18
Ludo le gars (foncé) 9 4 1 20

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le matériel de jeu, toujours aussi somptueux, comme l’éditeur nous en gratifie à chaque fois…
– Le déplacement d’un seul architecte à chaque fois et leur regard qui peut se croiser en diagonale, générant des possibilités insoupçonnées,
– Les possibilités stratégiques et le fait qu’on ne les voit pas tout de suite, lesquelles me font penser un peu à celles de Fendo (du même auteur)
– La règle de « quartiers animés » pour être décomptés, insufflant une once de thème dans ce jeu éminemment abstrait ! Bravo Dieter…

On a moins aimé
– Les couleurs de pièces peut-être pas assez tranchée,
– L’arrivée de la fin de partie qui peut être brutale…

————————————————————————————————————

TRIANGOLI

Triangoli est, de loin, le jeu Gerhards le plus attirant de par ses triangles gravés sur le plateau et ses pions aux couleurs claquantes. On a affaire, ici, à un autre jeu de majorité, avec une pose de pions qui dépendra, cette fois, du déplacement de la figurine de chaque joueur. Quelques similitudes avec Urbino, certes, mais ça s'arrêtera là...
Triangoli est, de loin, le jeu Gerhards le plus attirant de par ses triangles gravés sur le plateau et ses pions aux couleurs claquantes. On a affaire, ici, à un autre jeu de majorité, avec une pose de pions qui dépendra, cette fois, du déplacement de la figurine de chaque joueur. Quelques similitudes avec Urbino, certes, mais ça s’arrêtera là…
La mise en place consiste à positionner sa figurine sur l'intersection de son choix. Ensuite, chacun la déplacera à tour de rôle et posera autant de pions à sa couleur dans l'un des triangles vides adjacents à l'intersection d'arrivée que de segments parcourus, puis pourra faire un échange avec des pions adverses adjacents aussi. Un exemple ci-après...
La mise en place consiste à positionner sa figurine sur l’intersection de son choix. Ensuite, chacun la déplacera à tour de rôle et posera autant de pions à sa couleur dans l’un des triangles vides adjacents à l’intersection d’arrivée que de segments parcourus, puis pourra faire un échange avec des pions adverses adjacents aussi. Un exemple ci-après…
Ci-dessus, par exemple, Maitena a déplacé sa figurine bleue le long de la ligne sur une longueur de 3 segments et a placé 3 pions dans le triangle du coin. Mais, ensuite, j'ai fait glisser ma figurine blanche le long de la ligne d'à-côté sur une distance de 2 segments, ce qui m'a permis de placer 2 pions dans le triangle de droite, mais aussi d'échanger 2 pions bleus en blancs dans celui de gauche puisque ma figurine y est adjacente et qu'elle a été déplacée de 2 segments. Déconcertant...
Ci-dessus, par exemple, Maitena a déplacé sa figurine bleue le long de la ligne sur une longueur de 3 segments et a placé 3 pions dans le triangle du coin. Mais, ensuite, j’ai fait glisser ma figurine blanche le long de la ligne d’à-côté sur une distance de 2 segments, ce qui m’a permis de placer 2 pions dans le triangle de droite, mais aussi d’échanger 2 pions bleus en blancs dans celui de gauche puisque ma figurine y est adjacente et qu’elle a été déplacée de 2 segments. Déconcertant…
Maitena a l'impression que je ne fais que la courser avec ma figurine et que, du coup, je l'empêche de jouer puisque je passe mon temps à lui retirer des pions, comme en témoigne la couleur extrêmement dominante du plateau. D'ailleurs, je rigole à m'en faire péter la gorge... Mais je ne devrais pas, comme on va le voir bientôt...
Maitena a l’impression que je ne fais que la courser avec ma figurine et que, du coup, je l’empêche de jouer puisque je passe mon temps à lui retirer des pions, comme en témoigne la couleur extrêmement dominante du plateau. D’ailleurs, je rigole à m’en faire péter la gorge… Mais je ne devrais pas, comme on va le voir bientôt…
Là, je rigole encore un peu, mais je ne vais pas tarder à comprendre, à mes dépens, qu'il ne sert à rien de placer un maximum de pions le plus vite possible. En effet, nos réserves sont limitées et, ce faisant, je ne pourrai pas réagir aux coups machiavéliques de ma grande fille, sur la fin, pour s'octroyer telle ou telle majorité dans les grands triangles (but du jeu, quand même)...
Là, je rigole encore un peu, mais je ne vais pas tarder à comprendre, à mes dépens, qu’il ne sert à rien de placer un maximum de pions le plus vite possible. En effet, nos réserves sont limitées et, ce faisant, je ne pourrai pas réagir aux coups machiavéliques de ma grande fille, sur la fin, pour s’octroyer telle ou telle majorité dans les grands triangles (but du jeu, quand même)…
La partie s'achèvera quand tous les triangles renfermeront au moins un pion. On n'en est pas loin...
La partie s’achèvera quand tous les triangles renfermeront au moins un pion. On n’en est pas loin…
Et la voilà la fin de partie avec cette configuration finale qui me fait couiner...
Et la voilà la fin de partie avec cette configuration finale qui me fait couiner…
Comme pour Urbino, pour compter les points, autant enlever les pions minoritaires dans chaque secteur (grand triangle constitué de 4 petits triangles)...
Comme pour Urbino, pour compter les points, autant enlever les pions minoritaires dans chaque secteur (grand triangle constitué de 4 petits triangles)…

Durée de la partie : 15 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de la partie :

Total
Maitena (bleu) 14
Ludo le gars (blanc) 13

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’esthétisme absolu du jeu : splendide !
– L’élégance totale et incroyable qui se dégage de cette règle limpide et sans ambiguïté,
– La durée de la partie, parfaite,
– Les possibilités stratégiques, même presque trop présentes…

On a moins aimé
– Une trop grande légèreté peut-être, surtout après Urbino,
– L’impression de ne pas pouvoir anticiper grand chose quand même, mais c’est sûrement dû à notre méconnaissance du jeu…

————————————————————————————————————

8 commentaires à propos de “[15/12/2017] Urbino, Triangoli”

  1. Moi non plus, comme beaucoup d’autes, je ne laisse guère de commentaires et pourtant, je viens tous les jours ou presque sur ton site qui est l’une de mes principales sources d’envies pour de nouveaux jeux. Alors, je profite de ces 2 nouveaux compte rendus pour te remercier de nous faire vivre ta passion avec passion. Longue vie à ce site/blog unique!

  2. Hello, Ludo Le Gars 🙂
    Your site is awesome…! I just purchased Urbino and I adore it.
    Now I need to do a self-made copy of Triangoli because I want to try it well before buying it, but I’m not sure to know all the rules of this game, and I don’t find rules anywhere in the web.
    Could you be so kind to send me anything about the complete rules of Triangoli? It will be ok also in French language 🙂
    THANKS in advance.
    F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 + quatre =