[16/01/2002] Pfeffersäcke

Participants
– Vincent, joueur réfléchi au talent certain, rencontré à une nuit des jeux de St-Fons,
– Paul, redoutable stratège (non, je plaisante…), rencontré à une soirée Rêve de Jeux,
– Julie, la conciliante mais néanmoins fourbe femme de votre serviteur,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Deuxième partie de Pfeffersäcke en 4 jours : pas mal !

La première impression laissée lors de la partie initiale se confirme : ce jeu est tout à fait intéressant par sa finesse de placement et son absence totale de hasard.

Venons-en à notre partie : mis à part Julie qui joue assez groupé, l’ouverture initiale de 2 comptoirs chacun permet de se positionner en 2 endroits bien distincts du plateau. Il semble quand même que Vincent et Paul optimisent bien ce placement initial.

Les premiers tours servent à s’acclimater aux rouages des règles, et finalement, en moins de 3 ou 4 tours, on se retrouve déjà en conflit. Julie gagne la roue de 8, à mes dépens car je n’ai pas vraiment maîtrisé mon intrusion…
Paul gagne l’une des roues de 7, encore une fois à mes dépens, car j’ai franchement joué trop tôt ma lettre de recommandation me permettant d’implanter 2 boutiques dans le même tour : il a fait de même dans la foulée, ce qui lui a donné la majorité absolue… Vincent, plus discret, trace son petit bonhomme de chemin, et réalise des extensions assez espacées.

Les tours suivants confortent les positions : Vincent, mais surtout Paul, accroissent leur emprise sur le jeu, Julie avance à tâtons mais tient le choc, quant à moi, hum…

Les derniers tours voient un retour insuffisant de Julie, qui gagne beaucoup de revenus à chaque tour, et une avancée déterminante de Paul qui file vers une victoire certaine.

Décompte final
Paul remporte la partie avec 50 points, Vincent termine deuxième avec 43 points, Julie est troisième avec 41 points et je termine premier en partant de la fin avec 37 petits points de victoire.

Débriefing
Il a été observé que le plateau est partagé en deux portions de tailles équivalentes, ce qui ajoute à la difficulté, lorsque le nombre de joueurs est important, de se placer dans la plupart des régions (surtout avec les villes goulets d’étranglement). Tout le monde convient également que le placement de départ conditionne fondamentalement la suite du jeu.

Ah oui, j’allais oublier… Nous avons mis en place une variante très concluante : le tour de jeu n’est pas figé (ce qui apportait un avantage nettement trop fort au premier joueur), il change à chaque tour, dans le sens des aiguilles d’une montre. Cet ajustement permet de retarder certaines actions pour les mettre en œuvre lorsque l’on est joueur 1, et parfois d’observer ce que font les autres joueurs lorsque l’on est dernier. Nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 + = dix