[16/02/2003] Goldland

Participants
– Julie, admiratrice de Kramer, en route pour un nouveau jeu (pour elle…),
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Ce soir, nous avons envie de jouer un jeu raisonnable mais quand même un « gros » jeu. Difficile dilemme : E&T c’est trop prenant et trop long, Torres c’est moyen à 2, Trias Julie n’a pas envie, Entdecker mouhais, … Et là, je propose Goldland. Adjugé !


Julie, fatiguée, éprouve de grandes difficultés
à installer le pourtour du jeu comme présenté dans
les règles 😉

Le début de partie est conforme à ce que j’escomptais
: nous partons chacun de notre côté et il faudra « mieux »
piocher que son adversaire…
A ce sujet, nous nous retrouvons l’un et l’autre, assez rapidement, avec
2 jetons d’aventure et le jeu est serré. Connaissant le jeu, je
sais néanmoins l’importance de prendre une avance dans ce domaine,
car un jeton acquis est très difficile à contester puisqu’il
convient de remporter plus d’aventures pour ce faire. Et, en général,
on a le temps de voir venir…


Julie semble dormir… mais c’est un leurre. En fait, quand elle est
comme ça, c’est qu’elle fait travailler son cerveau surpuissant
😉


Une vue globale du jeu à environ mi-partie, lorsque nos positions
s’établissent plus clairement…

Julie sait, à ce moment-là, que la partie
va se terminer difficilement pour elle, alors qu’elle s’était montrée
plutôt à son avantage jusque là…
Elle prend quelques minutes pour réfléchir à ce qu’elle
a de mieux à faire et en déduit qu’il est trop tard pour
se ruer sur la case finale et qu’il vaut mieux tenter de rester en arrière
pour me subtiliser des jetons grâce à des aventures (surtout
que j’aurai de mal à tout protéger sachant que l’ensemble
de mes camps sont placés).
J’ai protégé l’accès à la case finale en créant
des impasses régulières depuis la position de Julie, ce
qui, d’ailleurs, influence son choix précédent.


Et hop ! Le pion vert a rallié la case finale ! Et il est où
le rouge ??? Ouhhhh…. 😉


La position finale de nos pions respectifs

N’ayant essayé ce jeu qu’à
Essen, je me replonge dans la règle et fais partager l’explication
à Julie, qui, entre temps, prépare le jeu en installant
le pourtour du terrain de jeu.
Julie, comme à son habitude, choisit les éléments
rouges, et, pour ne pas innove rnon plus, je prends les verts.


Contrairement à ma partie d’Essen, nous plaçons l’ensemble
des tuiles face cachée, ce qui crée un très esthétique
espace de jeu et permet de bien localiser la zone du temple final…


Nos pions sont partis dans des directions opposés mais, par
la position de l’objectif final, se retrouvent de plus en plus près
tout au long de la partie (phénomène de convergence)…

Je concentre mon attention sur l’acquisition
des jetons d’aventure et notamment sur celui que Julie a collecté
précédemment : le jeton désert. Je parviens à
le récupérer assez rapidement, ce qui me place en position
confortable, surtout que je viens de faire un retour à proximité
de la case départ pour remporter sous son nez une aventure avec
un fromager (gros arbre) et glaner le jeton concerné…
Dans la foulée, je me ressource à la case départ
(3 provisions et 2 colliers de pierres), ce qui me permet de me relancer
à l’assaut d’aventures que j’avais laissée en suspens.
Je possède, à ce moment là, pratiquement tous les
jetons : il ne lui reste que la falaise qu’elle possède depuis
le départ !


Le pion vert s’approche de la case finale, confortablement loti avec
ses 6 jetons d’aventures glanés tout au long de la partie…

Le jeu ne va pas tarder à parvenir
à son terme lorsque je rejoins la case finale et que je m’octroie
une amulette et 2 pièces d’or de bonus.
Julie n’y parvenant pas dans le même tour, les pièces de
bonus sont alors retirées du jeu et nous savons qu’il ne reste
plus que 3 tours (les 3 pièces d’or exposées dans le temple).
Julie calcule comment optimiser ce résidu et je fais de même.
J’en déduis que je devrais pouvoir récupérer un
nouveau trésor (toujours intéressant) ou défendre
l’un de mes jetons au besoin.
Julie me subtilise un jeton (le bandit de grand chemin) sans que je
ne la contre, étant donné que j’ai plutôt intérêt
à ramasser le trésor qui me tend les bras…

Cliquez pour agrandir !
La situation finale du jeu

Le jeu s’achève sur une issue sans
suspens. Désolé… Mais Julie est fort vexée d’avoir
perdu de la sorte. Elle m’a promis la pâtée lors d’une
revanche très rapide. J’attends, on verra bien ;-))))

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 34 pointsdevant
Julie avec 17 points. Le détail est le suivant :

Jetons
Pièces d’or
Trésors
Amulettes
Total
Julie
8
0
9
0
17
Ludo le gars
17
5
9
3
34

Débriefing
GGoldland n’est, à mes yeux, pas le meilleur jeu
de Kramer. Et, comme j’apprécie énormément cet auteur,
je pense que Goldland n’est qu’une pâle suite à un jeu comme Tikal
par exemple.
Julie a bien apprécié le jeu de son côté, même
si la défaite cinglante qu’elle a subi lui reste visiblement en travers
de la gorge…

Je trouve Goldland moins
bon que beaucoup d’autres jeux de Kramer, car, dans celui-ci, une grande partie
du jeu est extrêmement linéaire, résultat du tirage de la
tuile explorée. Vous piochez une tuile d’aventure, tant mieux. Si, en
plus, vous avez déjà les composants nécessaires dans votre
sac à dos, re-tant mieux. Et si vous ne les avez pas, cela ne saurait
tarder car vous allez faire en sorte de les acquérir au plus vite.
Il en résulte un jeu très simple où vous n’avez pas vraiment
de choix à faire, vous avez juste à vous laisser porter par les
tuiles piochées.

Je note cependant qu’en
deuxième partie de jeu, vous êtes en mesure de procéder
à des choix plus intéressants, lorsque la majorité des
tuiles est découvertes :
– Vais-je aller subtiliser une aventure à mon adversaire (opportunisme)
?
– Vais-je courir vers le temple ?
– Vais-je tenter de collecter des trésors laissés en plan ?
– …
Mais, si vous avez pris un mauvais départ et que votre adversaire se
rue sur le temple, il y a beaucoup de chances que ce soit déjà
trop tard…

Au final, Goldmand est un
jeu plaisant, le matériel luxueux aide beaucoup, de même que l’intéressante
gestion du sac à dos, mais il demeure un jeu trop aléatoire et
déterminé. Peu d’effets de surprise et peu de renversements de
situation.
A 2 joueurs en tout cas, mais même à 4 cela ne m’avait pas convaincu.
A revoir, mais juste pour se détendre sans trop se prendre la tête…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + = quinze