[16/12/2017] Guédelon le jeu

Non contents d’avoir passé une superbe journée thématique la semaine précédente, autour des jeux coopératifs, nous nous lançons, aujourd’hui, dans la découverte d’une nouveauté d’Asyncron, à savoir Guédelon le jeu, une production ludique étonnante puisque celle-ci vise à faire découvrir le château de Guédelon même aux visiteurs qui s’y rendent pour de vrai. En effet, le jeu est vendu sur place, comme en témoigne la page suivante (ici), et offre même une remise sur l’entrée au site. Un partenariat novateur qui me rappelle un peu celui du Conseil Général de la Lozère qui avait proposé La Bête du Gévaudan au début des années 2000.

GUEDELON LE JEU

Splendide boîte que voici messieurs dames ! Va-t-on se sentir dans la peau de ces bâtisseurs qui s'y prennent comme au Moyen-Âge ? En tout cas, la couverture de la boîte fait tout pour et nous plonge dans l'ambiance direct !
Splendide boîte que voici messieurs dames ! Va-t-on se sentir dans la peau de ces bâtisseurs qui s’y prennent comme au Moyen-Âge ? En tout cas, la couverture de la boîte fait tout pour et nous plonge dans l’ambiance direct !
Au début de la partie de ce jeu coopératif, on installe les différents chantiers sur le plateau, symbolisés par des plaques orange qui seront petit à petit retirées du plateau pour laisser la place au château qui se construit. Pour ce faire, on devra remplir les conditions de la tuile, indiquées dessus, comme par exemple : un bois et une pierre. Évidemment, il faut commencer chaque chantier par le bas et il faut aussi respecter deux contraintes : avoir un sac de mortier au pied et disposer d'assez de corde pour construire plus haut.
Au début de la partie de ce jeu coopératif, on installe les différents chantiers sur le plateau, symbolisés par des plaques orange qui seront petit à petit retirées du plateau pour laisser la place au château qui se construit. Pour ce faire, on devra remplir les conditions de la tuile, indiquées dessus, comme par exemple : un bois et une pierre. Évidemment, il faut commencer chaque chantier par le bas et il faut aussi respecter deux contraintes : avoir un sac de mortier au pied et disposer d’assez de corde pour construire plus haut.
Une partie se joue en un maximum de 18 tours de jeu, chacun correspondant à une année, étalées de 1228 à 1245. A chaque tour, nous allons tous déplacer notre pion et réaliser une action sur la zone d'arrivée, sauf si des touristes s'y trouvent aussi (en effet, on va leur présenter notre travail au lieu de vraiment travailler). Puis, chacun peut faire avancer le tombereau (sorte de gros chariot pratique pour emporter jusqu'à 6 ressources) vers un lieu adjacent à sa position précédente.
Une partie se joue en un maximum de 18 tours de jeu, chacun correspondant à une année, étalées de 1228 à 1245. A chaque tour, nous allons tous déplacer notre pion et réaliser une action sur la zone d’arrivée, sauf si des touristes s’y trouvent aussi (en effet, on va leur présenter notre travail au lieu de vraiment travailler). Puis, chacun peut faire avancer le tombereau (sorte de gros chariot pratique pour emporter jusqu’à 6 ressources) vers un lieu adjacent à sa position précédente.
En début de chaque année, une carte événement est tirée au hasard et l'effet s'applique à tous les joueurs pour ce tour. Ci-dessus, par exemple, on voit qu'un œuvrier (et oui, pas ouvrier !) va pouvoir réaliser deux actions (avant et après avoir quitté un lieu) mais aussi déplacer le tombereau deux fois. Reste à savoir qui...
En début de chaque année, une carte événement est tirée au hasard et l’effet s’applique à tous les joueurs pour ce tour. Ci-dessus, par exemple, on voit qu’un œuvrier (et oui, pas ouvrier !) va pouvoir réaliser deux actions (avant et après avoir quitté un lieu) mais aussi déplacer le tombereau deux fois. Reste à savoir qui…
Voici la situation en fin de premier tour : Maitena avec son œuvrier bleu s'est rendu sur le lieu n°6 pour récupérer du mortier, Tristan avec son œuvrier blanc est allée sur le lieu n°4 en bas pour y tailler de la pierre, quant à moi, avec mon œuvrier vert, je suis parti couper du bois sur le lieu n°4 en haut. Le tombereau se retrouve avec moi dans la forêt. A noter que pour être utilisées dans la construction du château, chaque ressource doit être transformée : le bois en planches, la pierre en blocs et l'argile en tuiles.
Voici la situation en fin de premier tour : Maitena avec son œuvrier bleu s’est rendu sur le lieu n°6 pour récupérer du mortier, Tristan avec son œuvrier blanc est allée sur le lieu n°4 en bas pour y tailler de la pierre, quant à moi, avec mon œuvrier vert, je suis parti couper du bois sur le lieu n°4 en haut. Le tombereau se retrouve avec moi dans la forêt. A noter que pour être utilisées dans la construction du château, chaque ressource doit être transformée : le bois en planches, la pierre en blocs et l’argile en tuiles.
Même si ce n'est clairement pas le plus urgent du tout, à ce moment de la partie, je déplace mon œuvrier sur le lieu n°4 qui permet d'extraire de l'argile, convaincu qu'on a intérêt à profiter de l'effet de la carte d'événement en cours, laquelle permet de produire davantage. Ce qui est fait ne sera plus à faire...
Même si ce n’est clairement pas le plus urgent du tout, à ce moment de la partie, je déplace mon œuvrier sur le lieu n°4 qui permet d’extraire de l’argile, convaincu qu’on a intérêt à profiter de l’effet de la carte d’événement en cours, laquelle permet de produire davantage. Ce qui est fait ne sera plus à faire…
Tristan est le premier à commencer à vraiment construire le château, en plaçant deux blocs de pierre en bas de ce chantier qui contient du mortier.
Tristan est le premier à commencer à vraiment construire le château, en plaçant deux blocs de pierre en bas de ce chantier qui contient du mortier.
Et voilà ce que ça donne une fois enlevée la tuile...
Et voilà ce que ça donne une fois enlevée la tuile…
Très amusante carte d'événement qui est un sacré clin d’œil pour le jeu quand même !
Très amusante carte d’événement qui est un sacré clin d’œil pour le jeu quand même !
La partie se déroule de manière pas forcément géniale, puisque chacun veut y aller de son raisonnement, de ses conseils, de son avis, ... Pas facile du tout, surtout qu'entre Maitena et moi qui essayons de réfléchir à l'échelle du groupe, tandis que Tristan dit presque sans arrêt "allez, on joue, on fait bien comme on veut, on verra bien", c'est clairement difficile d'être cohérent et de passer un bon moment. Il y a clairement un effet leader dans ce jeu coop, et on ne peut pas dire qu'il soit agréablement vécu par tout le monde..
La partie se déroule de manière pas forcément géniale, puisque chacun veut y aller de son raisonnement, de ses conseils, de son avis, … Pas facile du tout, surtout qu’entre Maitena et moi qui essayons de réfléchir à l’échelle du groupe, tandis que Tristan dit presque sans arrêt « allez, on joue, on fait bien comme on veut, on verra bien », c’est clairement difficile d’être cohérent et de passer un bon moment. Il y a clairement un effet leader dans ce jeu coop, et on ne peut pas dire qu’il soit agréablement vécu par tout le monde..
L'utilisation du tombereau pour convoyer des ressources sur les chantiers semble primordial, à condition de le charger à bloc et de bien se mettre d'accord sur son mouvement. On a vu que c'était loin d'être chose facile... Ci-dessus, on se rend compte qu'on n'est pas du tout en avance même si on a beaucoup de ressources transformées en attente d'être utilisées...
L’utilisation du tombereau pour convoyer des ressources sur les chantiers semble primordial, à condition de le charger à bloc et de bien se mettre d’accord sur son mouvement. On a vu que c’était loin d’être chose facile… Ci-dessus, on se rend compte qu’on n’est pas du tout en avance même si on a beaucoup de ressources transformées en attente d’être utilisées…
Tristan aime être le bâtisseur en chef et c'est encore qui lui qui fait avancer les chantiers tandis que Maitena et moi sommes en quête de ressources complémentaires encore nécessaires. A noter le système très ingénieux de niveau d'expérience et d'outillage de chacun sur son petit plateau. Avec un niveau de 2 en expérience et de 3 en outillage, on peut par exemple produire 2+3 = 5 blocs de pierre ou placer 5 ressources sur un chantier, ... Mais on perd ses points d'outillage tant qu'on n'a pas été les remettre au maximum sur la zone de jeu n°8 (forgeron). Ou alors, il ne faut pas aller au-delà de son niveau d'expérience, puisque celui-ci ne descend jamais... Très sympa et incitant à faire monter son expérience, ce que j'ai fait à plusieurs reprises pour être plus efficace par la suite.
Tristan aime être le bâtisseur en chef et c’est encore qui lui qui fait avancer les chantiers tandis que Maitena et moi sommes en quête de ressources complémentaires encore nécessaires. A noter le système très ingénieux de niveau d’expérience et d’outillage de chacun sur son petit plateau. Avec un niveau de 2 en expérience et de 3 en outillage, on peut par exemple produire 2+3 = 5 blocs de pierre ou placer 5 ressources sur un chantier, … Mais on perd ses points d’outillage tant qu’on n’a pas été les remettre au maximum sur la zone de jeu n°8 (forgeron). Ou alors, il ne faut pas aller au-delà de son niveau d’expérience, puisque celui-ci ne descend jamais… Très sympa et incitant à faire monter son expérience, ce que j’ai fait à plusieurs reprises pour être plus efficace par la suite.
Nous sommes au dernier tour, et, malgré les très nombreuses ressources présentes sur les chantiers, il va nous manquer un tout tout tout petit peu d'actions pour finaliser la construction du château...
Nous sommes au dernier tour, et, malgré les très nombreuses ressources présentes sur les chantiers, il va nous manquer un tout tout tout petit peu d’actions pour finaliser la construction du château…
Je viens avec mon œuvrier pour faire au maximum de construction mais nous allons globalement échouer !
Je viens avec mon œuvrier pour faire au maximum de construction mais nous allons globalement échouer !
Vu de loin, voici l'état de note château en fin de partie...
Vu de loin, voici l’état de note château en fin de partie…
Et une petite vue, pour finir, de nos plateaux individuels, avec ces deux pistes de niveaux permettant de gérer toutes les actions du jeu (comme expliqué plus haut). Malin comme tout...
Et une petite vue, pour finir, de nos plateaux individuels, avec ces deux pistes de niveaux permettant de gérer toutes les actions du jeu (comme expliqué plus haut). Malin comme tout…

Durée de la partie : 2 heures 10 minutes – Note de cette partie : 13 / 20

Scores de la partie :

Bilan
Maitena (bleu) + Tristan (blanc) + Ludo le gars (vert) défaite avec une tuile non retirée en fin de 1245

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le thème du jeu, hyper accrocheur et bien rendu par certains de ses mécanismes : cartes événements, termes utilisés (tombereau, …), touristes qui ralentissent les chantiers, …
– Le système Outillage / Expérience qui tourne comme une horloge !
– Le challenge intellectuel pour bien se coordonner, même si je pense que le jeu gagne à être joué en solo, justement, pour éviter les défauts que je liste plus bas…

On a moins aimé
– La fausse simplicité du jeu : comment un enfant de 7 ans peut-il y jouer, de même que les visiteurs de Guédelon non habitués aux jeux de société modernes ?
– La lourdeur des manipulations : trop gros tombereau,tuiles de denrées à placer dedans puis à retourner une fois transformées, …
– Un thème assez artificiel finalement : déplacer et exploiter le tombereau à distance, contrats très stéréotypés, déplacement de type téléportation pour les œuvriers, …
– L’effet leader vraiment très marqué, lequel peut générer une partie désagréable si on n’est pas tous prêts à ça,
– La durée longuette de cette partie.

————————————————————————————————————

Une réponse à “[16/12/2017] Guédelon le jeu”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux + = 10