[17/03/2021] Dragon Parks, Majesty

Découverte d’un nouveau jeu aujourd’hui, avec la sortie toute chaude de Dragon Parks chez Ankama. Voici un jeu à nouveau ultra-court et ultra-compact, avec une quinzaine de minutes annoncées, dans le même format donc que Draftosaurus ou encore Les Trésors de Cibola, deux jeux que j’apprécie beaucoup…
Ensuite, parce que ça faisait vraiment longtemps, nous sommes retournés à Majesty, un jeu qui nous plaît toujours autant et qui, vous verrez pourquoi, va voir sa note monter d’un cran aujourd’hui…
😉

DRAGON PARKS

Dans Dragon Parks, nous allons tenter d’aménager le plus formidable parc de dragons du monde ! Le but ? Avoir le plus de visiteurs possible… en tout cas davantage que ses adversaires !
Le plateau central reprend les 3 manches du jeu, avec, à chaque fois, un dragon à la mode : le violet pour la première manche, le vert pour la seconde et le rouge pour la troisième. Il y a aussi, à gauche, une pile de dragons dits légendaires. En-dessous, une aide de jeu regroupe ce qu’il faut évaluer en fin de chaque manche…
Chaque joueur place devant lui trois cartes de parc piochées au hasard sur lesquelles figurent 5 disques : deux blancs (vides), deux moutons roses et un œuf. Chacun reçoit également une main de 4 cartes, sachant qu’elles sont transparentes et visent à être placées sur les cartes de parc, selon un système de draft très classique : on en place une, on passe le tas restant à son voisin de gauche, on récupère celui de droite, on recommence jusqu’à avoir joué 3 cartes chacun. Et on fait ça sur 3 manches.
Un résumé de ce qu’il faut vérifier pendant et après la saison (manche) est bien pratique.
Pendant la saison :
– si on recouvre un œuf avec un dragon, on empoche 2 visiteurs,
– si on recouvre un dragon furieux, on perd un visiteur.
Après la saison :
– par dragon à la mode, on empoche 2 visiteurs,
– celui qui a le plus de dragons bleus en empoche 3,
– celui qui a le plus de dragons jaunes récupère un dragon légendaire (qui s’en ira juste après le nourrissage)
– chaque île est décomptée et rapportera des visiteurs en fonction des couleurs différentes de dragons,
Enfin, ensuite, il faut nourrir les dragons : un mouton par dragon et perte d’un visiteur par mouton manquant.
Voici mon domaine en fin de première manche, avec une carte jouée sur chaque île, ce qui n’était pas obligatoire.
Petit exemple de gains à cet instant : 2 visiteurs car j’ai un dragon violet + 3 visiteurs car j’ai le plus de dragons bleus + 1 dragon légendaire que je vais placer en haut d’une île car j’ai le plus de dragons jaunes.
Deuxième série de gains : 3 visiteurs pour ma première île car j’ai 3 dragons de couleurs différentes + 1 visiteur pour la deuxième + 1 visiteur pour la troisième.
Au niveau du nourrissage, pile poil : pas de perte !
La deuxième manche va se dérouler de la même manière, Leila la préparant en décalant le curseur de mode…
Pas si simple de manipuler ces grandes cartes tout en essayant, mentalement, de les positionner. A noter qu’on est contraint, par la règle, à les placer dans le sens de lecture, donc pas de 180° possible.
Fin de deuxième manche…
Le Paradis Jeux c’est le top du top pour jouer…
Le domaine de Leila, une fois la partie terminée, avec quand même de très (trop ?) nombreux moutons par rapport aux dragons : il y avait certainement mieux à faire…
Et le mien, avec l’inverse : tellement de dragons et pas assez de moutons, donc perte sèche de 9 visiteurs au dernier nourrissage !

Durée de cette partie : 30 minutes – Note de cette partie : 13 / 20

Scores de cette partie :

Visiteurs
Leila 38
Ludo le gars 45

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Les combos lorsqu’on positionne un élément sur un autre sur une île,
– Les différents axes stratégiques qu’on peut tenter de mener : suffisamment de moutons ? plein de dragons bleus et/ou jaunes ? se focaliser, en anticipant éventuellement une manche ultérieure, sur les dragons à la mode ?…
– Un plaisir tout simple et bien léger qui se dégage,
– Le côté très incisif du jeu, presque trop d’ailleurs..
.

On a moins aimé
– Le nombre de tours très faible par manche : seulement 3 et c’est trop frustrant,
– L’interdiction de tourner sa carte pour avoir deux orientations possibles par carte,
– Un côté un peu « tout ça pour ça » qui se dégage du jeu, ce que je n’avais pas ressenti sur les deux autres jeux cités en début d’article du même éditeur,
– Le draft qui ne me convainc pas totalement sur ce jeu…

————————————————————————————————————
MAJESTY

Majesty, l’un des jeux préférés de Leila (et de votre serviteur aussi, dans son registre jeu accessible, rapide et malin, mais pas simpliste) ressort sur notre table de jeu et nous allons faire une expérience !!! Voir ci-après…
Nous décidons de mixer les cartes face A et face B et, pour ce faire, je mélange les miennes, tête bêche, plusieurs fois, juste pour en étaler une série dans l’ordre ! Leila reproduira la même devant elle. Et je note l’enchaînement des lettres (du moulin à l’hôpital) pour y revenir ultérieurement : BABBBABB
Au premier tour, Leila opte pour un aubergiste et moi un garde, même si l’effet B de la carte avantage ma fille…
On passe un -très- bon moment….
Mi-partie atteinte et on ne l’a pas vu passer…
Le domaine de Leila en fin de partie.
Et le mien ! Avec 49 PV chacun pour les carets diversifiées, c’est assez rare pour être souligné !

Durée de cette partie : 30 minutes – Note de cette partie : 18 / 20

Scores de cette partie :

Sous Hôpital Cartes différentes Majorités Total
Leila (bleu) 85 – 2 7 X 7 = 49 11+12+15+16-10 176
Ludo le gars (noir) 96 0 7 X 7 = 49 14+11+8+8+16 202

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le plaisir, assuré à chaque fois, lorsque l’on ressort ce jeu !
– L’impression d’avoir dégoté une extension en mettant en œuvre un mix des cartes face A et face B (voir plus bas) renforçant énormément la diversité des parties (d’où l’augmentation de ma note sur le jeu) !

On a moins aimé
– ?

Variante générant 256 configurations possibles !
– L’un des joueurs mélange ses 8 cartes dans n’importe quel sens,
– Il les étale dans l’ordre des bâtiments,
– Les autres joueurs placent leurs bâtiments dans le même ordre et sur la même face que lui,
– La file des cartes peut être conservée grâce aux lettres (exemple : BABBBABB) pour analyse ultérieure ou partie identique.

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 4 = dix