[17/11/2021] Maracaibo – Histoire 11

La grande question, au début de notre nouvelle partie, est majeure : sera-ce notre dernière partie de la campagne ? Très honnêtement, nous n’en savons rien mais nous espérerions bien qu’il y en ait une autre… Gourmets que nous sommes ! 😉
Voici donc, pour notre (votre ?) plus grand plaisir : Maracaibo – Histoire 11 !

Précision : vous pouvez faire comme nous et écouter systématiquement la playlist qui va bien avec ce jeu quand vous lisez mes comptes-rendus, issue de Melodice : cliquez ici et lisez le compte-rendu !

MARACAIBO – HISTOIRE 11

Pour une fois, je vous propose de zieuter un peu l’intérieur de la boîte, avant installation, en sachant qu’il y a, au-delà de l’insert sur lequel j’avais investi depuis le départ ou presque, une autre surprise inside que Leila va découvrir dans les dixièmes de secondes qui suivent cette photo ! Suivez son regard…
« Oh ! Elles sont trop belles ! » s’exclame ma fillotte en découvrant les fameuses pièces en métal collector pour le jeu ! Après quelques recherches, je les ai dénichées sur le site d’un magasin parisien et je les ai commandées en tiquant un peu sur le prix : 22.50€ sans le port…
Mais bon, quand on aime, on ne compte pas et je suis certain que l’expérience de jeu sera encore meilleure et qu’on pourra s’en servir avec l’extension prévue pour le printemps !
Plus ça va, plus j’apprécie de customiser mes jeux…
Les choix de Leila pour cette partie intitulée Histoire 11 : une carte de carrière dite de « Courage », plutôt accessible avec ses améliorations de navires en objectif principal et un double-axe sur l’exploration avec la piste et les quêtes. Parallèlement à cette carte, on voit bien qu’avec ce mercenaire, elle compte bien y aller à fond sur la médaille et elle disposera d’un joli espion, très puissant, vers la fin du parcours…
Mes choix, à présent, avec la carte de carrière dite de « Combativité », ayant de grosses ressemblances avec celle de Leila, ce qui devrait occasionner de jolies empoignades pour les quêtes notamment. Un inévitable maître d’œuvre l’accompagne…
Allez, je ne résiste pas à l’envie de vous en montrer un peu plus au niveau pièces métal !!! 😉
Tellement inutiles qu’elles en deviennent, évidemment, indispensables !
Et c’est parti avec une entame très classique, puisque je commence par m’arrêter à Santiago, Leila faisant de même dans la foulée…
Peu après. Cette photo permet de montrer que je suis ultra en retard sur les améliorations de navire… mais pas sur les cartes ! Même si avec deux maîtres d’œuvre j’ai l’impression que c’est du gagne-petit…
Ah… Leila ayant accéléré le jeu pour aller taquiner la tuile de combat du lieu n°11, je ne me gêne pas pour aller directement sur le lieu n°15 (Portobello) pour réaliser la tuile Histoire n°1 ! Non mais des fois…
Fin de la première manche après que j’ai rushé sur les derniers lieux, contraignant Leila à ne pas pouvoir s’arrêter sur son puissant espion.
Sur la piste d’exploration, finalement, je suis le seul à avoir démarré… Étonné je suis.
Lecture du verso de la carte Histoire réussie et lecture la carte n°71.
On n’est pas bien…
La seconde manche est démarrée tambour battant par Leila qui file directement sur le lieu n°4, tandis que je fais un arrêt obligatoire (plus d’espion) à Santiago… Je sens que je vais être en retard moi ! 😉
Amusant de voir que nos bateaux se sont rejoints sur Maracaibo pour un combat chacun.
Encore plus intéressant, selon moi, est de voir que j’ai tout dépensé, c’est-à-dire les points d’arme de la tuile + ceux de ma piste + mon dernier espion, pour aller placer un cube français sur l’île qui rapporte 3 influences et 8 sous. Ne vais-je pas regretter cette folle prise de risque ?
Leila réalise la deuxième tuile Histoire. Oui, oui…
Fin de la deuxième, étonnamment terminé par votre serviteur à nouveau.
Cette partie est assez bizarre : pas d’envolée délirante, pas d’axe stratégique très marqué (influences et exploration au premier chef), pas de carte exceptionnelle construite, … Juste de la routine mais pas ultra-agréable pour moi qui ai l’impression de ne pas mener vraiment la partie comme je le souhaiterais. Normal me direz-vous, et plutôt bienvenu, Leila apprend bien ! 😉
La lecture de la carte Histoire nous saisit par la difficulté des trois missions simultanées qui nous sont confiées ! Ne nous retrouvons-nous pas dans une sorte de bouquet final de la campagne ? Ce qui est sûr, c’est qu’à moins d’être exceptionnel et de ne pas rater un seul arrêt, chacun à notre tour, nous ne pourrons pas remplir toutes les conditions requises en deux manches. Donc, selon toute vraisemblance, nous devrions avoir droit à une douzième partie ! 😉
C’est reparti : la troisième manche a démarré et ce démarrage est très classique…
Je fais le job à St Kitts en m’arrêtant déposer un petit jeton de navire contre le coût d’une arme. Vous comprendrez donc ma déception quand je verrai Leila ne pas s’y arrêter alors que j’avais accepté, de mon côté, de « casser » ma combo des lieux n°6 et 9 (le premier espion me permettant de redéplacer mon navire jusqu’à 3 lieux, donc sur le lieu n°9 et de refaire une action d’espion)…
Leila cogite / combote / se prend la tête / calcule tout…
Ah, enfin, nous voici réunis pour livrer chacun deux herbes médicinales à Portobello…
Fin de la troisième manche…
Leila possède de l’avance aux scores, d’une dizaine de PV, mais elle a empoché les 10 PV du navire et pas moi… notamment !
Ah !!! Je paie, rubis sur l’ongle, la somme de 17 sous (20 – 3 maîtres d’œuvre) pour m’octroyer mon premier bâtiment de prestige basé sur les améliorations de navire, au nez et à la barbe de Leila !!!
De son côté, Leila me rappelle qu’on peut poser un cube à la mine d’or, laquelle rapporte… 12 sous !!! Dégouté je suis, j’avais complètement zappé !
Je suis promu Amiral, puis Leila l’est également dans la foulée… Ça sent le money-time.
Fin de la quatrième et dernière manche, que je termine avant Leila. La messe semble dite, en tout cas au vu de la configuration du plateau (piste de scores, zone d’exploration). Reste à calculer les influences de chacun sur la piste des nations et à observer plus en détails nos cartes construites…
Bon, au niveau des ultimes constructions, évidemment Leila me rejoint sur le bâtiment de prestige lié aux améliorations de navire.
Pour les nations, elle s’en sort clairement mieux que moi par contre…
La zone de jeu de Leila, une fois la partie terminée, avec la prouesse et la satisfaction, pour elle, d’avoir entièrement vidé ses jetons d’améliorations de son navire !!!
Ma zone de jeu, avec tous les jetons violets collectés, lesquels sont bien bonifiés par le deuxième bâtiment de prestige que j’ai construit. Pour le reste c’est plutôt classique…
Pour finir, voici la situation des trois lieux que nous devions compléter pour continuer l’histoire.
Ci-dessus, à St Kitts, il ne manque plus que deux jetons.
A Portobello, plus qu’une seule place…
Et sur le lieu n°19, c’est tout plein !
Certes, nous aurons droit à une partie suivante, mais y aura-t-il beaucoup d’autres étapes avant que la campagne soit entièrement terminée ?
Joli petit cliché entre père et fille post-partie…
De superbes moments que Leila a dû immortaliser dans le passé sur les lampes vertes au-dessus de la table si je vois bien ce que je vois… 😉

Durée de cette partie : 3 heures 25 minutes – Note de cette partie : 19 / 20

Scores de la partie :

Décompte final
Piste Carte Revenus Cartes construites Cartes de prestige Nations Total
Leila (bleu) 86 0 1+14 24 24 6+18+14+35 222
Ludo le gars (vert) 116 0 5+19 28 20+15 3+9+21+14 250

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le fait de ne pas avoir terminé la campagne !!!!! 😉
– La nouveauté de chapitre 11 qui nécessite de remplir pas moins de 3 missions pour avancer dans l’histoire,
– Le plaisir qui est assuré à chaque partie,
– Les scores qui se rapprochent entre nous deux : j’avais 30 PV d’avance avant le décompte, Leila revient de 2 PV après,
– Les pièces en métal, juste ultra-plaisantes pour jouer au jeu : ça claque quand on les prend ou on les rend, c’est lourd dans la main, …

On a moins aimé
– ?


————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 × = huit